Note de la rédaction : En raison de l’épidémie actuelle de Covid-19, les voyages internationaux sont fortement déconseillés pour le moment – cet article a pour but de servir d’inspiration pour un futur voyage une fois la pandémie terminée.

 

Du Cap de Bonne-Espérance aux rives de l’Alexandrie, le continent africain abrite un éventail incroyablement large de biomes, de paysages et d’espèces indigènes, le tout sur une masse continentale qui englobe environ 20% de la surface terrestre. Si des réserves comme le parc national Kruger et le parc national du Serengeti constituent des destinations de safari spectaculaires, le continent tout entier regorge de joyaux cachés qui sont souvent négligés par ceux qui planifient un voyage dans l’un des 54 pays d’Afrique.

 

Pour avoir un aperçu des chaînes de montagnes, des sites archéologiques et des points chauds de la biodiversité les plus spectaculaires de la masse continentale, jetez un coup d’œil à ces cinq parcs nationaux sous-estimés.

 

Parc national du Simien, Éthiopie

Abritant certaines des caractéristiques naturelles les plus impressionnantes du continent, le parc national du Simien englobe une grande partie des hauts plateaux éthiopiens, dont le plus haut sommet du pays, le Ras Dashan, qui culmine à 4550 mètres. Alors que le parc offre des vues spectaculaires sur des plateaux escarpés, des vallées abruptes et une végétation luxuriante, l’un des aspects les plus fascinants de cette chaîne de montagnes est la richesse des espèces endémiques qui prospèrent dans des conditions de haute altitude. Les visiteurs du parc national du Simien peuvent apercevoir des bouquetins d’Abyssinie, des loups d’Éthiopie et le Gélada, un primate ressemblant à un babouin qui est la dernière espèce survivante de son genre.

 

Parc national de Liwonde, Malawi

Alors que le vaste lac Malawi est une destination populaire dans le pays, le parc national de Liwonde se trouve juste au sud du plan d’eau homonyme du pays. Il s’étend sur environ 570 kilomètres carrés autour de la rivière Shire. Le parc est en passe de devenir une réussite majeure dans le domaine de la conservation en Afrique. En 2015, des dizaines de milliers de pièges métalliques ont été retirés du parc, permettant aux nombreux hippopotames présents dans les cours d’eau de se développer sans entrave. Les visiteurs de cette réserve doivent également surveiller les lions, les rhinocéros noirs et surtout les guépards récemment réintroduits – cette dernière espèce avait disparu du pays pendant vingt ans avant d’être réintroduite en 2017.

 

Parc national du Tassili N’Ajjer, Algérie

Situé au fin fond du sud de l’Algérie, cet immense parc est surtout connu pour contenir des milliers de gravures rupestres préhistoriques, une qualité qui a permis au parc d’être classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1982. De nombreuses créatures représentées dans l’art rupestre – éléphants et girafes, par exemple – vivaient autrefois dans la région environnante, bien que la désertification qui s’est produite au cours de milliers d’années ait rendu la zone largement inhospitalière aujourd’hui. Outre l’art rupestre, le parc abrite également de grands groupes de flèches de grès qui forment des « forêts de rochers », ainsi que des populations éparses de mouflons de Barbarie indigènes.

 

Parc national d’Andasibe-Mantadia, Madagascar

Isolées de l’Afrique continentale depuis des millions d’années, environ 90% des espèces qui vivent à Madagascar sont endémiques au pays, ce qui en fait un endroit de choix pour observer certaines des créatures les plus insaisissables de la planète. L’un des points forts de la biologie est le lémurien. Bien que de nombreuses espèces aient disparu avec le temps, y compris une variété de la taille d’un gorille qui s’est éteinte il y a environ deux mille ans, les visiteurs du parc peuvent aujourd’hui observer plusieurs types de lémuriens vivants, dont l’une des plus grandes espèces survivantes, l’indri. Outre les primates, le parc abrite également plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux différentes, dont beaucoup sont endémiques, ainsi que des reptiles et des amphibiens indigènes.

 

Parc national des oiseaux du Djoudj, Sénégal

Situé à l’extrémité nord de la frontière sénégalaise, cet ensemble de zones humides d’environ 16 200 hectares est reconnu dans le monde entier pour son haut degré de biodiversité. De nombreux oiseaux migrateurs utilisent le site comme halte après avoir traversé le dur désert du Sahara. Outre ces espèces européennes en voyage, les visiteurs peuvent également rencontrer des flamants roses africains, des pélicans, des échassiers et même des crocodiles et des lamantins. Bien que le sanctuaire ait été désigné comme étant en danger en 2000 en raison de la présence d’espèces invasives résistantes, il a été débarrassé de tout danger immédiat en 2006 et continue de servir de refuge à environ 350 espèces d’oiseaux différentes.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jared Ranahan

 

<<< À lire également : Expériences inoubliables : les meilleurs voyages en pleine nature post-pandémie >>>