Meero, un marché en ligne pour photographes a levé 230 millions de dollars la semaine dernière et près de 300 millions de dollars en seulement trois ans après sa fondation ; le catapultant dans le petit club français des licornes de la Tech (BlaBlaCar, Deezer, Doctolib, Kyriba, Ivalua, Veepee, et OVH). Interview de son créateur Thomas Rebaud par Atherton Research.

Atherton Research : Qu’est-ce que Meero ?


Thomas Rebaud : Meero est une suite d’outils et de services que nous développons depuis trois ans pour améliorer la vie des photographes. D’un côté, nous essayons d’augmenter leurs revenus et de l’autre, nous leur fournissons des outils pour les aider dans leur vie professionnelle. Et entre ces deux piliers, vous avez la technologie, qui est le seul moyen de répondre de manière satisfaisante à ces 2 missions.

AR : Comment augmenter les revenus des photographes ?

TR : Nous leur trouvons chaque mois des clients dans plus de 100 pays. Jusqu’à présent, il n’y avait que des clients B2B et des industries de l’alimentation et du voyage comme UberEats, JustEats, GrubHub, Booking.com, Trivago, Expedia ou Airbnb, en somme, des marchés en ligne qui ont besoin de photographes dans de nombreux endroits et en même temps. Par exemple, comment photographier 12 000 hôtels par an dans 38 pays ? Le seul au monde qui fait ça, c’est Meero. Et jusqu’à présent, en moyenne dans le monde, nous apportons aux photographes sur notre plateforme une somme supplémentaire de 1 000 $ par mois. Et nous essayons d’augmenter ce montant jusqu’à 1 500 $ par mois d’ici la fin de l’année prochaine. Aujourd’hui, les photographes gagnent environ 1 500 $ par mois sans nous et nous leur apportons 1 000 $ de plus par mois. Ce sont les derniers chiffres du mois dernier.

AR : Comment aidez-vous la vie des photographes ?

TR : Tout d’abord, nous avons construit un logiciel en ligne gratuit qui gère l’ensemble du parcours professionnel d’un photographe et le rend plus efficace en commençant par un CRM, puis des outils d’automatisation du marketing, des devis, des contrats et des outils comptables, une plateforme de gestion du feedback, de sorte qu’au lieu d’envoyer des photos sur WeTransfer et d’échanger beaucoup de mails avec le client juste pour avoir un feedback, nous avons fait ça dans le Cloud. Et les photographes peuvent utiliser ce logiciel gratuitement pour leur propre entreprise, avec leurs clients existants ou nouveaux. Ensuite, nous voulions offrir des services supplémentaires qui ont du sens pour les photographes. Le premier  permettait de répondre à la question : “Comment aidez-vous à leur formation ?” Au lieu d’aller sur YouTube, nous voulions fournir un contenu de valeur pour qu’ils puissent se former eux-mêmes. Nous avons donc ouvert il y a quelques mois, des masterclasses, à nouveau gratuites. Par exemple, nous avons pris 22 photographes de premier ordre dans le monde, sur la nature, les portraits, etc., nous les filmons sur la façon de le faire. Nous ouvrons une masterclass sur la façon de faire des documentaires et là encore, nous avons sélectionné 12 photographes de classe mondiale et nous les suivons partout, en filmant leur vie pour que vous puissiez voir comment et pourquoi ils font ce qu’ils font. Et nous avons créé une fondation qui lui permet de financer de nombreux nouveaux secteurs de l’industrie de la photo, y compris le photojournalisme qui est en train de mourir. C’est pourquoi nous donnons des fonds pour aider les photojournalistes à approfondir des sujets qui ne rapportent pas nécessairement de l’argent mais qui sont très importants pour le monde de la photographie, comme aller en Syrie et y faire des reportages pendant 3 mois ou comment le féminisme est-il dans le monde. Nous avons aussi ouvert une section communautaire parce que souvent, être photographe est un travail très solitaire et qu’on est tout le temps un peu seul. Alors on les fait se rencontrer. C’est ainsi que nous réunissons chaque mois notre communauté dans 110 villes, dans 35 pays, que nous réservons les lieux des événements, que nous leur parlons et que nous essayons de comprendre leurs problèmes. C’est donc essentiellement ce que nous construisons pour les photographes, pour nous rapprocher d’eux, pour les inspirer, pour leur donner une formation, meilleure que celle qu’ils peuvent trouver sur YouTube, pour les aider à être plus efficaces dans tout ce qu’ils font et ne pas passer deux heures sur une feuille de calcul Excel pour faire une soumission. En plus de leur apporter des revenus.

AR : Comment l’intelligence artificielle (IA) est-elle utilisée à l’intérieur de la plateforme Meero ?

