Cet été, fraîchement arrivé de la côte ouest des États-Unis, un entrepreneur en technologie s’est installé à Dubaï. Accompagné de sa famille, de l’entreprise familiale et d’une flotte de 30 voitures de luxe, le milliardaire a tout ce dont il a besoin pour commencer une nouvelle vie à Dubaï.

 

« C’est très sûr ici pour mes enfants. La criminalité a augmenté à L.A. depuis le début du Covid-19 », explique cet entrepreneur d’une cinquantaine d’années qui souhaite rester anonyme.  

Trouver une maison avec de la place pour 30 voitures n’a pas été facile, explique Rohal Kohyar, directeur marketing de Luxhabitat Sotheby’s International Realty. La mise en place du family office n’a pas non plus été simple. Les family offices de cette envergure gèrent des centaines de millions de dollars de patrimoine privé, une tâche qui nécessite une équipe d’une trentaine de spécialistes.

« Nous avons dû augmenter le salaire d’un poste d’assistant de direction pour qu’il soit attrayant pour les gens de revenir aux Émirats arabes unis », explique Zahra Clark, responsable de la région MENA pour Tiger Recruitment. Pendant la pandémie, de nombreux expatriés ont quitté Dubaï pour rentrer chez eux. Mais avec le grand nombre de familles fortunées qui s’installent à Dubaï, les recruteurs doivent offrir des incitations importantes pour attirer les professionnels de l’investissement dans l’émirat.

Rohal Kohyar estime que 20 milliardaires ont acheté une propriété à Dubaï cette année, et Luxhabitat Sotheby’s International Realty a vu son activité augmenter d’environ 300 % par rapport à la même période l’année dernière.

Selon le Dubai Land Department, le volume des ventes de propriétés à Dubaï a augmenté de 136,5 % en août par rapport au même mois de l’année dernière. Les ventes de villas ont augmenté de 124 % notamment grâce à la vente de plusieurs villas de 100 millions de Dh (27 millions de dollars) dans le quartier de Dubai Hills Grove. « Normalement, nous faisons une ou deux transactions de 100 millions de Dh (23 millions d’euros) par an. Cette année, nous en avons déjà réalisé neuf », déclare M. Kohyar.

Les booms immobiliers sont déjà arrivés auparavant, mais cette fois-ci, c’est différent, dit-il. « Maintenant, les gens achètent ces propriétés de luxe pour y vivre avec leur famille. » Et ils sont pressés. Les acheteurs n’attendent pas que les projets soient terminés. « Ils doivent être prêts dans l’immédiat. » Les riches sont soudainement pressés.

Il y a quelque chose de différent qui se passe à Dubaï : les gens viennent de plus en plus loin. M. Kohyar affirme que la plupart de ses clients viennent des principaux pays européens, comme le Royaume-Uni, la Suisse et l’Allemagne. Parmi les super riches qui établissent des bureaux familiaux à Dubaï, M. Clarke indique que la plupart viennent des États-Unis et du Royaume-Uni. D’autres recruteurs affirment que Singapour et Hong Kong manifestent un intérêt accru.

Beaucoup ont été impressionnés par la façon dont Dubaï a géré la pandémie. Les vaccins ont été distribués rapidement aux trois millions de résidents de Dubaï, les tests PCR sont bon marché et disponibles, et le pays n’a connu qu’un bref confinement en mars et avril 2020. « Nous sommes plus occupés aujourd’hui qu’avant l’épidémie. Cela se poursuivra tant que l’Europe, le Royaume-Uni et les États-Unis ne parviendront pas à gérer correctement la crise de Covid-19 », déclare M. Clarke.

Mais en réalité, la pandémie a frappé Dubaï de plein fouet. Des milliers d’expatriés qualifiés ont commencé à rentrer chez eux, car les emplois se sont taris, le coût de la vie a grimpé en flèche et ils craignaient d’être bloqués à l’étranger.

 

Les Émirats arabes unis, un pays où l’impôt sur le revenu est absent

 

Les dirigeants de Dubaï ont soudain pris conscience de la faillibilité de leur économie. Les expatriés ont apporté avec eux des entreprises, de la richesse et des divertissements. Sans eux, la jeunesse talentueuse ou entreprenante de Dubaï risquait de les suivre à l’étranger. Afin d’inverser la tendance, le gouvernement des Émirats arabes unis a commencé à offrir des « visas dorés » aux personnes très performantes. Ce visa de résidence de 10 ans a été créé en 2019, mais depuis le début de l’année, il a été distribué aux meilleurs étudiants, aux entrepreneurs prospères et aux acteurs primés.

En juillet, 45 étudiants brillants ont reçu des visas dorés. Raghad Muaiyad Asseid Danawi, un Jordanien de 17 ans étudiant à l’école Qatr Al Nada de Dubaï, en fait partie. « C’est une grande chance pour moi, mes parents et mes frères et sœurs », a-t-elle déclaré au Khaleej Times.

Le même mois, les Émirats arabes unis ont mis 100 000 visas en or à la disposition des codeurs informatiques. Après avoir perdu face à l’Europe, à Israël et à la Silicon Valley, Dubaï veut désormais s’imposer comme un centre technologique et s’est fixé pour objectif de créer 1 000 grandes entreprises numériques au cours des cinq prochaines années.

Outre les étudiants et les programmeurs, les Émirats arabes unis ont également distribué des visas en or à des acteurs. Yasmin Abdelaziz, une actrice égyptienne populaire, a reçu un visa d’or en juillet, rejoignant ainsi un trio de pop-stars libanaises – Najwa Karam, Marwan Khoury et Ragheb Alama – qui ont déjà reçu ce visa.

Tout cela rend Dubaï plus attrayant pour les personnes fortunées. Pour 10 millions de Dh (2,3 millions d’euros), ils peuvent eux aussi obtenir un visa d’or. Et, grâce à une nouvelle loi introduite en février de cette année, ils peuvent amener leurs bureaux familiaux avec eux.

Mais l’aspect le plus séduisant des Émirats arabes unis est peut-être l’absence d’impôt sur le revenu. Alors que d’autres régions du monde, et notamment les États-Unis et le Royaume-Uni, envisagent de prélever des impôts sur la fortune pour financer la pandémie, Dubaï semble soudain beaucoup plus attrayant.

Et s’ils commencent à y installer leurs entreprises ou leurs bureaux familiaux, il y a de fortes chances qu’ils y restent, estime M. Kohyar : « Cette poussée actuelle se situe davantage à un niveau personnel, nous pensons qu’elle sera beaucoup plus durable, car les gens s’installent ici avec leur famille et leur entreprise, et ils resteront certainement. »

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Ollie A Williams

<<< À lire également : Dubaï : l’expérience d’une vie sous-marine extraordinaire au large des îles du monde pour 3 millions de dollars >>>