Depuis le début d’année, le Bitcoin a connu plus de 20 % de hausse. La cryptomonnaie a en effet atteint les 8 897,64 $ mardi matin, soit 23,8 % de plus par rapport à son cours début 2020 d’un montant de 7 188,30 $.

Pour expliquer cette hausse, certains observateurs du marché estiment que le Bitcoin devrait gagner en popularité en 2020 et toucher plus largement le grand public. D’autres mentionnent les inquiétudes entourant le prochain halving, prévu pour le mois de mai. Bien que certaines de ces explications soient sans doute très plausibles, d’autres facteurs sont également à prendre en compte.


 

Le Bitcoin a été survendu

Selon certains analystes, la cryptomonnaie a été sous-évaluée au début de l’année. Pour Jeff Dorman, directeur des investissements chez le spécialiste de la gestion des risques Arca : « Le prix est descendu trop bas à la fin de l’année dernière ». Selon lui, cela a « entraîné une baisse des ventes et l’intervention d’acheteurs opportunistes ».

Il poursuit : « Des coûts de production au stock-to-flow, en passant par les ratios MVRV (valeur marchande/valeur réalisée) et NVT (valeur réseaux/transactions), tous les paramètres pointaient vers la valeur ».

Pour Marouane Garçon, directeur général de la plateforme Amulet de dérivés sur cryptomonnaies : « Ces chiffres sont révélateurs de la valeur ».

Tim Enneking, directeur général de Digital Capital Managament, nous a également confié son avis : « La valeur minimale à laquelle les mineurs peuvent opérer joue également un rôle, car les “acheteurs de valeur” n’interviendront que lorsqu’ils penseront pouvoir acheter au prix le plus bas. Par conséquent, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que le coût de 6 000 $ semble être un minimum, car les mineurs ne proposeront pas de nouvelle offre pour un prix inférieur à celui-ci ».

 

Le Bitcoin comme refuge

Un autre facteur mentionné par les analystes est l’attrait du Bitcoin en tant que valeur refuge ou comme couverture contre les turbulences macroéconomiques.

Plusieurs observateurs du marché mentionnent le conflit en Iran comme un facteur ayant incité les investisseurs à se tourner vers la plus importante cryptomonnaie au monde. Jeff Dorman explique : « Le conflit Iran/États-Unis a secoué le Bitcoin, car celui-ci s’est comporté exactement comme on s’y attendait pour un actif “refuge”. Les investisseurs ont ainsi accordé leur confiance eu Bitcoin en tant que couverture macro mondiale ».

Pour Evan Kuo, PDG et cofondateur de la crypotmonnaie Ampleforth, les choses sont claires : « J’ai l’impression que l’an dernier, l’idée selon laquelle Bitcoin aurait bénéficié de l’instabilité mondiale a commencé à gagner du terrain. Avec les élections prévues pour 2020 (entre autres), les gens appréhendent beaucoup ».

 

Un ouragan parfait

Dès que les prix du Bitcoin ont commencé à augmenter, une multitude de facteurs sont venus s’ajouter pour amplifier les gains. Tim Enneking affirme que le début d’une nouvelle année est souvent synonyme d’optimisme, mais que la crise entre les États-Unis et l’Iran a été le déclencheur ».

Jeff Dorman est du même avis, déclarant : « Une fois que le marché a commencé à prendre de l’élan, les suspects habituels ont recommencé à faire levier, accélérant encore plus le cours des événements. Au cours des derniers jours, nous avons constaté une forte augmentation des acquisitions d’options d’achat et de contrats à terme ».

 

Perspectives du marché

Pour Matti Greenspan, fondateur de Quantum Economics : « Il y a une centaine de raisons d’être optimiste pour les cryptomonnaies en ce moment. Récemment, j’ai beaucoup observé les conséquences de l’action des banques centrales sur les marchés. Au cours du second semestre 2019, toutes les grandes banques centrales ont très soudainement changé leurs politiques pour devenir ultra-accommodantes. Les effets sur le marché boursier sont flagrants, et de nombreuses sociétés technologiques voient leurs valorisations monter en flèche. Tout cela aura pris quelques mois, mais il semblerait que les capitaux commencent à se diriger vers le marché de la cryptomonnaie ».

Evan Kuo mentionne d’autres évolutions positives : « Il n’y a aucun doute que la propagation de l’analyse stock-to-flow du spécialiste PlanB et que le halving prévu pour 2020 ont enthousiasmé le grand public ». Il note également : « Les mineurs, qui doivent spéculer en avance sur les investisseurs particuliers, ont augmenté les taux de hachage, ce qui participe à l’engouement ».

Tim Enneking conclut en donnant son avis sur les perspectives du marché. Il souligne que la reprise de janvier était « bien plus mesurée » que la forte hausse subie par le Bitcoin en octobre, lorsqu’il a bondi d’environ 40 % en une seule journée.

« Le Bitcoin a connu des hauts et des bas (plus de hauts en ce moment cela dit), les fortes hausses ont été modérées et accompagnées d’une consolidation. La tendance est aujourd’hui bien plus durable à long terme. Connaissant le Bitcoin, je suis sûr que nous assisterons encore à des évolutions importantes, aussi bien à la hausse et qu’à la baisse. Pour autant, une certaine consolidation se met en place par rapport au retracement à 110 % constaté après le pic de fin octobre 2019 qui avait défié la gravité ».

 

<<< À lire également : Crypto-Monaie : Le Bitcoin Peut-Il Être Détrôné ? >>>