La présidente-fondatrice de l’association « Toutes à l’école » Tina Kieffer, entourée de nombreuses personnalités comme Anne-Claire Coudray, Chantal Thomass, Ludivine Sagnier ou Julian Bugier, célébrait la fin de l’opération “Levons le doigt pour l’éducation des filles” dans les salons du club parisien We Are. L’occasion de faire l’éclairage sur ce formidable engagement pour l’éducation des petites filles.

 


« Qui nous aurait dit ? » Une question que ne se pose pas Tina Kieffer… Rien ne peut entamer la détermination de l’ancienne journaliste TV et ex-directrice de la rédaction de Marie Claire, encore moins prendre le temps de se poser pour apprécier tout le chemin parcouru depuis la création de l’association « Toutes à l’école » et de l’inauguration il y a douze ans de Happy Chandara, une école-pilote au Cambodge destinée aux petites filles les plus défavorisées de la région de Phnom Penh.

Le temps presse toujours pour Tina Kieffer qui n’a eu de cesse de s’adapter et d’anticiper les urgences toujours nouvelles d’un établissement qui scolarise aujourd’hui 1300 élèves. Sa mission première : une instruction de qualité et engagée, avec désormais la question de l’enseignement de l’écologie. A travers la permaculture et le recyclage du plastique au sein de l’école, les projets se nourrissent et des vocations naissent, puisque 14 étudiantes ont depuis choisi la filière agro, pour mieux nourrir la génération de demain… Le but même de l’éducation n’est-il pas de transmettre ? Alors que les premières promos d’élèves viennent de décrocher leur bac haut la main avec 100% d’admissions, la notion d’excellence pour Tina Kieffer prend tout son sens en transmettant un savoir connecté au monde extérieur, à la société, dans un pays « qui a tant besoin de re-construire son élite ». Pour accueillir les 100 nouvelles petites filles qui se présenteront devant les grilles de l’école à la rentrée, l’association multiplie les actions pour lever des fonds, récolter des dons et inciter au parrainage des élèves.

 

Un mini-don, un grand pas pour l’éducation

L’opération “Levons le doigt pour l’éducation des filles”, qui proposait l’arrondi aux caisses (de l’euro) dans différents magasins partenaires (Caroll, Sephora, Gémo, Etam), lancée le 23 septembre dernier et arrêtée le 8 novembre dernier, a été un vrai succès. Elle a permis de récolter la somme de 764 788 euros. Un mini-don qui fait beaucoup pour l’éducation des filles. « Quand vous éduquez une petite fille, c’est une mère en puissance, c’est-à-dire que vous sauvez la génération suivante. Sur toute la population analphabète dans le monde, il y a deux tiers de femmes. » rappelle Tina Kieffer.

Toutes à l’école  www.toutesalecole.org

 

 

<<< À lire également : Emploi : L’Égalité Pour Les Femmes Sera Atteinte Dans… 257 Ans >>>