Améliorer l’épanouissement au travail est une tâche compliquée, mais réalisable. Une analyse récente de 61 interventions sur le bien-être au travail révèle que 96% de celles-ci ont amélioré l’expérience des employés, et environ la moitié des résultats étaient statistiquement significatifs.

Une nouvelle recherche, publiée dans la prochaine revue universitaire, Frontiers in Psychology, montre précisément les interventions qui ont été plus les plus efficaces.

 

Les faits suggèrent que les techniques cognitivo-comportementales, les interventions de pleine conscience et les formations de résilience sont les plus efficaces pour accroître le bonheur des employés. Les interventions en matière d’ergonomie, d’environnement et d’activité physique sont également prometteuses, mais les données sont plus mitigées.

 

« L’étude actuelle révèle l’efficacité des interventions à améliorer le bien-être des sujets », déclarent les chercheurs. « En particulier, les interventions psychologiques (exemple : l’état de pleine conscience et les approches cognitivo-comportementales) peuvent être utiles pour améliorer le bien-être des employés. »

 

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les résultats de 39 études indépendantes, menées entre 1997 et 2017. Afin de comparer les résultats, ils ont divisé les études en 6 catégories distinctes, décrites ci-dessous :

 

  1. Interventions en matière d’activité physique. Les programmes d’activités physiques, comme la marche ou le yoga, ont généralement montré un effet positif léger sur l’épanouissement des employés. Les résultats se sont montrés particulièrement prometteurs pour le programme de 13 semaines axé sur une combinaison d’exercices de relaxation, de renforcement, de coordination et de flexibilité des muscles, ainsi que pour une intervention de yoga Dry de 6 semaines et un programme d’aérobic et de musculation étalé sur 24 semaines.
  2. Interventions relatives à l’ergonomie. Les résultats concernant les entraînements posturaux, tels que les exercices en position assise et debout, se sont révélés incohérents quant à l’épanouissement des employés. Une étude a montré qu’un cours de formation en ergonomie de 5 semaines améliorait la satisfaction au travail, mais deux autres études n’ont montré aucun effet, voire un effet négatif, sur le bonheur des employés.
  3. Interventions psychologiques. Les chercheurs ont trouvé des preuves cohérentes que les formations cognitivo-comportementales, les formations à la pleine conscience, à la résilience et au modèle SOC (sélection, optimisation et compensation), amélioraient le bien-être des employés. Une étude a révélé qu’une formation de 8 semaines à la pleine conscience augmentait la satisfaction professionnelle et la satisfaction personnelle des enseignants. Une autre étude a montré qu’une formation de 8 semaines sur l’équilibre entre le travail et la famille et sur les compétences parentales positives augmentait la satisfaction au travail. Une autre enquête a révélé qu’un programme de 5 semaines de formation à la résilience augmentait le sentiment d’utilité et la satisfaction professionnelle des employés.
  4. Interventions environnementales. L’amélioration de la dynamique du lieu de travail, comme l’amélioration de la communication au sein de l’équipe ou l’organisation de formations pour les cadres, a montré des effets bénéfiques légers sur le bien-être des employés.
  5. Interventions à composantes multiples. Les résultats suggèrent que les interventions à composante unique peuvent être plus efficaces que celles à composantes multiples. Une formation de trois mois pour les employés, comprenant des activités physiques, de l’ergonomie et des interventions psychologiques, n’a montré aucune amélioration du sentiment de vitalité et de la santé mentale des employés. Une autre enquête a révélé que les effets d’un programme de 12 semaines axé sur l’activité physique, la gestion psychologique et la gestion du stress étaient minimes sur le niveau de satisfaction des employés dans leur vie tant au niveau personnel que professionnel.
  6. Autres. Il a été démontré que d’autres interventions, telles que les soins axés sur l’émotion et la musicothérapie, augmentent la satisfaction de la vie aux niveaux personnel et professionnel. Une autre intervention consistait à fournir des fruits frais sur le lieu de travail durant une période de 12 semaines, mais celle-ci n’a pas porté ses fruits, puisque le pourcentage de satisfaction au travail n’a pas augmenté.

 

Toutes ces recherches aboutissent à une conclusion simple : les interventions sur l’épanouissement au travail fonctionnent, mais certaines mieux que d’autres. Les entreprises seraient bien avisées d’investir dans ce type de formations afin d’accroître le bien-être des employés et, par extension, leur productivité.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Mark Travers

<<< À lire également : Equipement Audio : Nouvel Enjeu Du Bien-Etre Au (Télé)travail >>>