Pour ceux qui pensaient que l’extinction des dinosaures était uniquement causée par un astéroïde venu s’écraser sur la Terre, des études récentes suggèrent que d’autres facteurs sont entrés en jeu. Dans celle menée à la Northwestern University sur les coquillages fossiles de l’Antarctique, des chercheurs ont confirmé que le climat terrestre était déjà soumis à des changements radicaux avant que le bolide percute la planète, il y a quelque 66 millions d’années.

La Northwestern University déclare que cette étude est la première à mesurer la composition isotopique du calcium des coquillages et gastéropodes, qui datent de l’extinction massive du Crétacé-Paléogène. L’université ajoute que les chercheurs ont découvert, dans les jours précédents cette extinction massive, que la composition chimique des coquilles avait évolué, en réponse à un accroissement de carbone dans les océans.

Cette vague de carbone était probablement due à des éruptions à long terme des trapps du Deccan, une province volcanique de 2 millions de km², située en Inde moderne qui a craché d’énormes quantités de dioxyde de carbone (CO2), explique la Northwestern University. Cette concentration de CO2 a réduit le pH des océans, remarquent-ils, affectant directement les organismes qui y vivent.

« Nos données suggèrent que l’environnement était déjà en cours de transformation, avant l’influence des astéroïdes », a déclaré dans un communiqué, Benjamin Linzmeier, co-auteur de cette étude. « Ces changements semblent être en corrélation avec l’éruption des trapps du Deccan. »

Dans un article à paraître dans la revue Geology, les auteurs notent que le débat persiste sur les causes de l’extinction massive du Crétacé-Paléogène (K-Pg). L’impact des météorites au cratère de Chicxulub a provoqué une quantité anormalement élevée d’iridium, coïncidant avec l’extinction rapide des organismes terrestres et marins.

« Les coquilles se développent très rapidement et se modifient en fonction de la composition chimique de l’eau », a déclaré Benjamin Linzmeier, un géologue post-doctoral de l’Université du Wisconsin-Madison. « Puisqu’elles ont une très courte durée de vie, chaque coquille représente un bref aperçu préservé de la chimie de l’océan. »

Les chercheurs ont examiné les coquilles collectées dans le cadre de la formation de Lopez de Bertodano, dans une zone bien préservée et riche en fossiles sur la côte ouest de l’île Seymour en Antarctique, explique l’université. Ils ont analysé la composition isotopique du calcium des coquilles en utilisant une méthode impliquant la dissolution d’échantillons de coquille pour séparer le calcium de divers autres éléments, explique la Northwestern University. Ces coquilles datent d’il y a environ 67 à 65,5 millions d’années.

L’extinction du K-Pg semble s’être produite durant une période de variabilité de l’état de saturation en carbonate, causée par le volcanisme du Deccan, constatent les auteurs. Ce volcanisme exceptionnel a libéré de grandes quantités de CO2, ce qui a probablement causé le réchauffement et l’acidification des océans, écrivent-ils.

« Nous nous attentions à observer des changements dans la composition des coquilles mais nous avons été surpris de la rapidité avec laquelle ces changements se sont produits », a déclaré Benjamin Linzmeier dans un communiqué. « Nous avons également été surpris de ne pas découvrir davantage de changements associés à cette perspective d’extinction elle-même. »

Les chercheurs affirment que de telles études permettent aux géologues de mieux comprendre l’évolution actuelle du climat de la Terre.

« Dans une certaine mesure, nous pensons que les anciens événements d’acidification des océans sont de bons analogues de ce qui se passe actuellement avec les émissions anthropiques de CO2 », a déclaré M. Jacobson dans un communiqué. « Peut-être devrions-nous utiliser ce travail comme un outil de prévisions afin de mieux appréhender les événements à venir ? Nous ne pouvons pas ignorer le volume record de roches. Le système terrestre est sensible aux apports importants et rapides de dioxyde de carbone. »

<<< À lire également : Quatre Planètes Proche De Notre Système Solaire Pourraient Abriter La Vie >>>