Ils l’ont appelé la chute de neige du siècle car même les personnes les plus âgées ne se souviennent pas d’un tel événement. “Filomena” a complètement recouvert la capitale espagnole et, bien que cela ait entraîné de nombreux problèmes, elle a laissé des traces inouïes qui resteront pour l’histoire. Et, bien sûr, ceci n’a pas empêché de nombreux Madrilènes de profiter des paysages et d’une chute de neige qui ne s’est pas produite dans la ville depuis 1904.

Les météorologues avertissaient depuis des jours que Filomena allait arriver, laissant de la pluie et surtout de la neige. Mais les prévisions ont été assez vagues : son ampleur “a surpris”, a assuré le ministre des Transports. La Communauté de Madrid et Castilla-La Mancha étaient devenues complètement blanches et avec une épaisseur surprenante de neige accumulée. Madrid a vu neiger pendant 30 heures consécutives, du vendredi 8 Janvier au samedi après-midi, laissant près d’un mètre de neige dans certaines régions, effondrant les routes, désactivant la plupart des voies de transport, compliquant la gestion des hôpitaux et abattage d’arbres, entre autres incidents.

Mais la neige n’apporte généralement pas que de bonnes nouvelles. Filomena a provoqué la fermeture de l’aéroport de Barajas pendant des heures. Plus de 1000 personnes sont restées coincées sur les routes de Madrid et deux personnes sont mortes dans la capitale. 

De plus, la semaine d’après la température est tombé jusqu’à arriver à -10 °, “quelque chose d’inédit qui n’a été vu qu’une fois par siècle, précisément le 16 janvier 1945, quand il est tombé à -10, -11 °”, indique Rubén del Campo, porte-parole d’AEMET (Agence Statistique de Météorologie). En somme, un congélateur pour la neige qui est tombée ces jours-ci.

Filomena, une catastrophe pour les business

La pente de janvier, ressemblant à l’ascension de l’Everest pour de nombreux petits entrepreneurs touchés par les chutes de neige et fragilisés par le Covid 19, a été la touche finale d’une campagne de Noël plus faible que d’habitude.

Selon une étude de la CEIM (Confédération des entreprises de Madrid), huit PME sur dix affirment que les chutes de neige les ont empêchées d’ouvrir leurs établissements. De plus, 74% d’entre elles ont eu des problèmes d’approvisionnement dû à l’impossibilité d’accéder à leurs fournisseurs. 

La CEIM a estimé des pertes de 2 200 millions d’euros dans les entreprises de la région. Le calcul a été extrait d’une étude menée auprès d’entreprises et d’associations professionnelles de tous les territoires de la Communauté de Madrid, qui révèle que 44% des entreprises madrilènes ont subi une perte de 80% de leur chiffre d’affaires.

“Cela a été la goutte d’eau pour le secteur des affaires de Madrid. Nous n’en avions pas assez avec la pandémie et maintenant Filomena”, a reconnu Miguel Ángel Redondo, Directeur général d’Eugène Perma Ibérie. Ainsi, les données fournies par les associations professionnelles à la Mairie ont quantifié la perte de profit, pendant le week-end de la tempête, à 170 millions d’euros par jour. 

Les grands magasins ont contribué à une perte de chiffre d’affaires de 20% par rapport au reste de l’Espagne. Les ventes ont chuté de 35% sur les marchés municipaux; le secteur alimentaire dans 6 millions et les marchés de rue ont enregistré 100% de pertes dans leur chiffre d’affaires.

Cette tempête a une fois de plus mis en échec l’hôtellerie, les transports, le tourisme et le commerce. Cependant, d’autres secteurs ont survécu grâce à l’expérience acquise dans le télétravail. Selon des sources d’employeurs, le télétravail a atténué les pertes dans de nombreux secteurs pendant cette tempête dévastatrice. «Le fait que notre économie se soit adaptée au télétravail réduira sans aucun doute les coûts d’activité et d’emploi des temporaires», disent-ils. Et il n’y a pas de mal qui ne vienne pas pour de bon.

Je vous laisse ci-dessous quelques images de Filomena prises par Maria Morenes.

Filomena Filomena

<<< À lire également : Recyclage des déchets nucléaires : qu’attendons-nous ? >>>