Le constat est fait : la qualité des bureaux est devenue un enjeu prioritaire pour les entreprises cherchant à atteindre un haut niveau d’attractivité et de productivité. Les dirigeants sont obligés de revoir leur modèle de bureau traditionnel pour répondre aux attentes des nouvelles générations d’actifs. A quoi ressemblera l’entreprise de demain ?

Une nouvelle génération d’actifs s’installe dans les bureaux : Millenials, Y, Z… remplacent progressivement les précédentes au bureau. Et pour cause : 50% des actifs auront moins de 30 ans en 2020, ils seront donc plus nombreux que les boomers au bureau. Leur nouvelle vision du travail implique une rupture avec les besoins et les exigences d’aujourd’hui. Les millenials seraient prêts à renoncer à 6 500 € de salaire annuel en moyenne pour travailler dans un meilleur environnement


93% des jeunes actifs ne veulent plus d’un bureau classique. Il est donc nécessaire de joindre leurs attentes aux dynamiques de l’environnement de travail qu’ils cultivent : non hiérarchique, fluide, innovant, en mouvement, avec des interactions dynamiques au sein du groupe.

Il n’y a pas qu’un seul espace de travail idéal qui génère de la productivité : c’est un modèle en transformation qui s’adapte aux actions des individus dans l’entreprise. Mais d’autres facteurs exercent une pression sur cette mutation, comme l’augmentation du télétravail ou le recours aux travailleurs freelance. À l’heure où les tiers-lieux sont en plein essor, les millennials souhaitent évoluer dans un environnement motivant avec une émulation collective. Aujourd’hui, on veut travailler comme à la maison, sans être à la maison, avec un lieu de travail pensé en fonction des usages et avec les codes de l’hôtellerie.

 

Les codes de l’hôtellerie

La priorité pour l’entreprise ces dernières années, c’est le bien-être de ses collaborateurs. Et cela passe déjà par le choix d’un mobilier ergonomique qui s’inspire du design résidentiel pour leur confort ou la lumière naturelle par exemple, et la tendance est à la personnalisation. L’aménagement d’espaces informels de détente et d’interactions sociales rappellent également la maison : salons, cuisines, salles de jeux ou de relaxation, et même des bibliothèques. Les bureaux seront un second chez-soi pour que les actifs s’épanouissent. Cela incite les architectes et les designers à la création d’espaces de travail originaux.

Mais les critères s’étendront désormais jusqu’à la position géographique des bureaux, la popularité du quartier et ce que l’on y trouve (restauration, loisirs) : de nouveaux critères identiques à ceux d’un di choix d’un logement ou d’un hôtel. Le bureau de demain ressemblera plus à un hôtel qu’à une entreprise, avec de nombreux services.

Tous les dirigeants, de la start-up aux PME, sont donc invités à revoir leur environnement de travail pour conserver leur leadership ou le gagner, en permettant à leurs collaborateurs de bénéficier des mêmes services que ceux d’une grande entreprise. L’intégration de nouveaux mobiliers comme des casiers personnels aux services propres à ceux d’un hôtel, conciergerie, salle de sport, restaurant, comptoir à café, permettra aux salariés de se  sentir accueillis. 

Enfin, de l’aménagement à la décoration, les espaces s’inspirent de l’univers de la nouvelle hôtellerie incarnée par des Citizen M ou encore des MOB Hôtels. Le hall d’accueil est alors traité comme un Lobby avec un mobilier haut de gamme ou encore des salons d’attentes à chaque pallier. On voit même se développer de nouveaux concepts autour de ces services comme COMET Meetings. À mi-chemin entre le co-working et l’hôtellerie, il redonne ses lettres de noblesse à la réunion et à son environnement par l’élaboration d’un concept de lieu inspirant et intelligent.

Ce sont les espaces informels empruntés à l’hôtellerie, qui constituent des rencontres et des moments de collaboration, qui séduiront les travailleurs de demain.