Selon de nouvelles recherches, la pensée négative répétitive pourrait être associée à un déclin cognitif, bien que la nature de cette association ne soit pas encore claire.

 


Des chercheurs de l’University College London ont examiné 292 personnes âgées de 55 ans et plus. Elles ont été évaluées sur leurs fonctions cognitives, notamment la mémoire, l’attention, les compétences spatiales et le langage. Parmi ces participants, 113 ont accepté de faire scanner leur cerveau, ce qui a permis à l’équipe de mesurer les dépôts de protéines tau et amyloïdes – marqueurs biologiques de la maladie d’Alzheimer.

Sur une période de deux ans, les participants ont ensuite été interrogés sur la façon dont ils pensent habituellement à des expériences négatives, notamment sur leur façon de penser au passé (rumination) et sur leurs inquiétudes face à l’avenir. 

Les chercheurs ont constaté que ceux qui s’engageaient dans des schémas de pensées négatives récurrentes (PNR) plus élevés connaissaient un déclin cognitif plus important sur une période de quatre ans. La rumination et l’inquiétude élevées étaient également liées à de plus mauvaises performances cognitives et à une mémoire épisodique. En outre, ils ont découvert une accumulation plus importante de dépôts d’amyloïde et de tau dans leur cerveau – et plus cette accumulation est importante, plus le déclin cognitif est grave.

L’auteure principale de l’étude, le Dr Marchant, a émis l’hypothèse, en 2015, que la pensée négative pourrait être un « ingrédient actif » dans le développement de troubles mentaux tels que la démence et la maladie d’Alzheimer. Elle a baptisé sa théorie « dette cognitive ». « Les personnes souffrant de troubles mentaux s’engagent souvent dans un style de pensée appelé PNR », explique-t-elle. « Ce style de pensée implique la tendance à avoir des pensées négatives sur l’avenir ou sur le passé, et ces pensées peuvent sembler incontrôlables ».

Ces résultats suggèrent que les pensées négatives répétitives pourraient expliquer pourquoi la dépression et l’anxiété sont associées à un risque de la maladie d’Alzheimer – ce qui est conforme à mon hypothèse de “dette cognitive” ».

Malgré l’association constatée entre les PNR et la maladie d’Alzheimer, le Dr Marchant affirme qu’il reste à prouver une relation claire de cause à effet. En fait, le contraire pourrait être vrai. « Les personnes qui voient leur état se détériorer peuvent devenir plus inquiètes ou plus préoccupées par leur santé – ce qui conduit aux PNR. Ou encore, l’amyloïde ou le tau pourraient s’être accumulés dans le cerveau, perturbant ses circuits, ce qui rendrait plus difficile le désengagement des pensées négatives. À ce stade, nous sommes incapables de savoir ce qui est arrivé en premier ».

Les chercheurs concluent que des études futures sont nécessaires pour déterminer si ces modes de pensée présentent un risque accru de démence. Et si c’est le cas, les gens peuvent se tourner vers des techniques de réduction des PNR telles que la thérapie cognitivo-comportementale ou la pleine conscience pour les aider à réduire le risque de ces affections neurologiques débilitantes.

L’étude est publiée dans la revue Alzheimer’s & Dementia.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Matt Ng

 

 

<<< À lire également : La Crise Marque La Mort Cérébrale De La Pensée >>>