Fil rouge de la cérémonie multi-sites qui s’est tenue le 11 mai dernier, les lauréats ont démontré comment l’inclusion peut être source d’innovation à impact dans le développement de son entreprise. Pleins feux sur ces start-up engagées qui créent de nouveau marchés.

 

Blue Ocean Awards

 

Créés en 2014 par Alban Eral avec le soutien de HEC Paris et du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, les Blue Ocean Award sont pour mission d’identifier et mettre en avant des entreprises innovantes par leur offre, à contre-courant des modèles habituels. Déclinaison du concept de Stratégie Océan Bleu, issu des travaux de recherche de W. Chan Kim et Renée Mauborgne sur l’innovation par la valeur, cet événement unique en son genre récompense les entreprises, quelle que soit leur maturité, qui proposent une offre divergente inspirée par l’expérience des« non-clients »de leur secteur. Une cible qui se compose« des personnes qui vivent des blocages dans leur expérience d’un service ou d’un environnement. Cela peut concerner les problèmes d’accès à l’électricité, à l’eau potable ou encore les personnes touchées par le handicap », comme l’explique le fondateur des Blue Ocean Awards. Depuis leur lancement, les Blue Ocean Awards (BOA) ont accompagné plus d’une centaine d’entreprises : préparation aux jurys, campagnes de communication, détection d’opportunités auprès de grands acteurs ou accès à des salons internationaux via Business France. Un soutien offert à tous les vainqueurs par l’équipe des BOA et dont les effets se traduisent d’un point de vue business. Les lauréats connaissent une forte accélération :«  Sur 7  ans, 91  % des gagnants Blue Ocean Awards se sont financés dans les 6mois. Dans les 3 ans qui ont suivi leur victoire, la valorisation des gagnants est multipliée par 10 en moyenne et peut dépasser 40 »précise Alban Eral.

 

Blue Ocean Awards

Organisée le 11 mai dernier, la 7e édition des Blue Ocean Awards a donné lieu à une cérémonie exceptionnelle retransmise en direct pendant 10heures, simultanément depuis HEC Paris, Bordeaux Technowest et, pour la première fois, depuis le campus Sciences-U EFAB de Lyon et l’ambassade de France en Afrique du Sud à Pretoria. Une ouverture à l’international saluée par Aurélien Lechevallier, ambassadeur de France en Afrique du Sud à Pretoria. Une ouverture à l’international saluée par Aurélien Lechevallier, ambassadeur de France en Afrique du Sud, pour qui l’édition« s’inscrit pleinement dans notre souhait de soutenir le développement de l’écosystème d’innovation et entrepreneurial particulièrement dynamique de l’Afrique du Sud.C’est également une formidable opportunité pour rapprocher nos écosystèmes respectifs ». Depuis son lancement, l’événement est soutenu par des acteurs de référence comme HEC Paris, Michelin, Veolia, l’Institut national de la propriété industrielle, rejoints par le HUB612, Spinfi, France Barter, B1Partners, le CJD et EngageX. Pour Pascal Faure, directeur général de l’Inpi, une démarche comme celle des Blue Ocean Awards s’inscrit pleinement dans la stratégie d’entreprise.« Notre objectif est de construire le monde de demain avec des entreprises innovantes, résilientes et armées des droits de propriété intellectuelle leur permettant de créer de la valeur sur de nouveaux marchés. C’est avec cette ambition que l’Inpi œuvre au quotidien aux côtés des entrepreneurs. » France Barter, incubé au HUB612partenaire des BOA, a été deux fois finaliste comme le rappelle Arthur Bard, son CEO.  Cela nous a beaucoup appris dans la création de notre marché Océan Bleu pour nous développer rapidement. Nous avons actuellement une croissance de 20 % par mois, puisque les entreprises n’ont plus de trésorerie, mais fortes de capacités de production et de stocks importants, elles se tournent vers l’économie du troc.  »

 

