Des rues de Port-Réal, alias Dubrovnik, aux lacs et aux cascades de Plitvice, en passant par plus de 1000 îles magnifiques, la Croatie est une terre magnifique à explorer. Et quelle meilleure façon de prendre ce temps que d’y passer une année entière.

 

C’est ce qui est possible pour les « digital nomads » alors que le pays rejoint une liste croissante d’endroits où les travailleurs à distance peuvent s’installer temporairement.

Voici les détails.

 

De Zagreb à Dubrovnik

Actuellement, les visiteurs en Croatie peuvent rester jusqu’à 90 jours, ce qui est assez typique pour la plupart des pays européens. Pour accéder aux nouveaux visas de séjour temporaire plus longs pour les « digital nomads », il faut bien sûr d’abord être un « digital nomad ». Voici comment la Croatie définit cela :

« Un digital nomad est un ressortissant de pays tiers qui est employé ou effectue un travail par le biais de technologies de communication pour une entreprise ou sa propre entreprise qui n’est pas enregistrée en République de Croatie et qui n’effectue pas de travail ou ne fournit pas de services à des employeurs en République de Croatie ».

Plutôt typique, et pas aussi restrictif que certains types de visas similaires dans d’autres pays.

Le visa est accordé pour une durée maximale d’un an et ne peut pas être prolongé. Six mois après son expiration, vous pouvez faire une nouvelle demande. Les membres de la famille proche peuvent rejoindre le titulaire du visa.

Il y a bien sûr quelques précisions supplémentaires. Vous aurez besoin d’un passeport valable trois mois après la fin de votre séjour et d’une preuve d’assurance maladie valable pour la Croatie.

Vous aurez également besoin d’une « preuve d’intention », que l’on définit comme « un contrat de travail ou un autre document prouvant que la personne effectue un travail par le biais de technologies de communication pour un employeur étranger ou sa propre entreprise qui n’est pas enregistrée en République de Croatie ». Cela inclut une déclaration d’un employeur « étranger », un contrat ou un enregistrement de propriété dans une entreprise. Il s’agit d’un document assez standard pour prouver que vous êtes vraiment un « digital nomad », et il ne devrait pas être trop difficile à obtenir.

Vous devrez également prouver vos moyens, ou une « preuve de subsistance ». Vous devrez avoir « au moins 2,5 salaires nets mensuels moyens payés pour l’année précédente », qui ne peuvent être inférieurs à 16 142,50 HRK, soit environ 2600 dollars. Plus précisément, si vous avez l’intention de rester en République de Croatie pendant 12 mois, vous devez prouver que vous disposez d’un minimum de 193 710,00 HRK [~ 31 000 dollars].

Vous devrez également prouver que vous n’êtes pas un criminel reconnu coupable et indiquer l’adresse où vous séjournez en Croatie.

 

Comment faire une demande

En plus des formulaires multiples, il y a des frais. Pour faciliter la lecture, nous les avons convertis en dollars américains.

  • 67 dollars pour l’octroi d’un séjour temporaire.
  • 74 dollars pour le visa.
  • 50 dollars pour une carte de séjour biométrique.

Les frais sont légèrement différents si vous faites votre demande dans un poste de police par rapport à une mission diplomatique ou à un consulat. Dans l’ensemble, ce n’est pas mal comparé aux frais de certains pays pour le même type de visa.

Certaines parties de la Croatie, notamment Dubrovnik, peuvent être très chères. D’autres parties, non moins belles, sont beaucoup moins chères. Avec une année entière à explorer, vous serez largement en mesure de trouver les meilleurs endroits.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Geoffrey Morrison

 

<<< À lire également : Le Digital Nomade Va-Il S’imposer En Entreprise ? >>>