Mardi, en pleine pandémie de coronavirus, les actions ont enfin regagné du terrain après avoir atteint leur plus bas niveau depuis trois ans. Alors que le Congrès des États-Unis est sur le point de parvenir à un accord sur une relance budgétaire de 2 000 milliards de dollars pour amortir le choc économique du coronavirus, les actions ont en effet gagné jusqu’à 11 %.

Le Dow Jones Industrial Average a augmenté de 11,3 %, soit près de 2 100 points, soit sa plus forte hausse en une journée depuis 1933. Le S&P 500 a pour sa part grappillé 9,3 %, réalisant sa meilleure journée depuis octobre 2008, tandis que le Nasdaq a gagné 8,1 %.


Les discussions du Sénat au sujet d’un projet de relance budgétaire à hauteur de 2 000 milliards de dollars ont permis aux marchés financiers de reprendre de la vigueur.

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, a déclaré à CNBC qui’l y avait un « réal optimisme » au Congrès quant à la conclusion d’un accord sur le plan de relance colossal visant à endiguer les conséquences du coronavirus sur l’économie américaine. Chuck Schumer, sénateur de l’État de New York au Congrès, et Steven Mnuchin, secrétaire du Trésor des États-Unis, ont fait des déclarations similaires.

Dans la journée de mardi, Donald Trump a indiqué qu’il espérait relancer rapidement l’économie américaine, malgré les conseils des autorités de la santé, qui préconisent le contraire : « J’aimerais que l’économie soit remise sur pied pour Pâques ».

Lundi, la journée avait été difficile sur les marchés, puisque le Dow Jones et le S&P 500 avaient atteint leur plus bas niveau en trois ans. Le Congrès avait ce jour-là échoué à adopter le plan de relance budgétaire, fragilisant un peu plus la bourse américaine.

Bien que les détails du projet de loi restent flous, nous savons que les mesures proposées incluent des versements directs pouvant atteindre 1 200 $ pour les Américains en difficulté, et environ 850 milliards de dollars de prêts aux entreprises, aux États et aux villes.

Adam Crisafulli, fondateur de Vital Knowledge, prédit : « Cette reprise devrait durer plus d’un jour. Les marchés sont profondément surévalués, et la situation difficile de ces derniers jours est due en grande partie au désendettement forcé, un processus qui est à présent presque (sinon totalement) terminé ». Il estime que l’amélioration de mardi « sera probablement suffisante » pour propulser le S&P 500 à 2 800 points dans les jours et semaines à venir (il se situe actuellement un peu en dessous des 2 500 points). Adam Crisafulli assure que faire passer le projet de loi de relance budgétaire de 2 000 milliards de dollars reste la priorité no1 des investisseurs.

De nombreuses compagnies aériennes et de croisière, qui ont été parmi les premières victimes de la pandémie, ont enregistré d’importants gains dans la journée de mardi. En effet, les actions d’American Airlines ont grimpé en flèche de 35 %, tandis que Delta Air Lines a gagné près de 19 %. Pour sa part, United Airlines a augmenté de 24,9 %. Le plan d’aide prévu par le Congrès devrait permettre d’allouer des centaines de milliards de dollars à des secteurs en difficulté, comme celui du tourisme. Par ailleurs, les chaînes de casinos comme Wynn Resorts et MGM Resorts ont gagné respectivement 15,4 % et 32,8 %.

Selon Marko Kolanovic, analyste chez JPMorgan Chase, la bourse américaine pourrait rebondir plus vite que prévu. Il prévoit que l’économie pourrait redémarrer en quelques semaines seulement, avec un rebond de 40 % du S&P 500 et un retour à des niveaux records d’ici début 2021.

 

<<< À lire également : Or Et Coronavirus : Anthologie D’Une Hausse Annoncée ? >>>