Proposer un accès gratuit à toutes les informations disponibles sur les 3,6 millions d’entreprises françaises, voici la promesse de nouvelles start-up qui comptent bien marcher sur les plates-bandes des géants du secteur de l’information financière, comme Infogreffe ou Societe.com.

 


L’institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) centralise depuis 1951 le registre national du commerce et des sociétés (RNCS), dans lequel figurent l’ensemble des informations légales sur les entreprises françaises. Des précieuses données, qui, une fois traitées, permettent une analyse poussée d’une société ou d’un secteur en particulier et sont donc fortement plébiscitées par les entreprises. Payantes, elles étaient exploitées par un petit nombre  d’acteurs tels que societe.com ou Infogreffe qui les revendaient ensuite à prix d’or aux entreprises.

Mais la loi Macron de 2015 a mis fin à ce monopole en imposant l’accès gratuit aux données du RNCS à l’ensemble des acteurs économiques et des citoyens français. S’en est suivi un colossal travail de diffusion pour l’INPI qui vient de prendre fin en juin 2020.

Dans la foulée, des start-up se sont créées pour proposer gratuitement ces masses de données. Au grand dam des géants du secteur qui ne comptent pas se laisser plumer aussi facilement.
Parmi les premières à avoir dégainé son offre, Pappers fournit donc sur son site, gratuitement, l’ensemble des informations d’identité légale des sociétés, les comptes annuels non confidentiels des entreprises, et tous les éléments retraçant la vie des entreprises immatriculées au RNCS. Au total, il est question de plus de 70 millions de documents, dont certains confidentiels.

“Lorsque j’ai vu que les informations pour lesquelles je payais des centaines d’euros par an depuis des années étaient devenues gratuites et libres d’accès, j’ai réfléchi au nombre de personnes dans ma situation, et avec mes équipes nous avons immédiatement commencé à travailler sur Pappers », explique Pierre Fruchard, son fondateur. Ce jeune entrepreneur nantais de 32 ans n’en est pas à son coup d’essai. À peine sorti de l’école et d’un stage à l’étranger, il a créé un courtier en assurances pour « disrupter le secteur peu digitalisé ».

Encore en phase de développement, Pappers ne fait pas que des heureux. Des fonds d’investissement et des syndicats professionnels montent actuellement une action groupée contre l’INPI et tous les sites qui diffusent ces données afin d’empêcher la diffusion de ces informations.

Pierre Fruchard, ancien juriste en droit des affaires, annonce être bien déterminé à défendre le droit à la transparence et à la gratuité des données publiques. Ils devraient rapidement être soutenus par d’autres start-up qui ne manqueront pas de lui emboîter le pas.