Le virus à l’origine de la Covid-19 a été transmis aux humains par le biais des animaux, tout comme le VIH, le virus Ebola et bien d’autres. Alors que les scientifiques s’affairent à mettre au point un vaccin sûr et efficace contre cette nouvelle maladie, des centaines de milliers de personnes sont déjà mortes. Certains chercheurs tentent de prévenir la prochaine pandémie en concevant des vaccins pour les animaux sauvages qui hébergent ces agents pathogènes.

Pour fournir un vaccin à des centaines de milliers d’animaux sauvages, les scientifiques exploitent le pouvoir infectieux des virus pour concevoir des vaccins transmissibles. En fabriquant ces vaccins à partir de virus inoffensifs qui ne peuvent pas infecter l’homme, les chercheurs pensent pouvoir inoculer les populations sauvages de manière sûre et efficace, et réduire le risque que représentent les maladies infectieuses émergentes pour l’homme.


Il est impossible de prédire quel virus sera à l’origine de la prochaine pandémie, mais un bon point de départ consiste à cibler les maladies qui provoquent déjà des épidémies localisées chez l’homme. En Afrique de l’Ouest, la fièvre de Lassa tue des milliers de personnes chaque année. Les rats sont porteurs du virus de Lassa, et les humains attrapent l’infection en étant exposés aux crottes de rat. Heureusement, ce virus ne se transmet pas rapidement d’une personne à l’autre, mais cela pourrait changer. « C’est une bombe à retardement », a déclaré Scott Nuismer, biologiste informaticien à l’université de l’Idaho.

« Il se pourrait qu’un jour, la souche particulière qui pénètre dans l’homme soit assez efficace pour se transmettre d’homme à homme, et nous pourrions assister à une nouvelle pandémie », a déclaré Nuismer. Au début de l’année, M. Nuismer et son collègue James Bull ont publié un article dans la revue Nature Ecology and Evolution, présentant un modèle mathématique pour concevoir au mieux des vaccins pouvant se propager chez les animaux sauvages.

Les organismes de santé publique vaccinent déjà les ratons laveurs et les renards sauvages contre la rage, en utilisant des appâts contenant un vaccin comestible. Cette approche présente deux inconvénients majeurs : elle est coûteuse et les chauves-souris ne mangent pas d’appâts.

Comment stopper la rage chez les chauves-souris ? Daniel Streicker étudie la propagation de cette maladie chez les chauves-souris vampires. « C’est un problème dans toute l’Amérique latine », a déclaré M. Streicker, écologiste à l’université de Glasgow. « On s’inquiète maintenant que les chauves-souris vampires puissent s’installer dans le sud des États-Unis. » En plus de causer des dizaines de millions de dollars de dommages au bétail, les chauves-souris mordent parfois les humains, les infectant avec la rage.

Pendant des décennies, le contrôle de la rage a consisté à tuer les chauves-souris avec du poison. Comme les chauves-souris ne cherchent pas d’appât, les chercheurs les capturent et répandent du poison sur leur fourrure. Ces animaux ramènent ensuite ce poison à la colonie. « Les autres chauves-souris qui vivent dans la même colonie vont être en contact avec celles empoisonnées, par des contacts sociaux ou en se toilettant, et quand cela arrive, elles transfèrent le poison d’une chauve-souris à l’autre », a expliqué M. Streicker.

Mais tuer les chauves-souris n’a pas réduit les cas de rage autant qu’on pouvait s’y attendre, a déclaré M. Streicker, en partie parce que les chauves-souris modifient leur comportement en réaction. « Depuis 20 ans, les gens envisagent la possibilité d’échanger le poison contre un vaccin. »

Contrairement au poison, un vaccin ne fonctionne que s’il atteint un pourcentage suffisamment élevé de la population. Pour tester la capacité d’un vaccin oral à pénétrer une colonie de chauves-souris, Streicker a effectué un test sur le terrain en utilisant un colorant à la place d’un vaccin. Après avoir ingéré le vaccin (sous forme de gel), la fourrure des chauves-souris devenait orange. Le colorant a pénétré dans environ 80 à 90% des chauves-souris de certaines colonies, a déclaré M. Streicker, prouvant qu’un vaccin pouvait être disséminé avec succès par cette méthode.

