La crise sanitaire s’installe et les protocoles pour limiter la propagation de la Covid-19 se durcissent, affectant de plein fouet les commerces de proximité.
Dans ce contexte inédit où la distanciation sociale devient la nouvelle norme, le commerce en ligne sur mobile entre dans les usages des consommateurs et connaît un véritable essor.
Et si la transformation digitale des magasins locaux s’opérait via une application de m-commerce ?
La solution de GoodBarber fait plus que jamais sens. Son CEO, Sébastien Simoni, ambitionne de rétablir l’équilibre dans le rapport de force entre les plateformes de e-commerce et les petits commerçants en permettant à ces derniers de créer leur propre shopping app.

 


La crise sanitaire accélère sans conteste la transformation des commerces locaux. Sont-ils pour autant prêts à lancer une application mobile de commerce ?

La digitalisation du commerce n’est désormais plus une option : le climat économique est incertain et les commerces de proximité doivent s’adapter pour garantir leur viabilité.

40 millions de Français ont effectué un achat en ligne au 1er trimestre 2020 et la crise sanitaire ne fait que renforcer ce comportement. La progression des achats sur mobile est quant à elle très dynamique : 57% des consommateurs français utilisent désormais leur mobile pour acheter ou payer en ligne, selon une étude réalisée par Ipsos pour PayPal.

Le m-commerce entre donc dans les usages, les réseaux sociaux ayant par ailleurs joué les initiateurs : Instagram, Pinterest ou Snapchat parviennent à convertir l’engagement de leurs utilisateurs en actes d’achat en intégrant des fonctionnalités transactionnelles.

Dans ce contexte, la mission de GoodBarber est de permettre aux commerçants de se doter des mêmes atouts que les grandes plateformes de e-commerce. Nous souhaitons rendre la technologie simple et accessible pour concevoir des applications mobiles de commerce sans pour autant savoir coder. La crise sanitaire a fait émerger de nouveaux profils de clients, moins sensibilisés au digital. Nous avons en ce sens renforcé notre démarche d’accompagnement en termes de Customer Success : nous sommes passés d’un support technique en appui du client à une création de maquette prête à l’emploi pour une dizaine de catégories de commerces de proximité (traiteur, fleuriste, épicerie, …). La transparence et la simplicité sont dans notre ADN.

Concrètement, quel est le ROI d’une shopping app ?

Pour comprendre l’intérêt d’une shopping app, il faut tout d’abord appréhender le parcours des clients en ligne. La recherche d’un produit via un moteur de recherche est son premier réflexe. Son attention peut également être captée via une publicité ou une recommandation. Une fois que le e-commerçant a gagné un nouveau client, il est possible de le solliciter via des campagnes d’emailing. Mais au-delà de ces sollicitations ponctuelles, le chemin naturel du client est de repasser par le moteur de recherche du navigateur, ce qui contraint le e-commerçant à annoncer sur sa propre marque pour être sûr que le client ne soit pas capté par un concurrent. 

Tout l’enjeu consiste à optimiser les chances de transformation sur mobile en remplaçant le site web du e-commerçant par une Application mobile. 

Les bénéfices de notre solution sont ainsi tangibles en termes :

  • D’accessibilité: nos outils divisent par 100 le coût de conception et de possession d’une app ;
  • D’indépendance : vis-à-vis des plateformes de e-commerce, le commerçant est libre de définir ses marges ;
  • D’engagement et fidélisation client : une étude du journal Marketing Science a constaté que les utilisateurs d’applications natives de e-commerce achètent 33% plus fréquemment. Ils achètent en moyenne 34% d’articles en plus et dépensent 37% de plus que les clients non-utilisateurs d’applications plus de 18 mois après l’installation de l’application.

 

Une Shopping App est-elle pour autant compatible avec un commerce local ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, un commerçant local est dans une configuration idéale pour lancer une application mobile de commerce : cet outil lui permet de transformer le flux offline en expérience online. 

La promotion de l’application est par ailleurs facilitée via un QRcode, un Tag NFC ou simplement un lien dans un SMS pour lui permettre de garder la maîtrise de son cœur de clientèle en évitant de payer une commission aux plateformes. 

Le seul prérequis porte sur la nature du commerce qui doit induire une récurrence d’achat pour garantir l’utilité de l’application à son utilisateur final, à l’instar des épiceries par exemple.

Dans les boutiques conçues avec GoodBarber où se pratique un usage d’achat récurrent (restaurant, épicerie, …) les apps natives (distribuées par l’App Store d’Apple et le Play Store de Google) comptent pour 50% à 75% des commandes. Le reste des ventes se fait via la version web de l’app (Progressive Web App) utilisée directement depuis le navigateur web du téléphone (ou de l’ordinateur de bureau).

Côté utilisateurs, sont-ils prêts à faire une place dans leur smartphone ou à consacrer du temps à de nouvelles Shopping Apps ?

Les détenteurs de smartphones opèrent naturellement des arbitrages dans le choix des applications qu’ils téléchargent. En cas d’insatisfaction, la sanction est immédiate : l’application est supprimée. Dans cette optique, l’expérience utilisateur est au cœur de la solution de GoodBarber et se traduit en termes d’ergonomie et de simplicité.

Toutes les fonctionnalités de nos Shopping Apps ont été pensées pour garantir un parcours client fluide :

  • Un accès direct depuis l’écran d’accueil du smartphone ;
  • Un checkout simplifié et fiabilisé : l’intégration poussée à l’OS du smartphone offre à nos Shopping Apps une fluidité supérieure à celle d’un site mobile.  Elles accèdent naturellement aux fonctions de paiement des mobiles (Apple Pay, Google Pay) en un clic.

 

Quelle est votre vision sur l’évolution de l’écosystème des Shopping Apps ?

Les statistiques montrent que les taux de conversion les plus forts sont dans les Apps Natives, il est 3 fois plus élevé que sur les sites e-commerce. Nous croyons en ce sens que l’App va devenir un canal central pour les e-commerçants à deux niveaux :

  • Transactionnel : nous avons déjà constaté que pour les clients de GoodBarber disposant à la fois d’un site web et d’une app native, plus de 50% de leur chiffre d’affaires se fait via l’app.
  • Relationnel : les Apps sont également un canal privilégié pour créer une expérience client unique. En effet, elles deviennent l’extension de leur Shop, en offrant l’accès à un programme de fidélité par exemple. C’est aussi un moyen efficace d’organiser des ventes privées ou de prendre des pré-commandes avec le système de notifications push.

Enfin, nous poursuivons notre aventure grâce à la confiance de nos clients et à notre réseau de resellers. Nous vous invitons à suivre notre actualité sur notre blog.