L’eau qui fait du bien pour la planète et pour notre santé… Avec ses eaux – naturellement aromatisées – dans des bouteilles d’aluminium, Drink Water veut séduire les jeunes consommateurs dont la préoccupation est de s’hydrater de façon responsable. A la tête de cette nouvelle start-up, l’humoriste Kev Adams mais aussi Franck Hadjez et Guillaume Zarka, le président. Rencontre.

Désirée de Lamarzelle : Le marché de l’eau en bouteille n’est-il pas un peu saturé ?

Guillaume Zarka, président de Drink Water : Oui, il est dominé par les gros groupes d’agro-alimentaire mais c’est sans compter un marché en mutation, c’est-à-dire qui se modernise avec notamment pour nous la fin programmée du contenant en plastique et l’eau dite non-fonctionnelle qui attire de moins en moins les Millenials. Drink Waters répond à des besoins précis de notre journée tout en luttant pour l’écologie avec l’empreinte carbone de Drink Water prise en compte dans la conception , et  1% de notre CA reversé pour nettoyer les océans.


Vous êtes plus particulièrement implantés sur le marché des eaux aromatisées ?

Effectivement, c’est un marché en plein essor. Les Millenials veulent s’hydrater avec du goût. La place des sodas est enfin remise en cause, avec des documentaires chocs assez récents (That Sugar Film) qui ont pointé leurs effets néfastes. Notre positionnement est d’offrir une alternative naturelle sans sucre dans un packaging éco responsable. Nous souhaitons devenir la référence des eaux fonctionnelles. 

Qu’offrez-vous de différent par rapport à vos concurrents ?

Drink Water procède à une triple filtration de son eau où nous faisons infuser nos plantes et fruits, contrairement aux eaux aromatisées. Nous avons choisi de filtrer l’eau plutôt que d’utiliser une eau de source ou minérale car nous voulions être le plus local et le plus mobile possible. Notre ADN est de fournir la meilleure eau infusée pour la planète et les consommateurs.

Si on résume : l’eau fonctionnelle est une niche avec un gros potentiel de développement ?

Oui, car le marché des eaux fonctionnelles représentera environ 20 Milliards€ en 2025, soit 6% dans un marché mondial de l’eau en bouteille de 349 Milliards€. La consommation éco-responsable n’est pas une tendance, c’est une prise de conscience mondiale et massive à tous les niveaux avec pour comme premier geste la lutte contre le plastique et les emballages à usage unique. Aujourd’hui c’est plus de 5500 bouteilles par seconde qui sont abandonnées dans l’Océan. Parallèlement il y a les tendances en matière de santé et bien-être qui passent par une volonté de consommation réduite en sucre et une naturalité accrue des ingrédients dans l’eau. Encore chaque année 13 millions de personnes dans le monde meurent à cause de la surconsommation de sucre.

 

Est-ce également un marché où l’on fait beaucoup de marge ?

Nous sommes dans un marché de volume et non de marge. Nous avons pris le parti de choisir une bouteille en aluminium recyclable à l’infini, qui nous coûte beaucoup plus chère – ce qui complexifie notre production -, mais c’était une condition sine qua none. Nous voulons rationaliser nos coûts en grandissant et devenir vite un acteur incontournable de ce marché.  

Kev Adams fait partie de vos associés, pourquoi et comment s’est faite cette association ?

La rencontre s’est admirablement passée dès le début du projet parce qu’il partage avec nous la même volonté de faire bouger les choses et de consommer. L’association a été organique. Bien plus qu’un ambassadeur, Kev se comporte comme un réel associé et nous sommes fiers de l’avoir à nos côtés. Il s’implique dans toutes les étapes de Drink Water : il goûte les itérations des boissons, choisit les designs avec nous, et a même participé à la rédaction des étiquettes. Il donne également son avis sur le choix des associations que nous aiderons tous les ans, comme par exemple pour notre partenariat avec le collectif Unité, crée par les artistes Soolking, Hatik, Dadju et Imen Es.

Qu’avez-vous prévu comme campagne de communication ?

Nous allons nous adresser à nous “Drinkers” de façon originale et novatrice. Avec  les réseaux sociaux comme canal de communication privilégié. Comme vous pouvez l’imaginer, Kev jouera un rôle central dans ce dispositif. Notre partenariat avec Monoprix à l’échelle nationale nous assure une visibilité importante et un contact direct avec les consommateurs engagés. Tout est moyen d’expression pour nous, jusqu’à nos étiquettes. 

Quels sont vos prochains développements ?

Il y a plusieurs challenges à relever comme agrandir notre distribution mais aussi notre gamme à de nouvelles fonctionnalités en plus de l’énergie, la beauté et la récupération.

 

<<< A lire également : L’Entreprise Kev Adams : L’Agence Tous Risques >>>