Des partenariats de marque, une ligne de vêtements, des millions de fans : Ce qui n’était autrefois que l’apanage des athlètes superstars et des vedettes d’Hollywood concerne aussi maintenant « Markiplier », l’un des YouTubers les mieux rémunérés au monde, qui a récolté 17,5 millions de dollars au cours de notre période de 12 mois de notation.

Ce vidéaste natif d’Hawaii (de son vrai nom Mark Fischbach) a lancé sa chaîne YouTube en 2012 alors qu’il était étudiant en génie biomédical à l’Université de Cincinnati. Il traversait alors des moments difficiles : il venait de rompre avec sa petite amie, avait été licencié de son travail et s’était fait enlever une tumeur de la glande surrénale que les chirurgiens avaient trouvée en l’opérant de l’appendicite.   


« Il s’est passé un tas de choses qui m’ont donné l’impression que je n’avais aucun contrôle sur ma vie, je devais donc faire quelque chose », dit Fischbach, 29 ans, qui vit maintenant à Los Angeles. Au début, il a enregistré des extraits audio pour s’entraîner pour une carrière potentielle dans le doublage, mais il a rapidement trouvé un public par le biais de clips dans lesquels il jouait à des jeux vidéo tout en commentant sa partie avec humour.

Vous pensez que regarder quelqu’un jouer à la PS4 ne paraît pas très divertissant ? Les 22,4 millions d’abonnés de Markiplier sur YouTube, avec leurs 10 milliards de vues, ne sont pas du même avis. En effet, Fischbach est l’un des cinq gamers du classement de cette année. Les 10 plus grandes stars de YouTube ont gagné au total 180,5 millions de dollars l’an dernier, soit 42 % de plus qu’en 2017. Jouer rapporte : par rapport à d’autres catégories YouTube courantes, telles que les comédies scénarisées ou les farces élaborées, les clips de jeu peuvent être produits et montés rapidement ; certains gamers postent quotidiennement de nouvelles séquences. Plus de vidéos signifie plus de téléspectateurs, naturellement – et plus de revenus publicitaires. Le taux courant pour les meilleurs talents de la plateforme, selon les estimations de Forbes, est d’environ 5 $ par millier de visites.

Le fait que les mêmes jeunes spectateurs qui évitent la télévision en faveur de YouTube sont des fous de jeux vidéo est également très bénéfique. « Il y a 10 ou 15 ans, le jeu vidéo n’était pas cool. On n’y jouait pas parce que c’était cool, mais parce qu’on aimait ça », explique David Huntzinger, un agent de talent numérique chez WME. « Drake joue à Fortnite et le diffuse sur Twitch, et les athlètes [professionnels] racontent dans les vestiaires qu’ils ne peuvent pas arrêter de jouer à la Xbox, c’est devenu une activité normale. »

Comme tout bon magnat, Fischbach se diversifie : en octobre, il a cofondé avec Seán McLoughlin, plus connu sous le nom de « Jacksepticeye » (n° 8, 16 millions de dollars), une ligne de vêtements de sport, Cloak, qui comprend des sweats à 85 $ et des T-shirts à 35 $. Même s’ils n’ont pas l’intention de faire bouger autre chose que leurs pouces, les fans se sont rués sur les vêtements : les articles en prévente ont été épuisés en 48 heures.

Les produits dérivés sont devenus une source de revenus de plus en plus importante pour ces stars du numérique, dont presque toutes (la première du classement étant une exception notable) ont entre 20 et 30 ans. Chacune des 10 personnes de notre liste a maintenant une gamme de produits, dont les ventes florissantes expliquent l’augmentation de 42 % de leur revenu par rapport à l’année dernière.

« J’ai bâti cette immense communauté et nous avons fait rire beaucoup de gens », dit Fischbach, qui voit Cloak comme le premier pas vers un empire construit sur des actifs plus tangibles que la mise en ligne de vidéos. Pour l’instant, cependant, tous ces clips de jeu servent de multiplicateur de force pour Markiplier. Comme tout bon homme d’affaires avisé, il pense à l’avenir. « Je ne pourrai pas faire des vidéos sur YouTube pour toujours », dit-il. « Je dois planifier l’avenir. »

Les 10 Youtubers Les Mieux Rémunérés

 

 

#10 : Logan Paul

Revenus 2018 : 14,5 millions de dollars

En janvier 2018, l’aîné de la fratrie Paul, âgée de 23 ans, a été exclu du programme Google Preferred de YouTube, qui offre des revenus publicitaires préférentiels aux chaînes populaires, après avoir tourné une vidéo au Japon montrant une personne s’étant suicidée en se pendant en forêt. Il s’est excusé, mais ses revenus provenant de ses vidéos (gags, farces) et de ses contrats avec des marques ont été touchés. Cependant, ses fidèles fans ont maintenu à flot ses ventes de produits dérivés.

