En période de tension accrue, comme pendant la pandémie de Covid-19, la maîtrise de sa respiration peut permettre de contrôler ses émotions, ainsi que les effets du stress sur le corps. Pour cela, pas besoin d’outils en particulier, vous avez déjà tout ce qu’il faut.

Inspirez par le nez et expirez par la bouche. Commencez avec un exercice de respiration simple, comme la technique du 4-7-8 ou la méthode de la respiration en boîte. Vous pouvez trouver ces exercices et bien d’autres sur des sites spécialisés ou des applications de relaxation. La nature de l’exercice en soi n’est pas importante : ce qui compte, c’est de trouver un moyen simple de contrôler sa respiration.

Mais pourquoi inspirer par le nez et expirer par la bouche ?

Pour répondre à cette question, Louis J. Ignarro, pharmacologiste américain et lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine pour ses travaux sur l’oxyde nitrique, nous éclaire : « L’oxyde nitrique, également appelé NO, est une molécule gazeuse produite par nos artères dans tous les organes afin de réguler la fonction cardiovasculaire. L’oxyde nitrique entraîne la relaxation des cellules musculaires (muscles lisses) qui enveloppent les artères, provoquant ainsi une vasodilatation ou un élargissement des artères ». Dans un nouvel article sur l’oxyde nitrique et le Covid-19, le chercheur écrit : « Cette action physiologique entraîne une diminution de la pression sanguine dans les artères et une augmentation du flux sanguin vers tous les organes par les artères dilatées ».

Louis J. Ignarro, qui est également professeur émérite de pharmacologie à l’école de médecine de l’UCLA, explique que l’oxyde nitrique (que l’on appelle aussi monoxyde d’azote) joue un rôle vital dans notre cerveau et notre corps, et que certaines de ses fonctions restent encore à découvrir. Il explique : « L’oxyde nitrique s’avère être une molécule omniprésente, avec de nombreuses propriétés différentes. Par exemple, il détend non seulement les muscles lisses, mais il a aussi une réaction chimique avec d’autres molécules dans les cellules pour modifier leur fonction ».

C’est pourquoi, pour maximiser l’oxyde nitrique tout en respirant, Louis J. Ignarro conseille à chacun de faire une chose très simple : « Ce que je conseille vivement à tout le monde pendant cette pandémie de coronavirus, c’est d’inhaler par le nez et d’expirer par la bouche. Les cellules et les tissus du nez produisent en continu de l’oxyde nitrique, qui est un gaz, alors que ce n’est pas le cas de la bouche. L’importance physiologique de ce phénomène est que l’oxyde nitrique d’origine nasale améliore l’apport d’oxygène dans les poumons, en provoquant une bronchodilatation ».

Ainsi, en inspirant par le nez, nous respirons l’oxyde nitrique produit dans nos membranes nasales, l’envoyons dans nos poumons où il dilate les voies respiratoires et stimule l’apport d’oxygène à notre cerveau et à tout notre corps. Ce processus a pour conséquence de détendre les vaisseaux sanguins et les tissus musculaires, qui sont tous deux soumis à des tensions en période de stress.

Selon Louis J. Ignarro, le fait d’envoyer plus d’oxyde nitrique dans les poumons peut également offrir une protection contre les virus et les bactéries : « L’oxyde nitrique produit par nos propres cellules peut interagir avec les molécules des cellules envahissantes, telles que les bactéries, les parasites et les virus, pour les tuer ou empêcher leur réplication ou leur propagation ». Le chercheur travaille avec une équipe pour étudier les effets de l’oxyde nitrique sur le Covid-19 dans les poumons.

« L’inhalation par la bouche ne permet pas de bénéficier des mêmes effets », précise le pharmacologiste. « De même, l’expiration par le nez est un gaspillage important, car l’oxyde nitrique serait expulsé des poumons, où il est le plus nécessaire ».

Ainsi, pour en revenir aux exercices de respiration simples, quel que soit celui que vous choisissez, n’oubliez pas de suivre suivre les conseils de Louis J. Ignarro pour utiliser au mieux l’oxyde nitrique à chaque respiration. Ce faisant, vous pourrez profiter des bénéfices de la respiration contrôlée, notamment la régulation du rythme cardiaque et de la pression sanguine, l’exploitation des zones de contrôle émotionnel du cerveau, et peut-être même le développement de votre mémoire. Certains avancent également qu’une respiration contrôlée renforce le système immunitaire et améliore le métabolisme énergétique.

En résumé : une respiration simple et contrôlée qui maximise l’oxyde nitrique est l’un des outils de gestion du stress les plus efficaces et les plus simples. Inutile d’aller acheter des outils pour la pratiquer, la seule règle à suivre : « Il faut que tu respires ».

 

<<< À lire également : Comment Éviter Que Le Masque N’Embue Vos Lunettes >>>