Est-ce que vous avez plus de livres que de temps pour les lire ? Vous sentez-vous coupable d’avoir des étagères pleines de bouquins encore jamais ouverts ? Si c’est le cas, alors vous êtes peut-être en train de pratiquer sans le savoir le tsundoku, un art ancien japonais qui consiste à acheter plus de livres qu’on ne pourra jamais lire. Dans ce cas, mettez un frein à vos dépenses littéraires effrénées et préparez un plan pour vous concentrer sur votre liste de lecture, comme le font Warren Buffet ou Bill Gates.

Reconnaissez la lecture comme une source de connaissances

Rien de mal à lire un polar bon marché si c’est ce qui vous plaît. En revanche, un bon livre sur les affaires doit se démarquer comme source de savoir, ou vous aider à résoudre un problème.

« Ces temps-ci, je visite des endroits intéressants, je rencontre des scientifiques, et je regarde beaucoup de conférences sur internet. Cependant, lire reste ma principale façon d’apprendre de nouvelles choses et de tester mes connaissances. » a déclaré Bill Gates dans une interview pour le New York Times.

Et ce n’est pas un cas isolé. Après qu’on lui ait demandé la clé de son succès, Warren Buffet a expliqué à des étudiants sur le point d’être diplômés : « lisez 500 pages… chaque jour. C’est comme ça que le savoir se construit, peu à peu : on pourrait le comparer à un compte en banque qui accumule des intérêts. Vous en êtes tous capables, mais je peux vous garantir dès maintenant que peu d’entre vous le feront vraiment. »

Mais comment lire autant, quand 50 pages représentent déjà un défi pour beaucoup ?

Lisez plus d’un livre à la fois

Vous pouvez lire deux ou trois livres en même temps : cela vous permet de passer de l’un à l’autre sans ressentir d’ennui. Ne pas se concentrer sur un seul ouvrage permet également des mélanges originaux entre les idées présentées dans chacun.

Le but n’est pas de lire plus de livres que votre attention ne peut gérer, mais, en vous intéressant à plusieurs d’entre eux, vous devriez toujours avoir quelque chose en réserve qui vous intéresse.

 

Photo : Getty Royalty Free

 

Ecoutez des livres audio

Les livres audio sont un moyen formidable de réduire votre liste de lecture : vous pouvez les écouter en vous rendant au travail, dans le train, ou pendant votre séance de sport. Si vous trouvez que le format vous convient, vous pouvez aussi accélérer la vitesse de lecture pour les écouter une fois et demi ou même deux fois plus vite.

La technologie Whispersync d’Amazon permet même d’écouter un livre audio sur son téléphone, puis de passer sur Kindle et de reprendre là où on s’était arrêté.

Laissez tomber les mauvais livres

Oprah Winfrey a recommandé de ne pas continuer un livre si sa lecture n’est toujours pas agréable au bout de 50 pages. On pourrait légèrement amender ce conseil et proposer d’abandonner le livre s’il ne se montre ni agréable, ni utile.

Ne vous inquiétez pas si vous avez du mal à le faire : Bill Gate aussi a du mal à lâcher un mauvais livre, et a même déclaré à Time Magazine qu’il passait plus de temps sur ceux-ci, car il note des contre-arguments dans la marge.

Demandez des recommandations

Lors de son interview pour Time Magazine, Bill Gates a par ailleurs cité Business Adventures de John Brooks comme une de ses livres favoris. Il s’agit d’un recueil d’articles rédigés par Brooks pour le New Yorker, présentant les raisons pour lesquelles certaines société ont réussi ou échoué, et Gates s’est inspiré des leçons de celui-ci dans sa gestion de Microsoft.

Même si Gates ou Buffet ne pourront sans doute pas valider vos choix avant que vous ne cliquiez “Acheter” sur Amazon, vous pouvez toujours consulter leurs listes de lecture pour vous renseigner sur les prochains livres que vous devriez choisir. La liste des recommandations de Bill Gates est disponible sur Gatesnotes, tandis que Valuewalk (ou une simple recherche Google) vous donnera les choix de Warren Buffet.

Créez votre antibibliothèque

Pour l’auteur et investisseur Nassim Taleb, les livres que vous n’avez pas lu ont plus de valeur que ceux que vous avez terminé. Dans Black Swan, il met en garde ses lecteurs quant au danger de lire trop de livres de leur liste ou de leur bibliothèque personnelle sans ajouter au préalable de nouveaux titres dans leur étagères. Selon lui, chacun devrait avoir son antibibliothèque personnelle.

« Cette antibibliothèque devrait contenir toutes les connaissances qui vous manquent, dans la limite de vos moyens financiers, du taux de crédit immobilier actuel, et de l’état du marché du logement ». En d’autres termes, faire du tsundoku n’est pas une si mauvaise idée, finalement.