 

Getty Images

#9 : PewDiePie

Revenus 2018 : 15,5 millions de dollars

Le scandale n’a pas arrêté Felix Kjellberg, le joueur suédois le plus suivi sur YouTube (72,5 millions de fans). Malgré une réaction négative l’an dernier après une série de vidéos antisémites, les annonceurs sont de retour, déboursant jusqu’à 450 000 $ pour une vidéo sponsorisée.

Getty Images

#8 : Jacksepticeye

Revenus 2018 : 16 millions de dollars

L’énergique Seán McLoughlin au langage de charretier est le YouTuber le plus populaire d’Irlande grâce à ses commentaires de jeux vidéo. Quelques gros mots ne l’ont pas empêché de s’imposer : il a fait une série pour Disney et est en train de développer du contenu exclusif pour la plateforme de streaming en direct Twitch.

 

#7 : Vanoss Gaming

Revenus 2018 : 17 millions de dollars

Evan Fong, un joueur canadien plein d’esprit, joue à des titres populaires comme Call of Duty et Assassin’s Creed. D’un autre côté, il s’est lancé dans le hip-hop, mais la musique (jusqu’à présent) est loin d’être aussi lucrative que l’art subtil d’être gamer à la demande.

 

#6 : Markiplier

Revenus 2018 : 17,5 millions de dollars

Originaire d’Hawaii, Markiplier est sur sa PS4 presque tous les jours, mais c’est un vrai travail pour lui. Le joueur a fait le tour de l’Amérique du Nord, a signé des contrats de marque lucratifs et, avec Jacksepticeye (n°8), a récemment lancé Cloak, une ligne d’articles de sport haut de gamme pour les gamers.

 

Jeffree Star – Getty Images

#5 : Jeffree Star

Revenus 2018 : 18 millions de dollars

Le roi du maquillage, célèbre depuis l’ère Myspace, s’est réinventé en tant que magnat de la beauté, cofondateur de Jeffree Star Cosmetics, qui vend annuellement plus de 100 millions de dollars en fards à paupières, rouges à lèvres et highlighters.

 

#4 : DanTDM

Revenus 2018 : 18,5 millions de dollars

Il était en tête du classement de l’an dernier avec 16,5 millions de dollars – Daniel Middleton, un joueur britannique spécialisé dans Minecraft, se filme en train de jouer depuis six ans et a accumulé 20,7 millions d’abonnés, qui ouvrent régulièrement leur portefeuille, que ce soit pour sa tournée ou pour ses produits dérivés, qui comprennent sacs à dos, casquettes de baseball et sweats à capuche.

 

#3 : Dude Perfect

Revenus 2018 : 20 millions de dollars

Cette équipe de cinq vidéastes (Coby et Cory Cotton, Garrett Hilbert, Cody Jones et Tyler Toney) est spécialisée dans les prouesses de dextérité et manoeuvres complexes comme, par exemple, lancer des balles de ping-pong qui déclenchent une chute d’Oreos comme des dominos (175 millions de vues).

 

#2 : Jake Paul

Revenus 2018 : 21,5 millions de dollars

Le frère cadet endiablé de Logan le disgracié (n°10) a engrangé le meilleur revenu de sa carrière jusqu’à maintenant grâce à son commerce florissant de produits dérivés. Il a attiré plus de 3,5 milliards de vues sur ses chansons de rap et ses farces loufoques au cours de notre période de notation.

 

#1 : Ryan ToysReview

Revenus 2018 : 22 millions de dollars

Ryan est un enfant de 7 ans comme tant d’autres : il adore les Legos, les trains, les voitures et ses 17 millions d’abonnés. Sa dernière action de mini-magnat : une ligne d’objets de collection, maintenant en vente chez Walmart.

MÉTHODOLOGIE : Toutes les estimations de revenus vont du 1er juin 2017 au 1er juin 2018. Les chiffres sont hors taxes ; les honoraires des agents, gérants et avocats ne sont pas déduits. Les estimations des bénéfices sont basées sur les données de Captiv8, SocialBlade et Pollstar, ainsi que sur des entretiens avec des initiés de l’industrie.