Le Bitcoin est en chute libre. Personne ne sait vraiment pourquoi, mais selon nous, cela devrait être source de bonnes nouvelles pour la guerre commerciale en Chine et conforter la devise chinoise.

Ceci n’est qu’une simple théorie, mais si elle se révèle exacte, et que de telles informations sur la Chine sont diffusées par les médias du monde entier, le Bitcoin pourrait remonter en flèche en fin de semaine. En revanche, si aucune information à ce sujet n’est relayée, et que les cours du Bitcoin stagnent, ou chutent encore plus, alors notre théorie du Bitcoin qui aurait une influence positive sur la guerre commerciale partira en fumée.

Quoi qu’il en soit, le Bitcoin s’est effondré. Pour savoir quoi faire maintenant, tout dépend de vos convictions, en fonction de si vous pensez que le Bitcoin vaudra un jour plus de 100 000 $ ou s’il va finir par chuter à 0 $. Prendre le risque ou rester prudent, telle est la question.

Mais il existe une autre façon de voir les prix. Dans le cas des marchandises, une bulle de prix importante est toujours suivie d’une série de résonances de plus en plus faibles du choc initial des prix, qui finit par éclater avec le temps. Chaque nouvelle hausse des prix est plus faible que la précédente, et ce jusqu’à ce que la bulle originale soit complètement oubliée. Si vous trouvez cette hypothèse plausible, la résonance de la bulle financière du Bitcoin est désormais effacée et la cryptomonnaie devrait retomber dans une fourchette entre 2 000 $ à 3 000 $, voire moins. Après un an ou deux, une nouvelle petite chute aura lieu et ce modèle se perpétuera jusqu’à ce que le Bitcoin ne soit qu’un lointain souvenir.

Le modèle alternatif est le boom de la tech, dans lequel la bulle spéculative d’origine est remplacée par un nouveau mouvement haussier dont nous ne voyons pas encore la fin.

Le Bitcoin est-il une marchandise ou un outil à valeur ajoutée ? La cryptomonnaie n’est pas comme l’or ou le cuivre, pour lesquels une hausse des prix entraîne un excédent de l’offre. À moins que ce ne soit le cas ? Ce modèle est très intéressant, car nous avons déjà connu une baisse du cours du cuivre ou de l’or et attendu avec impatience que les prix remontent pour en revendre. Mais le Bitcoin ne va pas inonder le marché comme peuvent le faire les matières premières, il se protège de la raison économique exacte pour laquelle les prix élevés sont la solution aux prix élevés.

Le choix est donc clair pour les spéculateurs dans ce jeu dangereux, rester à l’écart ou tenter le diable.

 
 

Maintenant que le Bitcoin a chuté, nombreux sont ceux qui voient cette baisse comme un signal pour se retirer de la partie. Mais nous voyons les choses autrement : achetez un peu dans les jours qui viennent, puis achetez un peu plus si le Bitcoin chute à 6 000 $ et faites-vous vraiment plaisir si son cours atteint les 4 000 $.

En parallèle, le hashrate du Bitcoin, qui mesure la puissance des machines de son réseau, a étrangement chuté juste avant la dégringolade du Bitcoin. Il se peut qu’un mineur de Bitcoin en soit responsable, en ayant vendu une grosse partie de sa cryptomonnaie sur ce marché fragile où peu suffit à créer un tsunami. En observant le graphique ci-dessus avant la fameuse chute, nous avons pensé qu’il fallait vendre nos Bitcoin avant qu’il ne soit trop tard, et nous aurions peut-être dû. C’est la première leçon du caractère aléatoire des marchés : soyez joueur jusqu’au bout si vous êtes optimiste, sinon ne prenez pas la peine de jouer.

Le Bitcoin, c’est un peu comme soutenir le groupe Apple quand tout le monde pensait qu’il allait faire faillite : avez-vous espoir en l’avenir ou non ? Si oui, donnez-vous les moyens de vos convictions et achetez du Bitcoin. En revanche, ne mettez pas en danger vos finances pour un jugement personnel qui pourrait s’avérer dommageable.