Tom Siebel a touché le gros lot avec Siebel Systems, une société qu’il a vendue à Oracle en 2006. L’entrepreneur techno et milliardaire retente le coup avec la société d’intelligence artificielle C3.ai, évaluée à 3,3 milliards de dollars. Mais lorsque la pandémie a frappé, les affaires ont ralenti et l’entrepreneur a passé des semaines à apprendre comment utiliser les données pour aider les chercheurs du Covid-19. Il a mis en place un « lac de données » d’informations sur la pandémie, provenant de l’université Johns Hopkins, de l’OMS (organisation mondiale de la santé), de l’Institute for Health Metrics and Evaluation, du Covid Tracking Project (projet de suivi du Covid) et de dizaines d’autres organisations auxquelles les chercheurs pouvaient accéder gratuitement en un seul endroit.

Au total, dit-il, quelque 2 000 utilisateurs actifs du monde entier travaillent désormais avec ce recueil d’ensemble de données pour étudier l’évolution de la maladie et les moyens de l’atténuer. Ces utilisateurs comptent des chercheurs des National Institutes of Health, du MIT et de diverses entreprises pharmaceutiques.


« La difficulté avec ces ensembles de données est de faire toutes les connexions. Elles sont extraordinairement vastes, avec des dizaines de milliers de champs et des centaines de millions d’enregistrements. Pour les rendre utiles à l’analyse, il faut relier des questions comme les taux de comorbidité et d’infection », affirme-t-il. « Le nombre de choses que nous avons connectées est ahurissant ».

Âgé de 67 ans, Tom Siebel se trouve dans une position unique pour créer un recueil d’ensemble de données. Il a passé plus de dix ans et a utilisé près d’un milliard de dollars à développer la technologie qui sous-tend C3.ai, qui offre des analyses prédictives à des clients tels que 3M, Royal Dutch Shell et l’armée de l’air américaine. Son entreprise, basée à Redwood City, en Californie, a connu une croissance rapide, dépassant les 160 millions de dollars de revenus pour l’année fiscale qui s’est terminée en avril. Pourtant, alors que la pandémie a frappé les États-Unis ce printemps, Tom Siebel – qui s’attend à la fois à une récession et à une secousse massive parmi les entreprises d’IA – est devenu l’un d’une douzaine de milliardaires (et plus) à emprunter de l’argent au programme fédéral de protection des salaires. Il a accédé à des fonds de 5 à 10 millions de dollars, selon les données de l’administration des petites entreprises.

C3.ai a nettoyé les ensembles de données à l’aide des outils automatisés qu’elle a mis au point pour aider ses entreprises clientes, afin que les chercheurs puissent accéder à des données structurées, lisibles par machine et exemptes d’anomalies. L’effort a commencé avec 11 ensembles de données, publiés en avril, et s’est étendu au fil du temps pour en inclure 32 en juin. M. Siebel déclare qu’il a l’intention de continuer à ajouter de nouveaux ensembles de données au lac de données, qui est hébergé sur l’AWS, au fil du temps.

« Il s’agit d’une application naturelle de l’IA », déclare M. Siebel. « Il y a beaucoup d’applications de l’IA que nous savons un peu effrayantes et onéreuses, et celle-ci est potentiellement très bénéfique pour la société ».
L’effort de collecte de données est l’un des deux projets Covid-19 que Tom Siebel a lancé ce printemps. L’autre, appelé C3.ai Digital Transformation Institute, distribue plus de 300 millions de dollars en subventions et ressources en nature à des projets de recherche Covid-19 basés sur les données, en partenariat avec Microsoft. L’université de Californie, Berkeley, et l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign gèrent ce consortium, qui a financé 26 projets à ce jour.

« Nous faisons de notre mieux pour faire progresser la science sous-jacente qui permettra de résoudre ce problème », déclare M. Siebel. « Tant que nous n’aurons pas résolu ce problème, je ne pense pas que nous puissions remettre l’économie sur pied ».

<< Article traduit de Forbes Us – Auteur (e) : Amy Feldman >>

<<< A lire également :  Données Personnelles : L’Union Européenne Va Examiner TikTok >>>