Avis aux touristes : la France ne se limite pas à Paris, tout comme les États-Unis ne se limitent pas à New York ou le Royaume-Uni à Londres. C’est pourquoi Forbes vous propose une virée en Normandie, à la découverte du village de Villers-sur-Mer. Ce village authentique normand n’a que très peu changé depuis que l’impressionniste Gustave Caillebotte l’a peint en 1880 : les deux bâtiments en bord de mer sont toujours debout !

 

Avec seulement 2600 habitants, Villers-sur-Mer ne risque pas l’explosion démographique. Ce n’est pas un hasard si François Truffaut y a tourné la célèbre scène finale de son film Les Quatre Cents Coups (1989). Dans cette scène, le jeune héros s’échappe de l’atmosphère étouffante parisienne pour se promener au bord d’une mer qu’il rêvait de voir.

La mer a toujours la même apparence et le même parfum iodé, elle clapote sur le rivage la plupart du temps ou se transforme en tempête d’écume d’autres jours. Vous pourrez admirer les différentes découvertes paléontologiques de la région, comme un crocodile marin de Normandie, au Paléospace l’Odysée. Ce musée, situé dans le marais non loin de la plage, est l’unique site normand consacré à la paléontologie, au méridien de Greenwich et au marais littoral.

 

Villers-sur-Mer
Ligne du méridien de Greenwich sur la plage, Villers-sur-Mer, France. | Source : Getty Images

 

Villers-sur-Mer s’étend sur 8,99 km2 entre campagne et mer. La plage en forme de croissant dispose d’une atmosphère calme et réconfortante, bien loin des rivages animés et rocailleux de la Riviera, avec comme toile de fond les falaises des Vaches Noires. Quant à l’église Saint-Martin, elle a été construite durant la seconde moitié du XIXe siècle dans un style néo-gothique.

Le village de Villers-sur-Mer se trouve dans le département du Calvados. Il est donc indispensable de goûter aux différents cidres locaux et autres digestifs, ainsi qu’au camembert au lait de vache de Normandie : une recette créée par une fermière locale en 1791. Les coquilles Saint-Jacques Label rouge de la région sont largement considérées comme les meilleurs d’Europe et la pêche est une industrie de premier plan en Normandie. D’ailleurs, Villers-sur-Mer organise chaque année au mois d’octobre une fête de la coquille Saint-Jacques. Le marché en plein air du village est une véritable caverne d’Ali Baba de la gastronomie normande, avec une multitude de produits locaux de saison.

Il ne faut guère longtemps pour faire le tour du village et des environs à pied. Les rues sont bordées de vieilles maisons pittoresques à colombages et en briques, de boutiques, de cafés et de restaurants.

 

Villers-sur-Mer
Marché aux poissons, Villers-sur-Mer, France. | Source : Getty Images

 

Où loger ? Tout dépend de votre budget, mais le village ne regorge pas d’hôtels de premier ordre. Cependant, le Domaine de Villers & Spa, situé à l’extérieur de Villers-sur-Mer, dispose d’une piscine intérieure et se trouve à proximité de la plage. Les tarifs des chambres sont actuellement inférieurs à 250 € par nuit. Dans le centre-ville, vous trouverez l’élégant et confortable Hôtel des Falaises (rue du Maréchal Foch), à quelques pas de toutes les activités du village. Le petit-déjeuner est inclus dans le prix de la chambre (moins de 100 € par nuit). Les salles de bain sont légèrement exiguës.

Où se restaurer ? Les restaurants de Villers-sur-Mer, comme l’on peut s’y attendre, mettent en avant les bienfaits de la mer dans chaque menu. Le Mermoz, sur la place Mermoz, possède une décoration moderne avec des baies vitrées donnant sur la plage. L’on y trouve de grandes et luxueuses banquettes, des touches de couleur rappelant l’écume de mer, un bar au chic atypique et plusieurs tables en extérieur. Les portions sont généreuses, avec des menus à prix fixe à 31 €, 24 € et 27 €. La clientèle peut également choisir des plats à la carte.

Tout bon restaurant français en bord de mer qui se respecte propose sur sa carte une soupe de poissons, accompagnée d’une mayonnaise à l’ail, de gruyère et de croûtons. Celle du Marmoz est remarquablement légère et savoureuse. Les grosses crevettes sont tendres et sucrées et la terrine de sanglier est le plat idéal à l’automne. Le chef prépare aussi une délicieuse sole meunière dans du beurre normand bien doré. Le rouget est également incroyable. En dessert, optez pour le pot de crème au chocolat !

Le Café de France (2 rue du Général Charles de Gaulle) est un endroit plus familial. Le restaurant dispose d’un menu bien rempli, mais les locaux savent que pour se régaler il faut faire son choix dans le menu quotidien affiché au tableau (les prix dépendent du marché). Ainsi, vous aurez peut-être la chance de déguster un énorme tourteau (24 €) servi avec de la mayonnaise, une soupe de moules (14 €), un gratin de coquilles Saint-Jacques (12 €), un poulet à la crème (16 €) ou encore une tête de veau avec pommes de terre bouillies et sauce gribiche (19 €). Le turbot vaut également le détour !

Les plus gourmands se laisseront tenter par la choucroute de fruits de mer (26 €), un plat que l’on retrouve beaucoup en Normandie. En dessert, foncez sur la crème caramel ou la crème brûlée (5 €) et bien sûr les crêpes (4,50 €). Le restaurant propose un menu en trois services pour 19,80 €.

Enfin, n’oubliez pas de commander un trou normand pour faciliter la digestion et ouvrir l’appétit. Après le repas, rendez-vous sur le bord de mer pour une balade au bruit du va-et-vient des vagues sur le rivage.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : John Mariani

<<< À lire également : Capri, entre mondanité et authenticité >>>