Parmi la myriade d’enquêtes ouvertes dans la Big Tech, ce serait maintenant au tour de YouTube de faire l’objet d’une enquête fédérale pour récupération inadéquate des informations personnelles de jeunes enfants, ce qui constitue une violation des droits fédéraux relatifs à la protection de la vie privée. L’information nous vient du Washington Post.

  • L’enquête, menée par la Federal Trade Commission (FTC), est à un « stade avancé » selon l’article du Washington Post, qui donne la parole à des proches de l’affaire. L’investigation pourrait se solder par une amende.
  • L’enquête est le résultat d’une plainte reçue par la FTC, relative à la violation de la part de YouTube du Children’s Online Privacy Protection Act (COPPA), qui interdit aux sites internet de traquer et de récupérer les informations personnelles d’enfants de moins de 13 ans sans accord parental préalable.
  • Face à l’enquête et à la réaction du grand public, la plateforme envisage de déplacer tout son contenu pour enfants vers une application distincte, YouTube Kids, selon les dires du Wall Street Journal.

Google, qui possède l’hébergeur de vidéos, n’a pas voulu commenter l’affaire.

YouTube fait l’objet de nombreuses critiques pour avoir exposé des enfants à des théories du complot dangereuses, à de la propagande haineuse, de la violence, du contenu à caractère sexuel et même à des pédophiles, relate le New York Times.

La plateforme a entrepris des démarches pour faire face à ce problème, comme la désactivation des commentaires sur les vidéos présentant des mineurs, l’exclusion des mineurs des vidéos de live stream sans la présence d’un adulte ou encore la restructuration des algorithmes pour proposer le moins de vidéos possible avec des enfants.

Pourtant, la récupération des informations personnelles des enfants et l’utilisation de ces dernières pour proposer de la publicité ciblée enfreignent bien les lois fédérales relatives à la protection de la vie privée. La publicité fait en effet partie intégrante du modèle économique de YouTube.

La publicité ciblée sur des enfants de moins de 13 ans est illégale, sauf accord préalable des parents. Mais dans les faits, le respect du COPPA s’avère plus compliqué qu’il n’en a l’air. La loi demande aux entreprises « d’avoir conscience » du fait que la plateforme est utilisée par des enfants de moins de 13 ans. En effet, YouTube ne demande pas l’âge de ses utilisateurs. À la création d’un compte, de nombreux enfants sont capables de mentir sur leur âge, tout simplement.