Tadashi Yanai, le fondateur milliardaire d’Uniqlo, l’empire japonais du prêt-à-porter, a indiqué qu’il préférerait que son successeur soit une femme.

L’empire du prêt-à-porter Fast Retailing, entreprise âgée de 70 ans et inscrite à la cote de Tokyo, est la maison mère de la chaîne Uniqlo. Tadashi Yanai et sa famille en détiennent une participation de 44 %, ce qui porte leur valeur nette à plus de 29 milliards de dollars.


Comme rapporté par Bloomberg Japan, Tadashi Yanai a dit de son rôle de PDG que « ce travail est plus approprié pour une femme », ajoutant que les femmes « sont persévérantes, ont le sens du détail, ainsi qu’un sens de l’esthétique ».

Une foule de noms seraient apparemment en lice pour le poste de direction de l’entreprise, et tout successeur rejoindrait un empire de la vente au détail ayant enregistré un bénéfice d’exploitation de 2,3 milliards de dollars l’année dernière.

 

Uniqlo
Tadashi Yanai, fondateur d’Uniqlo, et Susan Sarandon. / Getty Images

 

Le 3 septembre, Fast Retailing avait annoncé que les ventes de sa marque dans les boutiques Uniqlo du Japon avaient augmenté de 9,9 % en août par rapport à l’année précédente. Et, bien que ses ventes en Asie demeurent stables, le développement de la marque aux États-Unis est en suspens après que Yanai a mis de côté un objectif de 2012 d’ouvrir 1 000 boutiques Uniqlo aux États-Unis (il en existe actuellement 50).

 

Écart entre les genres

Alors que les discussions portant sur le prochain PDG d’Uniqlo s’intensifient, le premier ministre japonais Shinzo Abe s’est exprimé sur la nécessité de s’attaquer au problème de la diminution de la main d’œuvre disponible dans le pays, et une partie de ce problème devrait être réglée par une meilleure qualité du travail et des postes plus élevés pour les femmes.

Le Forum Économique Mondial classe le Japon à la 110ème place de son Indice Mondial de l’Écart entre les Genres pour 2018, avec un écart de salaire en défaveur des femmes de 24,5 % en 2017, par rapport au salaire d’un homme pour le même poste.

Dans un rapport de 2019, le Fonds Monétaire International (FMI) avait critiqué le manque de « progrès du Japon en matière d’égalité des genres ». Le FMI qualifie de « misérable » le rang du Japon vis-à-vis de l’écart de salaire, bien qu’il reconnaisse une « légère amélioration ».

Maki Akaida, directrice des opérations d’Uniqlo au Japon, dirigerait l’unité la plus rentable de l’entreprise et serait considérée comme le successeur le plus probable. Interrogé par Bloomberg Japan, Yanai avait indiqué que sa promotion était « une possibilité ».