Quelle est la vision qu’un incubateur doit porter sur l’entrepreneuriat ? Comment peut-il soutenir l’entrepreneur qui est à la fois  scientifique, porteur de projet innovant, chef d’entreprise et homme de réseau.

Personne ne connaît aussi bien une entreprise que celui qui l’a créée !


Une ambition, un objectif, une aspiration ou tout simplement une vision : un créateur qui a des chances de réussir, quel que soit son profil initial, est celui qui a une vision à la fois globale et réaliste des tendances de son métier, de son marché, de l’innovation et des perspectives associées. Une fois le projet lancé, il faut savoir être patient, mesurer les risques, faire machine arrière lorsque l’on est face à un mur, faire un détour… et voir toujours plus loin !

Ne pas porter d’œillères

Quand un créateur a une vision de son entreprise, il peut et doit utiliser tous les moyens mis à sa disposition pour réaliser son objectif. L’incubateur a pour mission de lui donner tous les outils pour y arriver, sans jamais le brider. Les équipes qui accompagnent les entrepreneurs, sont là tout autant pour les challenger à chaque étape que pour s’assurer qu’ils ne perdent pas l’objectif en chemin. Mais même lorsqu’il est difficile d’y voir clair, il ne faut jamais oublier d’où le projet est parti mais surtout où il doit arriver en fin d’incubation. Logiquement, donc, l’incubateur doit s’adapter à chaque entreprise innovante, à sa temporalité, à ses priorités. Aucun a priori ne doit être porté sur les innovations, chaque entreprise qui arrive doit être considérée comme une potentielle belle réussite, sans mettre les entrepreneurs dans des carcans. Il faut les accompagner vers l’étape suivante et les aider à faire les meilleurs choix et prendre les meilleures décisions pour sécuriser chaque nouvelle étape atteinte. L’accompagnement d’un incubateur doit respecter la vision du créateur d’entreprise et l’aider à tracer son chemin sans être directif.

 

Offrir une vue panoramique

Le chef d’entreprise est par nécessité accaparé par la gestion du quotidien. L’incubateur a alors pour mission d’offrir au créateur d’entreprise un espace de réflexion, de recul sur son projet et un temps d’analyse pour avoir une vision d’ensemble de son secteur. Il est de notre devoir de sortir les porteurs de projets de leur quotidien, de les confronter au marché, de les faire rencontrer ceux qui ont construit de beaux succès et sont en mesure de faire un retour d’expérience concret mais aussi ceux qui partagent les mêmes interrogations et les mêmes problématiques qu’eux afin de créer des échanges constructifs entre entrepreneurs. Des ponts doivent aussi être construits entre les entreprises matures et les start-up innovantes : quel meilleur point de vue que celui de l’incubateur, vigie de l’innovation et de l’entrepreneuriat, pour faire se rencontrer les acteurs d’une même filière ?
Il faut néanmoins rester pragmatique et ne pas brûler les étapes, économiser le temps et l’énergie de chacun, et c’est pour cela que les équipes de l’incubateur cherchent à sélectionner au mieux les interlocuteurs qu’elles mettent face aux incubés : la bonne personne au bon moment.

 

Le visionnaire

Le visionnaire est la personne qui perçoit la réalité profonde des choses, au-delà de ce qui est immédiatement visible du plus grand nombre. Ainsi, l’incubateur et ses équipes doivent s’appliquer à voir le monde différemment, souvent par le prisme de l’expérience sans que celle-ci soit synonyme de répétition, de déjà vu, déjà fait, et surtout sans devenir donneur de leçons. Ce sont des personnes qui doivent faire preuve d’humilité et d’enthousiasme, n’hésitant pas à bouleverser le statu quo, qui ne se contentent pas du monde dans lequel on vit et de la manière dont il est organisé. Les visionnaires posent les bonnes questions, n’ont pas de limite, décloisonnent.

Décliné au monde des entrepreneurs, le visionnaire est celui qui reste curieux de tout, voit les problèmes avant les autres, sait trouver les solutions et qui reste ouvert à la discussion, sans pourtant se laisser trop influencer.

Un incubateur, dans son rôle de détection et d’accompagnement, doit sélectionner les porteurs d’entreprise qui ont une vision simple et claire de leur projet, sachant expliquer le projet au plus grand nombre et capable de communiquer leur enthousiasme. Tout en étant capables de se remettre en question et de se fier aux expériences des autres, les équipes doivent encourager les entrepreneurs à aller au-delà de leur vision première, en leur donnant plus de perspectives et plus de profondeur de champ. L’incubateur, dans sa globalité doit être un aiguillon pour l’entrepreneur, le pousser vers une ambition plus large, sans barrière et au-delà des faits qu’ils croient établis pour la croissance de leur entreprise. Pour changer le monde, il faut cultiver des visionnaires.

 

Par Pascal Neuville, Président de SEMIA