En 2017, le nombre de brevets déposés auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) s’élève à 16 250, soit 0,6% de plus qu’en 2016. Hausse plus significative, celle des dépôts de marques, avec 90 500 demandes, soit 2,3% de plus que l’année précédente. Des chiffres positifs que l’INPI analyse comme des « signes encourageants de la vitalité de l’économie française ».

A l’occasion du Salon des entrepreneurs, l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) dévoile le nombre de brevets déposés en 2017, en légère hausse par rapport à l’année précédente. Ainsi, en 2017, 16 250 brevets ont été déposés, 0,6% de plus qu’en 2016. Et 90 500 dépôts de marques, soit 2,3% de plus que l’année précédente.


« Ces chiffres positifs peuvent être considérés comme des signes encourageants de la vitalité de l’économie française », a indiqué Romain Soubeyran, directeur général de l’INPI.

Une hausse qui semble se confirmer dans le temps. En décembre dernier, l’INPI révélait dans son rapport « entreprises privées déposantes de brevets » qu’en 2016, les entreprises ont déposé plus de brevets qu’en 2015 : + 1,3% pour les PME et + 5% pour les ETI. Quant aux entreprises de 10 à 49 salariés, la progression est de 14%.

Le brevet valorise l’entreprise

Le brevet, ce titre de propriété industrielle qui protège l’innovation, permet aussi de valoriser les entreprises aux yeux des investisseurs. Les entreprises françaises, souvent critiquées pour leur tendance à ne pas en déposer suffisamment, comme le soulignait en avril dernier France Brevets, semblent prendre la mesure de l’enjeu.

Entre 2007 et 2012, France Brevets a analysé plus de 800 start-up. Résultat, seules 15% des start-up françaises en phase d’amorçage détiennent au moins un brevet contre 22% aux Etats-Unis et en Chine, et 23% en Allemagne.

Pour l’INPI, cette augmentation ne peut être que positive puisque « les brevets sont directement liés aux investissement de R&D », ajoute l’institut qui travaille à rendre accessibles les démarches de propriété industrielle.

Depuis le 29 mars, dans le cadre de la politique gouvernementale d’ouverture des données, l’INPI propose, en plus des données liées à la propriété industrielle, les comptes annuels déposés aux greffes et les données d’identité légale des sociétés. Ainsi, les entreprises, les services publics et les particuliers ont pu en 2017 avoir accès à 7 millions de données ouvertes.