Après l’effondrement de Novembre, le titre Altice a fortement progressé depuis son point bas de 6,44€ et mardi dernier le rebond de 37% a permis un retour à près de 9€. Suite à une telle hausse un repli était possible, et, a logiquement eu lieu. A 8€ désormais, que faut-il faire ?

L’annonce des résultats du 3ème trimestre d’Altice début novembre a servi de déclencheur et provoqué une baisse de 50% du cours de l’action. La sanction a été telle que de nombreux observateurs ont été jusqu’à penser qu’il y avait désormais un risque de solvabilité pour Altice. Le niveau élevé de la dette est la raison essentielle de cette crainte.

Il nous semble que cette inquiétude soit exagérée, la dette est certes élevée mais l’entreprise a du temps avant de commencer à rembourser. Par contre la valorisation d’Altice et ses perspectives nous semblent inciter à la réserve. Tout d’abord, concernant la dette, le management a annoncé vouloir vendre des actifs « non stratégiques » pour financer une partie de la dette et limiter le poids des frais financiers qui dépassent les 3Mads d’Euros chaque année.

L’idée est bonne mais les actifs potentiels listés pour le moment (immobilier, les datas centers, …) sont trop limités pour avoir un impact significatif. Seule une vente d’actif stratégique, comme PT Portugal qui pèse 7 Mads d’Euros, pourrait faire réellement baisser le niveau de la dette. Ceci signifie simplement que le désendettement va en tout état de cause prendre du temps. Il n’y a donc probablement pas grand chose à attendre d’ici 2019 sur ce plan…et certainement pas de rebond durable du titre.

Par ailleurs, M.Drahi a pris les choses en main pour redresser la situation managériale de l’entreprise et surtout redonner une meilleure dynamique commerciale en améliorant la qualité du service. Là aussi, inutile de penser que cela va produire des résultats rapidement. Une autre solution consisterait à procéder à une augmentation de capital…cette solution paraît hautement improbable et ce, pour deux raisons : la première est que le cours est beaucoup trop bas, la deuxième est que M.Drahi verrait sa participation diluée.

Sur un plan boursier, nous distinguons 3 cas :

1- Ceux qui détiennent le titre : trop tard pour vendre, ils devront prendre leur mal en patience et espérer que les différentes actions entreprises porteront leur fruit mais probablement sans rien à espérer de durable avant 2019.
2- Pour ceux qui se posent la question d’investir, nous conseillons d’attendre de voir les premiers effets des différentes actions entreprises avant de commencer à constituer une ligne.
3- Les spéculateurs attirés par la volatilité du titre trouveront un terrain de jeu sur lequel nous sommes absents pour notre part et pour lequel nous n’avons donc pas de conseil à donner !