Partenaire privilégié des Blue Ocean Awards, Michelin a décerné à l’occasion de la cérémonie du 11 mai dernier son Prix international de la mobilité à deux start-up, Tarmac Technologies et Sun Mobility. Une démarche qui s’inscrit dans la stratégie d’open innovation du groupe pour identifier et soutenir les entreprises françaises et internationales qui innovent dans les services de mobilité connectée, confirmant son rôle de leader du secteur.

 

Pour quelles raisons avez-vous choisi de soutenir les BOA ?

Anton Thomas : Pour Michelin, qui a l’ambition de devenir une data driven company et un acteur majeur de la mobilité connectée, il est essentiel de s’appuyer sur une démarche d’open innovation. Cela passe par la création de joint- venture avec des partenariats stratégiques comme Argon & Co et Sigfox à l’origine de Safecube, une start-up spécialisée dans l’optimisation de la logistique intercontinentale en suivant de bout en bout et en temps réel les conditions de transport des conteneurs, mais aussi par le travail en collaboration avec des grandes écoles ou encore le soutien à des concours d’innovation comme les BOA.

 

Qu’est-ce qui vous a séduit chez Tarmac Technologies et Sun Mobility ?

A.T. : Ces deux entreprises ont toutes deux un fort potentiel de développement de services innovants pour rendre la mobilité plus sûre, plus efficiente, plus responsable et plus accessible. Aussi bien Tarmac et sa solution 100 % digitale qui permet d’optimiser les opérations d’intervention au sol des avions pour réduire les retards aériens, que Sun Mobility dont l’offre s’appuie sur une technologie d’échanges de batteries qui permet d’accélérer l’accès à la mobilité électrique dans les pays émergents.

 

Michelin

 

Quelle est votre vision de la mobilité connectée ?

A.T. : Pour Michelin, il n’y a pas de mobilité durable sans mobilité connectée. Nous sommes convaincus que la connectivité des objets, qui représente déjà 1 million de véhicules et 15 millions d’objets chez Michelin, est un levier essentiel au développement d’une mobilité plus durable et plus respectueuse de l’environnement. À titre d’exemple, grâce à notre partenariat avec ProovStation, Michelin met à disposition des acteurs de l’inspection automobile sa technologie QuickScan, qui permet en 3 secondes de scanner un véhicule et ainsi digitaliser et augmenter la fiabilité de l’inspection des pneus. Nous travaillons également avec les constructeurs automobiles sur la maintenance prédictive des pneus pour faciliter l’expérience de remplacement en lien avec nos revendeurs. D’ici à 2024, l’ensemble des pneus Michelin seront équipés de la technologie RFID pour tracer le pneu tout au long de son cycle de vie, et optimiser pleinement son potentiel.

 

Vous ambitionnez de devenir une data driven company. Quelles actions allez-vous mettre en place afin d’opérer cette transformation ?

A.T. : Nous allons développer, en lien avec les entreprises de l’écosystème de la mobilité, des plateformes pour agréger et traiter les flux d’informations dans une logique de services. Une architecture qui servira tant à nos clients gestionnaires de flottes qu’à nos partenaires intéressés par le développement d’insights au profit de leurs enjeux business.

<<< À lire également : Annonce des vainqueurs de la 7ème édition des Blue Ocean Awards >>>