L’arrêt mondial sans précédent a eu des effets surprenants sur l’environnement. La diminution des échanges commerciaux et des déplacements domicile-travail a entraîné une baisse de la pollution. En revanche, on a pu constater un grave manque d’application des lois écologiques. Pour célébrer la Journée de la Terre, en quelques chiffres, voici certains des effets moins évidents de la pandémie sur notre maison commune, la Terre.

  • 68 gouvernements locaux américains, y compris Birmingham, Alabama et Miami, ont suspendu leurs programmes de recyclage en bordure des trottoirs, en raison de la pandémie. Malgré cela, les experts prédisent une réduction des déchets, grâce à l’absence d’activité commerciale.
  • 190 espèces végétales rares de Californie, dont le Mono Locoweed, une légumineuse aux fleurs rose vif et le Dean’s milkvetch, une herbe essentiellement glabre, dont les graines ne seront probablement pas récoltées pour le Center for Plant Conservation cette année, seront exposées à un risque d’extinction plus important.
  • Une zone de 12 580 hectares de gazon en bordure de route est maintenant autorisée à pousser et à fleurir après que certains conseils au Royaume-Uni ont suspendu le fauchage des accotements, jugé non essentiel.
  • Une baisse de 5,5% des émissions de CO2 est prévue dans le monde.
  • Concernant la pêche, 80% de l’activité a diminué au large des côtes de la Chine et de l’Afrique de l’Ouest. La diminution de la demande due au chômage, la fermeture de restaurants et les problèmes sanitaires sur les bateaux obligent les flottes à rester au port.
  • La quantité de poissons à chair blanche, de poissons plats et de harengs pourrait doubler, en un an sans pêche.
  • 77 000 vies : 4 000 enfants de moins de 5 ans et 73 00 adultes de plus de 70 ans sont probablement toujours en vie grâce à la réduction de la pollution atmosphérique en Chine, liée au coronavirus.
  • 327 kilomètres carrés de la région du bassin de l’Amazone brésilienne ont été déboisés en mars, le plus haut niveau depuis 2008, les bûcherons illégaux profitant du laxisme de l’application de la loi.
  • ½ : il s’agit de la fraction des vols qui ont été annulés aux États-Unis, malgré une diminution de 96 % du nombre de passagers, ce qui a entraîné une profusion de vols presque vides.
  • Les pandas géants Ying Ying et Le Le, d’un zoo de Hong Kong, se sont accouplés une fois avec succès depuis le début de la pandémie, le plus grand nombre en dix ans. On pense que les animaux ont profité de l’absence de visiteurs pour avoir un peu d’intimité.

 


<<< À lire également : Confinement : Forte Baisse De La Pollution En Île-de-France >>>