Les grandes banques jouent un rôle important dans le capitalisme mondial. Elle sont les gardiennes du flux de devises nationales circulant entre les banques centrales et le grand public. Elles demandent d’ailleurs des frais considérables pour exercer cette activité. Ces frais permettent de payer les salaires et les bonus de leurs employés, ainsi que les dividendes des actionnaires. Ces dernières années, les grandes banques ont adopté un second rôle : surveiller les flux de monnaies entre les devises nationales et le Bitcoin. Voilà pourquoi les banques ont le pouvoir de booster, ou au contraire, d’affaiblir le Bitcoin. Quelle option choisiront-elles ? Cela dépend de la volonté des grandes banques de développer leurs propres blockchains, ou de si le Bitcoin sera utilisé pour remplacer ou juste soutenir les devises nationales.

Certains experts en cryptomonnaies pensent que les grandes banques ne peuvent pas stopper le Bitcoin, même si elles développent leurs propres blolckchains. Joe Onyero, PDG et fondateur de Bebuzee en fait partie : « Les grandes banques ne peuvent pas affaiblir le Bitcoin, même si elles mettent en place leurs propres blockchains qui seront certainement centralisées, ce qui va à l’encontre du principe même du Bitcoin. La blockchain est considérée comme une technologie révolutionnaire car, justement, elle est décentralisée. Voilà pourquoi les banques sont obligées d’adopter le Bitcoin. Et cela peut booster cette monnaie numérique, car elle pourra ainsi se démocratiser. Je pense que les banques peuvent aider le Bitcoin si elles ont la volonté de s’adapter. Ainsi, le Bitcoin sera davantage reconnu ».

Cela ne signifie pas pour autant que le Bitcoin remplacera la monnaie fiduciaire : « La cryptomonnaie ne remplacera pas la monnaie fiduciaire. Cette dernière sera utilisée pour certaines choses, et la crypto pour d’autres. La plupart des personnes iront vers la solution la plus simple, ajoute Joe Onyero. Je pense que pour les banques, ce serait encore plus terrifiant d’ignorer les cryptomonnaies et de risquer de se retrouver à la traîne ».

Kelly Tyler, le directeur commercial de A7 Core, qui lève des fonds via une ICO afin de transférer des coupons sur une blockchain, confirme que les banques ne peuvent pas affaiblir le Bitcoin : « Un changement se profile à l’horizon et je pense que les banques le ressentent. Certaines voudraient pouvoir l’éviter, mais c’est impossible ».

Voilà pourquoi elles devraient l’adopter le plus tôt possible : « Plus les banques s’adapteront et adopteront une certaine forme de technologie de blockchain tôt, plus elles seront pertinentes », ajoute Kelly Tyler.

Reginald Ringgold, fondateur de BlockVest DEX, pense que le Bitcoin peut aider les banques à étendre leurs affaires : « Le Bitcoin a établi des partenariats avec des sociétés de la fintech afin de développer les applications de blockchains sur les marchés de capitaux. Les blockchains, utilisées en association avec des contrats intelligents, offrent des opportunités intéressantes sur les marchés dérivés, qui sont en général cernés par de nombreux intermédiaires tels que le NYSE (New York stock exchange) ou le CME (Chicago mercantile exchange) ».

Cela peut expliquer pourquoi les grandes banques se préparent à adopter le Bitcoin et les principales cryptomonnaies.