D’après Bloomberg, la Turquie est devenue la destination préférée des super riches. Pendant ce temps, les hauts lieux du yachting comme l’Espagne et la France voient le nombre de bateaux en baisse. Sûrement repoussés par les règles sanitaires ainsi que la hausse du nombre de cas de Covid-19 sur la Côte d’Azur.

Selon l’enquête, l’Espagne a accueilli 26 bateaux de moins cet été par rapport à l’année dernière, tandis que la France en a reçu 16 de moins. De plus, il est peu probable que ce nombre augmente beaucoup en France suite à la récente annulation du Festival de la Plaisance de Cannes en septembre.

En comparaison, le nombre de bateaux en Croatie, en Turquie et en Grèce est à son plus haut niveau depuis trois ans. La Croatie est en hausse de 25 bateaux par rapport à 2019, la Turquie de 12 bateaux et la Grèce de 10 bateaux.

Le résultat le plus surprenant est celui de la Turquie. Autrefois considérée comme un terrain de jeu pour l’élite russe, il semble que ses eaux attirent désormais un plus grand nombre de visiteurs venant du monde entier.

En juillet, Shéhérazade, propriété d’un milliardaire du Moyen-Orient, a jeté l’ancre à Bodrum, la tristement célèbre capitale du parti sur la côte sud-ouest de la Turquie. Avec ses 140 mètres, Shéhérazade, construit par le chantier naval allemand Lürssen, est l’un des plus grands superyachts du monde, ce qui fait sensation dans le port.

Plus récemment, à la mi-août, le superyacht Flying Fox de 136 mètres de longueur, également construit par Lürssen, a été photographié au large des côtes de Bodrum. La rumeur dit qu’il appartient à l’entrepreneur américain et PDG d’Amazon, Jeff Bezos, qui l’a mis à la location. D’un coût estimé à 4 millions de dollars par semaine, le Flying Fox est considéré comme le plus grand yacht disponible à la location dans le monde.

Turquie
Source : Getty Images

Le rapport révèle que les bateaux habituels des Russes ont également jeté l’ancre en Turquie. Ces derniers comptent parmi eux le Pacific de 85 mètres de Leonid Mikhelson et le Madame Gu de 99 mètres, qui appartiendrait à Andrey Skoch.

Le fait que la Turquie attire des yachts d’un tel calibre et leurs invités de marque constitue un grand avantage pour la région qui essaie depuis quelque temps de se réinventer en tant que centre nautique international de première classe.

Bianca Nestor, courtière en affrètement auprès de la société londonienne Burgess, a déclaré : « Les récentes restrictions imposées aux voyages à destination et en provenance de certaines des principales destinations méditerranéennes ont mis la Turquie sous les feux des projecteurs, ce qui est très bien accueilli par le pays. De plus, la Turquie prolonge son été avec des températures moyennes de 25°C. De même, ce joyau de la Méditerranée orientale offre de multiples trésors, ce qui pourrait être la raison pour laquelle certains voyageurs internationaux pourraient s’y évader sur un yacht ». Puis elle a ajouté : « La Turquie offre une combinaison de petites villes pittoresques et de plages tranquilles dans des eaux cristallines, avec la possibilité de profiter de restaurants exceptionnels, de clubs de plage, de magasins et de la vie nocturne en cours de route. Chaque ville ou île a son propre charme original et sa beauté imprégnée d’histoire ».

Burgess a également manifesté un intérêt accru pour la Croatie dans tous les domaines. À ce sujet, Bianca Nestor a déclaré : « En raison d’une popularité croissante, nous constatons un plus grand nombre de bateaux de plaisance de différentes tailles en Croatie, ce qui a permis à Burgess de répondre à la demande et de satisfaire les différentes exigences du marché ».

D’après Michaela Beitz Biggi, responsable de la gestion des affrètements chez Edmiston, le courtier en superyachts, cet intérêt pourrait simplement être dû aux limitations de voyage aux États-Unis. « Le nombre de demandes de renseignements pour la Croatie a augmenté cet été, car c’est le seul endroit où les Américains peuvent voyager », dit-elle.

Elle n’est cependant pas d’accord avec le fait que la demande de charters vers la Côte d’Azur a diminué, du moins pour les voyageurs européens. « Les demandes pour la France n’ont pas diminué ! Les clients européens étaient toujours désireux de faire des croisières vers les destinations classiques françaises et italiennes. Ce sont seulement les clients non européens qui ont dû s’adapter aux restrictions de voyage », dit-elle.

Edmiston a confirmé que les demandes pour la Turquie avaient augmenté, mais que les problèmes de frontières avaient eu des répercussions sur les aspects pratiques du réacheminement des yachts pour certains de ses clients. « Nous avons commencé à recevoir plus de demandes pour la Turquie, il y a un mois, de la part de clients russes qui ne pouvaient pas voyager en Europe. Cependant, tous les propriétaires de yachts ne souhaitaient pas déplacer leur bateau en Turquie lorsque les frontières avec la Grèce sont fermées », explique-t-elle.

Il reste donc à voir si l’intérêt pour la Turquie va continuer à augmenter lorsque les restrictions sanitaires sur les voyages seront levées, mais d’après ce que montre cet article, ce n’est pas un mauvais endroit pour profiter de l’été en pleine pandémie.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Rachel Ingram

<<< À lire également : Les Plus Beaux Superyachts Du Monde >>>