Fondée en 2016 par Angelo Muratore, la première marque digitale de cosmétiques made in Italy poursuit son expansion à l’international avec un lancement sur le marché américain.


 

Celle qui s’est fait un nom dans l’univers de la beauté avec ses produits performants à prix mini couplés à un service de conseils personnalisés n’en finit pas de grandir. Après avoir déployé avec succès la marque de 2019 à 2021 sur le marché européen, Skinlabo vient de lever 9,1 millions d’euros pour une valorisation pré-monétaire de 52,4 millions d’euros auprès de trois partenaires : Vertis SGR, Immibiliaire.it et l’homme d’affaires Angelomario Moratti. Une étape supplémentaire dans la croissance de la Digital Native Vertical Brand (DNVB) qui ne peut que la conforter dans l’atteinte de ses objectifs à court et moyen terme. « Grâce au soutien de nos partenaires, nous sommes encore plus forts et plus déterminés à atteindre les objectifs de notre plan, qui prévoit, à la fin de 2025, de dépasser les 100 millions de chiffre d’affaires et les 5 millions de clients actifs entre l’Europe et les États-Unis » a commenté Angelo Muratore, le fondateur et CEO de Skinlabo. Afin de tenir la feuille de route pour le moins ambitieuse, la start-up Skinlabo prévoit d’ici la fin de l’année de passer à 2 millions d’euros de ventes brutes par mois, d’élargir la base clients à 70 000 nouvelles acquisitions par mois, et d’introduire sa ligne de suppléments beauté. Un nouveau segment sur lequel la marque compte bien s’imposer après le succès de ses lignes visage, corps, maquillage ou encore solaires. « Les suppléments de beauté que nous allons introduire sont complémentaires à nos routines de beauté. Ils s’inscrivent dans le cadre de notre solution de beauté à 360 degrés pour nos clients » avance la marque.

 

Du soin visage au maquillage en passant par une ligne de solaires, Skinlabo étend sa gamme pour offrir à sa clientèle une routine beauté 360 (crédits : Skinlabo)

 

Après l’Europe, Skinlabo met le cap sur les États-Unis, dont le potentiel de chiffre d’affaires beauté est estimé à 112 milliards d’euros. « Nous comptons reproduire le business model qui nous a permis de développer une base de données importante dans toute l’Europe au cours des dernières années. Cela signifie de continuer à acquérir de nouveaux clients au coût d’acquisition le plus bas du secteur, tout en fidélisant nos consommateurs à des taux plus élevés que la moyenne des autres entreprises ». Réussir sur ce continent implique des investissements conséquents, qui seront accompagnés par une nouvelle levée de 20,5 millions prévue au premier trimestre 2022. « Notre objectif est de devenir le numéro un de la beauté en ligne dans le monde. Nous savons que c’est un objectif ambitieux, mais nous avons un plan très clair pour les prochaines années et nous travaillons assidûment chaque jour pour atteindre nos objectifs. Notre équipe est extrêmement motivée, notamment parce que chaque employé détient des stock-options de la société ». Un discours sans langue de bois pour une entreprise qui vise d’aller très haut.

 

<<< À lire également : Synapse Medicine veut lancer le Yuka des médicaments >>>