Les cofondateurs de Pinterest a vu sa fortune fondre de 300 millions après l’annonce  de résultats médiocres pour le troisième trimestre. Pourtant proches du consensus, les résultats ont été sanctionnés par les analystes qui s’inquiètent des dépenses en forte hausse de la société de médias sociaux. Le cours de l’action a chuté de 23% entre le 31 octobre et le 7 novembre. La fortune du milliardaire américain de 37 ans s’élève maintenant à 1,2 milliard de dollars.

 Pinterest a déclaré une croissance de ses revenus de 47% d’une année sur l’autre, atteignant 279,7 millions de dollars, mais les résultats du troisième trimestre n’ont pas satisfait les analystes. Ses utilisateurs mensuels actifs ont augmenté de 28% pour atteindre 322 millions, dépassant ainsi les estimations, mais la plus forte croissance a été chez les utilisateurs internationaux, qui ne rapportent que 13 cents en moyenne par an. Les utilisateurs américains, qui représentent en moyenne 2,93 dollars des revenus, n’ont augmenté que de 8%.

Plus troublant encore, les dépenses de la société ont presque doublé, atteignant ainsi 413 millions de dollars par rapport à l’année précédente, sans générer de retour immédiat. Pinterest a enregistré une perte nette de 124,7 millions de dollars pour le trimestre, soit près de six fois celle de l’année précédente. L’implosion de WeWork et le déclin d’Uber, dont les actions ont atteint un creux record cette semaine, ont mis à rude épreuve la patience de Wall Street à l’égard des entreprises technologiques en perte d’argent.

Les actions sont toujours en hausse par rapport au prix d’introduction en bourse de 19 dollars de Pinterest en avril, mais ont chuté de près de 46% depuis leur pic de 36,83 dollars en août.

Cela dit, certains analystes restent optimistes à propos de Pinterest. Deutsche Bank a maintenu sa cote d’achat, citant l’innovation de Pinterest dans les unités publicitaires et la technologie sous-jacente. « Malgré une trajectoire plus lente au troisième trimestre, nous continuons de voir plusieurs leviers permettant à la société de maintenir une forte croissance de son chiffre d’affaires et rien qui puisse changer notre vision à long terme de la société », a écrit Lloyd Walmsley, analyste de Deutsche Bank. « Nous profiterions de la vente après les bénéfices et de l’expiration du blocage pour ajouter des positions ». (Deutsche Bank était un assureur de l’introduction en bourse de Pinterest).

Ancien spécialiste des produits chez Google, Ben Silbermann avait lancé Pinterest avec Paul Sciarra et Evan Sharp en 2010. L’ancien étudiant de Yale figurait déjà dans la liste des milliardaires du monde de Forbes en 2016, lorsque son site de bookmarking photo avait été évalué à 11 milliards de dollars après une levée de fonds. « J’espère que Pinterest sera mon dernier travail », avait déclaré Silbermann à Forbes à l’époque. « Je ne pense pas qu’il existe de nombreux outils qui vous permettent d’être vous-mêmes ».