Station F, le campus XXL imaginé par Xavier Niel a été inauguré jeudi soir, en présence d’entrepreneurs, d’investisseurs, d’étudiants de l’école 42 et de politiques. Dans le cortège, le président de « la start-up nation » Emmanuel Macron, la maire de Paris Anne Hidalgo et le secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi. Sur scène, la toute jeune directrice de Station F, Roxanne Varza a ouvert la danse.

« 2300 start-up ont déjà candidaté. Elles viennent de 50 pays différents : des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de Chine ou du Nigeria. Nous n’en prendrons que 200 [dans le Founders program] et nous pouvons déjà dire que 40% de ces start-up ont été fondées par des femmes. » Sur scène, Roxanne Varza, la toute jeune directrice de Station F, vient de chauffer la salle. « Y a-t-il des entrepreneurs ici ? », demandait-elle quelques secondes plus tôt, provoquant l’enthousiasme général. Station F, le plus grand campus de start-up au monde – il accueillera jusqu’à 1000 start-up, à partir de la semaine prochaine – était inauguré ce jeudi 29 juin, au soir. Imaginé par Xavier Niel, très discret hier soir, et quatre ans après le lancement des travaux, dans ce qui fut la Halle Freyssinet, une ancienne gare de fret, ce coin jusque-là un peu délaissé du 13ème arrondissement de Paris compte devenir le cœur battant de la « start-up nation » voulue par Emmanuel Macron.


Introduit par Anne Hidalgo, réaffirmant sa volonté de ne pas voir Paris se transformer en « ville-musée », Le président de la République, après avoir longuement visité le campus, a pris la parole, en terrain conquis, un pin’s French Tech ostensiblement accroché à la veste. « Il y a trois ans, j’ai dit à ma femme que je voulais arrêter la politique pour lancer mon entreprise », susurre-t-il comme une « confidence » glissée aux quelques 2000 invités. « Puis j’ai fait pivoter le projet et changé de modèle économique », plaisante Emmanuel Macron. Une blague de startuppeur qui a suscité l’ovation, encourageant le président à filer la métaphore. « Ce qui vous réunit ici, c’est que vous ne voulez pas que l’on écrive votre vie et la vie de votre pays à votre place », a poursuivi Emmanuel Macron, prenant des accents plus graves. « Ce que vous avez en commun, c’est l’essence même de ce qu’est l’entrepreneuriat. Et entrepreneur est un terme français, que les anglo-saxons nous ont volé, ne l’oubliez pas. »

Optimisme

« Si vous réussissez, vous devrez vous souvenir que vous avez réussi dans une gare, un lieu où l’on échange, où l’on se croise. » Une réussite dont le président a fait l’éloge. Sans complexe, ni tabou. « Le discours d’Emmanuel Macron a bien marqué », constate Roxanne Varza, au lendemain de l’inauguration. « Il a porté le message de l’entrepreneuriat ‘’ne laissez pas les gens décider pour vous’’ », analyse la directrice de Station F. En effet, dans le public, Camille De Montgolfier et Elise Cunniet-Robert, deux jeunes femmes de 23 et 19 ans, étudiantes de l’école 42 [de Xavier Niel] et de l’école Icart, et déjà entrepreneuses, sont conquises : « ça fait plaisir, parce que d’habitude en France on est pessimiste, or ici, c’est un message optimiste qui est proposé. » Cet optimiste, Roxanne Varza l’a également ressenti. « Il y avait une énergie incroyable dans la salle, cet optimisme, c’est un nouveau souffle », ajoute-t-elle.

 

Start-up Nation / Audrey Chabal

Fighters program

Dès lundi, les premières start-up vont emménager dans leur nouvel espace. « C’est le moment le plus excitant », remarque Roxanne Varza. « Nous voulons vraiment être à l’écoute de l’écosystème, et nous allons donc accueillir les start-up par programme [plus d’une dizaine sont prévus], soit environ 300 personnes à chaque fois. » Durant son discours, Roxanne Varza a insisté sur la volonté de voir naître un écosystème divers. « Nous ne voulons pas que l’entrepreneuriat soit uniquement fait par des blancs, des hommes », avait-elle martelé. « You don’t need a fancy diploma to be an entrepreneur ! » Dans cette esprit, Station F va également proposer un Fighters program, dont les candidatures sont ouvertes juqu’au 2 octobre. Il s’adresse aux personnes sans diplôme, avec un parcours de vie différent, aux réfugiés, aux personnes en difficulté. Le Fighters program débutera en janvier 2018 et donnera accès au Founders program, pendant un an, gratuitement, et avec un accompagnement un peu plus personnalisé. Une manière de faire émerger de nouveaux talents. 

Inauguration Station F / Sources Audrey Chabal