TR : Nous utilisons l’IA sur tout le processus de formation, de réservation et de gestion des photographes, ce qui rend l’ensemble du processus beaucoup plus efficace. Nous utilisons également l’IA pour sélectionner et éditer automatiquement les photos que les photographes nous envoient – c’est pourquoi nous demandons aux photographes de ne pas éditer les photos car nous le ferons nous-mêmes, gratuitement, en utilisant des algorithmes et notre propre équipe interne d’experts photo. Donc d’abord, pour sélectionner celles que nous gardons, ce qui est très difficile parce que c’est très subjectif et pour cela nous avons besoin de dizaines de millions d’images pour former l’algorithme pour cela. En fin de compte, vous voulez que toutes les photos se ressemblent, même si elles ont été prises par des photographes ou des appareils différents. Par exemple, il faut que le blanc soit le même blanc et c’est très difficile, c’est pour cette raison que personne ne le fait à part nous. C’est donc un mélange de géométrie et machine learning. Sur les 600 employés de Meero, nous avons une équipe technique de 80 personnes qui est responsable notamment du développement de l’intelligence artificielle et qui travaille en étroite collaboration avec le département artistique (25 personnes). Celui-ci est chargé de passer en revue chaque montage et chaque image qui arrive quotidiennement sur la plateforme et de sélectionner celles que nous voulons conserver et celles qui doivent être améliorées, ce qui alimente l’algorithme par la suite. Parce que nous ne voulons pas alimenter les algorithmes avec de mauvaises images, autrement, le système de machine learning ne pourra rien apprendre.

AR : Pour vous, qui sont les principaux concurrents de Meero ?

TR : Globalement, dans l’industrie de la photographie, il y a des entreprises de matériel informatique comme Canon et Nikon, et des entreprises de logiciels comme Adobe, mais entre les deux, il y a un énorme marché de services professionnels de photographie évalué à 100 milliards de dollars. Et il n’y a personne. Nous essayons donc de devenir une référence comme Google l’est pour la recherche en ligne ou Airbnb pour les voyages. Bien sûr, pour ce qu’il s’agit de chaque partie de notre activité, comme les masterclasses ou notre service à la demande, il y a des concurrents locaux, mais personne n’a notre vision ou notre envergure, ce qui nous a permis de lever autant d’argent si rapidement.

AR : Comment avez-vous eu l’idée de créer un marché en ligne pour aider les photographes ? Vous êtes vous-même photographe ?

TR : Tout a commencé lorsque je cherchais des concepts innovants pour aider pour les artistes en général et pour les danseurs. Mais en creusant ce sujet il y a trois ans, j’ai réalisé que la première cible devrait être les photographes parce qu’il n’y avait personne dessus et que c’était plus logique du point de vue commercial. À l’heure actuelle, nous devons trouver un moyen de passer des photographes à d’autres types d’artistes comme les peintres, les acteurs, les danseurs. Et c’est un objectif que nous devons atteindre au cours des trois prochaines années. En ce qui concerne le logiciel, par exemple, je voulais qu’il soit aussi utile pour les artistes dans leur ensemble, mais c’est un projet à approfondir.

AR : Quel est le modèle économique de Meero ?

TR : C’est un modèle de partage des revenus. Nous payons les photographes entre 45 $ et 200 $ l’heure selon la mission, et nous recevons 25 % de ce que le client paie.

AR : Alors c’est comme un Uber pour les photographes ?

TR : Je vais vous dire pourquoi ce n’est pas le cas. La mission d’Uber est de changer le transport dans le monde, vous pouvez le voir sur la première page de leur site web. En fait, s’ils pouvaient se débarrasser des conducteurs ils le feraient, c’est pour cette raison qu’ils travaillent sur des voitures auto-portées, ou qu’ils les paient deux fois moins. Alors que la mission de Meero est d’aider les photographes avec de l’argent et des outils pour qu’ils puissent se concentrer davantage sur leur art, sur ce qu’ils aiment et veulent faire et qu’ils n’aient pas que des petits contrats pour survivre. Nous essayons donc de les payer davantage, par exemple : en deux ans, nous avons triplé le montant que nous leur versons chaque mois. Nous payons les photographes, en moyenne, près de 80 $ l’heure, ce qui est beaucoup plus que les 12 $ l’heure qu’un chauffeur Uber reçoit. Mais surtout, ce n’est pas la même mission : nous investissons dans les photographes avec notre fondation, dans la communauté, dans les documentaires, les masterclasses, les logiciels libres. Nous cherchons à améliorer leur vie, pas à les rendre plus misérables.

AR : Comment allez-vous utiliser les 230 millions de dollars que vous venez de récolter ?

TR : Tous les outils et services gratuits du côté du photographe sont de purs investissements, et coûtent des dizaines de millions de dollars par an. Ensuite, nous devons développer le service à la demande et continuer à nous développer : c’est un marché de 100 milliards de dollars et nous n’en faisons même pas 1 %. Évidemment, nous devons aller beaucoup plus vite avec les nouvelles verticales et nous étendre géographiquement. Nous sommes aujourd’hui 600 employés et nous clôturerons l’année avec près de 1200 employés à Paris, New York, Bangalore, Shanghai et Tokyo. Et en ce moment, nous ouvrons à Singapour, Rio et Los Angeles. Nous avons triplé nos effectifs de septembre dernier à aujourd’hui, passant de 200 à 600 employés, et il nous faut maintenant doubler à nouveau !