Blue Ocean Awards

Pour cette première participation en tant que major sponsor, Michelin, représenté le 11 mai par Lorraine Frega, membre du comité exécutif,a souhaité mettre à l’honneur les entreprises créatrices de marchés qui rendent la mobilité plus sûre, plus efficiente, plus respectueuse de l ’environnement et plus accessible, à travers la création d’un prix spécifique. La 1 ère édition du Prix international Michelin Mobilité a récompensé deux start-up : la première, Sun Mobility, supprime la barrière de l’autonomie de la batterie pour les flottes de véhicules électriques et la seconde, Tarmac Technologies, supprime les retards aériens par l’efficacité opérationnelle au sol. Grâce à ce prix, les deux entreprises bénéficieront d’un accès aux programmes de développement et d’accompagnement des experts de Michelin en matière de mobilité.« Nous avons hâte de pouvoir travailler avec Michelin, leader mondial de la mobilité, afin de continuer à réinventer le transport aérien », a déclaré avec enthousiasme Anthoine Dusselier, cofondateur de Tarmac Technologies, à l’issue de la cérémonie.

 

Blue Ocean Awards

Présidée par Emmanuel Suquet, premier conseiller, représentant l’ambassadeur de France en Afrique du Sud, la première édition sud-africaine a mis en avant deux entreprises : Shopit, qui permet aux marques de développer leurs ventes sur les marchés informels, et Metsi A Teng,qui purifie l’eau par la gestion des déchets. Une initiative à fort impact environnemental créée par Pinky Mokwena, ancienne Miss Earth South Africa reconvertie dans le développement durable. « C’est un privilège, en tant que femme africaine, d’avoir l’opportunité de parler et de contribuer au développement des systèmes qui ont un impact sur la façon dont ma société est façonnée. J’apprécie que les Blue Ocean Awards n’aient pas peur de faire de la place aux marginaux, aux non-conventionnels et,plus largement, à la nouveauté. C’est ainsi que l’on change le monde, et c’est le sens de mon action » a confié la fondatrice de Metsi A Teng. Les quatre éditions de cette année auront récompensé 15 entreprises (cf. tableau), qui rejoignent désormais la communauté Blue Ocean Awards. Un formidable tremplin pour ces entrepreneurs, tous engagés dans la construction d’un monde plus juste et solidaire. Citons notamment Unseenlabs, un des gagnants de l’édition nationale, qui géolocalise n’importe quel navire dans le monde depuis les satellites lancés par l’entreprise. Leader européen du traitement des signaux de radiofréquence, Unseenlabs a su convaincre par sa proposition de valeur unique qui protège les océans contre la pollution et la piraterie. Dans un autre domaine, R-Pur a fait l’unanimité du jury avec son masque anti-pollution connecté. Flavien Hello, CEO de R-Pur, s’est réjoui de recevoir ce prix qui récompense tant les produits que la mission de l’entreprise, à savoir « protéger les humains de la pollution de l’air urbain, mais également informer, éduquer et agir pour un air sain dans le futur ». Ayant remporté le plus de votes de l’édition Nouvelle-Aquitaine, Protifly repense l’alimentation animale et la rend durable en y intégrant des larves d’insectes. Vainqueurs de la toute nouvelle édition Auvergne-Rhône-Alpes, Yupwego, incubé au HUB612, révolutionne l’assurance voyage en adaptant en temps réel le contrat du voyageur et Biomede dépollue les sols par la culture des plantes (phytoextraction). Prochaines étapes pour les Blue Ocean Awards,poursuivre à l’international et lancer de nouvelle séditions régionales. Après le lancement de Lyon cette année, Lille, Marseille et Strasbourg sont pressenties. Côté international, le Sénégal, le Maroc et le Ghana sont envisagés.« Avec l’ambassade de France et le gouvernement sud-africain, nous déployons BlueOceanCity, une Stratégie Océan Bleu nationale. Chaque incubateur sud-africain sera ainsi autonome pour accompagner ses entrepreneurs à la création de nouveaux marchés. Les Blue Ocean Awards 2022 seront le lieu idéal pour mettre en avant tous ces entrepreneurs qui changent le monde », explique Alban Eral.