L’ère du bitcoin cash (BCH) semble avoir été aussi brève que la présence de François Bayrou dans le gouvernement d’Edouard Philippe. Lancé le 1er août, la valeur du bitcoin cash grimpa jusqu’à 7,6 milliards de dollars de capitalisation boursière avant de dégringoler de plus de la moitié de cette valeur en un clin d’œil.

Pourquoi une telle chute ?


Le 8 août, le réseau du bitcoin, un consortium, vota pour accepter une mise à jour du nom de “SegWit”. SegWit est un logiciel devant augmenter la capacité du bitcoin (BTC) à faire des transactions de manière plus efficace.

Ce fut également le point de contention qui provoqua la rupture initiale. Ceux qui s’opposaient à cette solution défendaient une méthode différente pour parvenir au même but en augmentant la taille des blocs.

D’autres mises à jour n’ont pas eu le même effet

Depuis les débuts de la crypto-monnaie il y a près de neuf ans, le bitcoin a réparé de nombreux bugs informatiques et s’est mis à jour à plusieurs reprises. “Mais la plupart des améliorations de performance ne sont pas sujettes à controverse car elles ne changent pas fondamentalement le comportement du réseau bitcoin,” explique Bobby Lee, PDG de BTCC, la première et plus grande plateforme chinoise d’échange de bitcoin.

SegWit n’aurait probablement pas pris tant d’ampleur si les opposants n’avaient pas coupé le cordon. Lee, qui est aussi un membre du conseil de direction de la fondation bitcoin (Bitcoin Foundation), fait partie de ceux qui croient que permettre l’évolution du bitcoin cash est la meilleure option pour les deux camps. Une telle attitude est synonyme d’une progression sans conflit.

“Nous pensons que le prix qu’a connu le bitcoin pendant un an et demi a été maintenu à bas niveau à cause de cette impasse,” complète Lee.

Le prix du bitcoin s’est élevé vers de nouveaux sommets, approchant la somme de 3 500 dollars la pièce et atteignant une capitalisation boursière de 55 milliards de dollars pour la toute première fois, soit près de l’équivalent du PIB du Luxembourg.

Le déploiement du SegWit, qui prendra deux semaines à être entièrement implémenté, est considéré comme un jalon important pour le bitcoin. Avec son activation, certains prédisent que le temps ne sera pas bien long avant que la monnaie n’atteigne une valeur de 5 000 dollars la pièce.

Et parce que le bitcoin cash provient de la même corniche que la monnaie originale, les détenteurs de bitcoin ont reçu des bitcoin cash après le lancement de cette dernière cypto-monnaie. Cependant, nombre d’entre eux ont liquidé leurs nouvelles pièces afin de poursuivre le bitcoin et son nouveau potentiel.

Les criminels veulent leur part du butin

Au milieu de l’excitation qui domine le secteur des crypto-monnaies, les criminels eux aussi veulent prendre part au festin. L’anonymat induit par la devise qu’est le bitcoin est devenu un outil de chantage.

La dernière affaire en date implique des pirates informatiques et leur demande de millions de dollars à HBO (chaîne de télévision payante américaine) après avoir dérobé à la chaîne des données confidentielles sur sa série à grand succès Game of Thrones. Ces pirates firent chanter le service télévisuel en menaçant de répandre les informations sur lesquelles ils avaient mis la main, dont un script pour un épisode à venir, des emails de l’un des directeurs de HBO, et les détails de contacts personnels des membres du casting que sont Emilia Clarke, Lena Headey et Peter Dinklage. Ils ont donné trois jours à HBO pour payer la rançon en bitcoin.

Un long chemin à parcourir

“Le bitcoin est une technologie qui tire sa valeur du fait que le monde entier reconnait l’existence de la monnaie dans une somme limitée,” constate Lee. “C’est un bien digital rare.” Il n’existera jamais plus de 21 millions de token. Aujourd’hui, 16 millions sont en circulation. Vingt millions seront minés dans les dix prochaines années. “Il faudra 100 ans pour miner le dernier million de bitcoin,” ajoute Lee, très optimiste au sujet du futur de la crypto-monnaie.

“C’est une période excitante, et il reste un bon bout de chemin à faire.”