Alors que la pandémie de Covid-19 s’aggrave aux États-Unis, l’investisseur milliardaire Bill Ackman estime que les trois ou quatre prochains mois pourraient être terribles pour la reprise économique. En revanche, une fois qu’un vaccin sera largement disponible, le fondateur de Pershing Square Capital Management s’attend à une période de boom économique.

C’est ce qu’il a déclaré lors du Wealth Management Summit, organisé par Forbes la semaine dernière. Soulignant des facteurs inquiétants tels que l’augmentation du taux de tests positifs dans presque tout le pays, Bill Ackman a affirmé que les prochains mois seront « terribles » pour la pandémie et « difficiles » pour l’économie, en particulier dans des États comme New York, où de nombreuses entreprises seront probablement contraintes d’interrompre leurs activités en plein air pendant l’hiver.


 

Bill Ackman
Le milliardaire Bill Ackman dans les gradins de l’US Open 2018 | Crédit photo : Getty Images

 

Mais un environnement macroéconomique et politique prometteur devrait contribuer à soutenir la croissance une fois qu’un vaccin sera largement disponible, a noté Bill Ackman. Il estime que la Réserve fédérale devrait probablement être accommodante, tandis que le Congrès devrait se montrer divisé sur le maintien d’une politique modérée et de loyers bas. Le milliardaire s’attend également à une poussée de l’épargne.

Pour Bill Ackman, les secteurs qui devraient connaître le plus grand essor sont ceux qui ont le plus souffert, à savoir l’hôtellerie et la restauration. Le Dow Jones U.S. Hotel & Lodging est toujours en baisse de plus de 40 % cette année malgré une récente hausse, tandis que le S&P Food & Beverage Select Industry Index s’est rétabli après des pertes de près de 25 % pour être désormais en hausse de 11 % depuis janvier.

S’il s’attend certes à ce que les trois ou quatre prochains mois soient brutaux pour les restaurants, Bill Ackman est certain que les entreprises bien capitalisées et dotées de moyens numériques, comme Chipotle (l’un de ses titres préférés, en hausse de 46 % cette année), devraient encore bien se porter, et que le secteur dans son ensemble connaîtra certains de ses « meilleurs moments » après la pandémie.

Le portefeuille de restaurants de Bill Ackman comprend également Burger King et les sociétés mères de Popeye, Restaurant Brands et Starbucks, qui, selon lui (avec Chipotle), chercheront toujours à étendre leur empreinte immobilière après la pandémie. Les actions de Restaurant Brands ont baissé de 11 % cette année, tandis que celles de Starbucks ont augmenté de 6 %. 

L’essor des activités post-pandémie devrait également être une aubaine pour les soins aux personnes âgées et les produits pharmaceutiques, a ajouté Bill Ackman, qui a quitté le sommet avec un dernier conseil : bien que la disparité économique entre Wall Street et Main Street se soit creusée pendant la pandémie, la mise en lumière de l’efficacité des entreprises numériques et l’enthousiasme des consommateurs devraient faire du monde post-Covid un moment propice à la création d’entreprises.

Le milliardaire a déclaré : « Beaucoup d’économies accumulées au cours de l’année n’ont pas été dépensées. Les gens vont vouloir s’en sortir et saisir le moment présent. Je pense qu’il y aura une explosion des voyages, des gens qui mangent au restaurant et qui veulent vivre leur vie… donc la combinaison de ces facteurs pourrait conduire à une croissance assez explosive, espérons-le, et ce serait une bonne façon de laisser tout cela derrière nous ».

Bill Ackman, devenu célèbre en sauvant l’opérateur de centres commerciaux General Growth, a gagné et perdu des milliards de dollars grâce à des investissements très médiatisés dans tous les secteurs. Il aurait gagné 2,6 milliards de dollars au début de la pandémie en pariant 27 millions de dollars sur des indices d’obligations à haut rendement que les défaillances d’entreprises feraient augmenter en raison des fermetures massives. En revanche, il a également perdu 3 milliards de dollars en 2014 sur un investissement dans l’entreprise pharmaceutique en difficulté Valeant. Canalisant ses perspectives baissières pour les mois à venir, il a parié 8 millions de dollars en début de semaine que les défaillances d’entreprises augmenteraient à nouveau dans un contexte de ralentissement de la reprise économique dans les prochains mois. Forbes estime le montant de sa fortune à 2,1 milliards de dollars.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan Ponciano

 

<<< À lire également : Jeff Bezos Vend Pour 3 Milliards De Dollars D’Actions Amazon >>>