La France est placée en confinement strict. Un dispositif de quarantaine qui remonte au Moyen-âge pour lutter contre les grandes épidémies de peste, de lèpre ou encore de fièvre jaune, et qui est aujourd’hui la principale alternative contre le coronavirus.


15 jours renouvelables, le verdict est tombé… Emmanuel Macron applique, parmi les mesures drastiques pour ralentir la propagation de l’épidémie de coronavirus, le confinement total pour les quinze prochains jours, voire trente jours. « Nos déplacements seront très fortement réduits”, “les regroupements extérieurs, réunions familiales ou amicales ne seront plus permis”. Une décision toujours plus restrictive, en partie motivée par le non-respect des règles de confinement par de nombreux Français, et dont toute infraction aux nouvelles mesures sera désormais sanctionnée.


Ce recours à la quarantaine pour parer les épidémies n’est pas récent. Dès le Moyen-Âge, les quarantaines, puis les cordons sanitaires, ont été régulièrement appliqués en attendant de trouver des parades plus « modernes » de notre époque comme des médicaments ou un vaccin…  Avec la quarantaine qui correspond à un isolement provisoire imposé à des personnes, le cordon sanitaire consiste à contrôler par des postes de surveillance et bloquer les entrées ou sorties d’une zone atteinte par une épidémie, à l’instar de celui qui a été mis en place non sans une parfaite efficacité militaire, de la métropole chinoise Wuhan et ses 11 millions d’habitants. De cette mesure de confinement de 40 jours, la Quarantaine permettait notamment de se protéger des épidémies de peste qui sévissaient aux XIVe et XVe siècles, pour ensuite s’étendre à la lutte contre d’autres fléaux comme la lèpre, le choléra ou plus récemment Ebola en Afrique de l’Ouest (2013-2016).

Des mesures de fermeture de frontières ont parfois créé des émeutes lorsque le confinement était trop brutal, comme en 2003 avec le SRAS dans les régions de Nankin et Shanghai où des manifestations violentes ont éclaté. Dans une tribune du journal Le Monde, l’historienne Anne Rasmusse s’interroge sur ce que ces « restrictions des libertés de circuler et de commercer… avaient pourtant été dénoncées depuis la seconde moitié du XIXe siècle, dans les arènes sanitaires internationales, comme un moyen d’action qui pouvait se retourner, par ses effets pervers, contre les sociétés qu’elle devait protéger. ».

En Chine l’espoir d’une reprise rapide se fait sentir avec récemment la déclaration du secrétaire général adjoint du gouvernement Ding Xiangyang : « Le jour que tout le monde attend ne devrait plus être si loin que ça. ». On dit que la province du Hubei (centre), au cœur de l’épidémie de coronavirus, pourrait bientôt être rouverte.

<<< À lire également : Est-il Possible D’Attraper Le Coronavirus Deux Fois ?  >>>