Seuls les animaux directement inoculés par les scientifiques pourraient répartir le vaccin. « Ce que beaucoup de gens apprécient dans ce vaccin, c’est qu’il est facile à contrôler », a déclaré M. Streicker. « Mais en fin de compte, cela le rend quelque peu limité. » Bien que le gel transférable soit une première étape intéressante, a déclaré M. Streicker, il travaille maintenant sur des vaccins transmissibles fabriqués à partir du virus de l’herpès.

Les vaccins qui peuvent être transmis par infection seraient bien plus efficaces pour atteindre un grand nombre d’animaux hôtes. Toutefois, l’amélioration de l’efficacité s’accompagne d’une préoccupation accrue en matière de sécurité. Un élément qui se propage de lui-même est intrinsèquement difficile à contrôler. Heureusement, les biologistes moléculaires disposent d’un arsenal d’outils pour créer un vaccin très sûr.

Tous les virus ne peuvent pas passer d’une espèce à l’autre. Les virus de l’herpès sont un bon outil pour un vaccin car ils ont trois qualités essentielles : ils ne rendent pas les animaux malades, ils se propagent à vitesse grand v dans la population et ils se fixent à une seule espèce hôte.

« Il n’y a aucune chance que les humains soient infectés. L’infection n’atteint même pas d’autres espèces de rongeurs », a déclaré M. Nuismer.

Pour créer un vaccin, les scientifiques prendraient un morceau du génome du virus de la maladie codant pour une protéine qui stimule le système immunitaire. En épissant ce gène dans le virus de l’herpès, on obtient un virus inoffensif qui se propage rapidement dans la population animale. Lorsqu’il infecte les animaux, ceux-ci fabriquent des anticorps contre le virus de la maladie, ce qui signifie qu’ils peuvent combattre l’infection par le virus de la maladie et ne la transmettront pas aux humains.

Alec Redwood, biologiste moléculaire à l’Université d’Australie-Occidentale, travaille à la fabrication de ces types de virus vaccinaux. Par mesure de sécurité, il conçoit un « temporisateur moléculaire » lié au gène du virus de la maladie qui a été épissé. Ce minuteur garantit que le gène étranger sera expulsé après un certain nombre de générations.

« Notre principale préoccupation est de faire en sorte que, même s’il y avait une conséquence involontaire, le virus finisse par s’éteindre, et que nous n’ayons plus à nous inquiéter de sa présence dans la nature », a déclaré M. Redwood. Jusqu’à présent, les tests en laboratoire fonctionnent, dit-il, mais aucun essai sur le terrain n’est prévu.

« Tout cela n’est que théorique pour le moment », a déclaré M. Redwood. « La grande question est de savoir si un organisme de réglementation autoriserait un jour la mise sur le marché d’un vaccin génétiquement modifié. »

La réglementation d’une telle chose sera compliquée, même dans le meilleur des cas. Tout d’abord, chaque pays a des politiques et des procédures réglementaires différentes concernant l’utilisation des organismes génétiquement modifiés. Même aux États-Unis, il n’est pas évident de savoir qui réglementerait un vaccin autogame. Les États-Unis ne disposent pas d’une agence unique chargée de superviser tous les organismes génétiquement modifiés. Les vaccins vétérinaires et la gestion des maladies des animaux sauvages relèvent du ministère américain de l’agriculture (USDA), tandis que la Food and Drug Administration (FDA) examine les animaux génétiquement modifiés destinés à l’alimentation et les médicaments fabriqués à l’aide de la technologie de l’ADN recombinant.

La lutte contre les maladies infectieuses à l’échelle mondiale dépend non seulement de la coopération mondiale des scientifiques, mais aussi du financement et de la coopération des gouvernements et des organismes publics. Prévoir où la prochaine pandémie se produira est «  l’un des plus grands défis de la biologie des maladies infectieuses », a déclaré M. Nuismer. « Je pense que la science peut le faire, mais cela nécessiterait un effort concerté de la part des gouvernements ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Caroline Seydel

<<< À lire également : Covid-19 : Le Royaume-Uni Signe Pour 90 Millions De Vaccins >>>