La plateforme française de données sur les transports Vianova a conclu plusieurs accords avec des villes européennes et prépare son expansion sur de nouveaux marchés comme l’Amérique du Sud.

 

La plateforme de la start-up française est utilisée par les fournisseurs de micromobilité, comme les sociétés de partage de scooters électriques, et les responsables municipaux pour coordonner divers services et surveiller les données d’utilisation.
Elle a récemment lancé ses services à Stockholm avec la société suédoise de scooters électriques Voi. Tant Voi que Stockholm utiliseront la plateforme de données pour gérer les lieux où les scooters électriques peuvent être loués, conduits et garés.
L’évolution des modes de transport dans les villes peut apporter de grands avantages, a déclaré le PDG Thibault Castagne, mais si elle n’est pas gérée correctement, elle peut causer des ravages dans les rues et sur les trottoirs.
On l’a vu dans plusieurs villes au fil des ans, où de nombreuses start-ups de scooters et de vélos en libre-service ont déployé leurs services dans une course pour gagner des parts de marché, mais sans se soucier de la façon dont les véhicules sont gérés. Cette situation a contraint de nombreuses villes, notamment Paris, à limiter le nombre d’opérateurs.
La plateforme de Vianova se connecte à un tableau de bord de la ville pour donner une vue d’ensemble non seulement des services de micromobilité dans la ville mais aussi de son réseau de transport public traditionnel et de la manière dont ces services interagissent ou s’opposent les uns aux autres.
« Il est intéressant de voir le mélange de mobilité, du point de vue de la ville, il peut analyser les différents modèles d’utilisation de ce mélange de modes partagés ainsi que des transports publics », a déclaré Thibault Castagne. « Il est très intéressant d’examiner la multimodalité, le comportement multi-modal, dans quelle mesure les utilisateurs d’e-scooters vont-ils sauter dans un tram ou un train pour rentrer chez eux et vice versa. »
Le président de Vianova a ajouté que la technologie et les données de la start-up sont utilisées par les responsables municipaux pour prendre des décisions concernant la planification des infrastructures, comme l’emplacement des pistes cyclables.
Vianova s’est également aventurée au Royaume-Uni, qui n’a commencé à expérimenter et à réglementer le partage de scooters électriques que l’année dernière. Elle travaille à nouveau avec le conseil du comté de Northamptonshire et Voi.

« Nous avons commencé à Northampton et, petit à petit, ils ont déployé la flotte dans d’autres zones et villes du comté. Ce qui était vraiment intéressant, c’était de voir l’adoption des gestionnaires de la ville dans la création des règlements dans les différentes villes et zones et le partage avec ce Voi », a déclaré Thibault Castagne.

« Les gestionnaires municipaux avaient la possibilité de créer des réglementations géo-clôturées sur les zones de stationnement interdit, les zones interdites, les centres de mobilité spécifiques pour garer les véhicules, et de le faire de manière itérative semaine après semaine, au fur et à mesure que le pilote se développait et que le territoire s’étendait. »

Les essais au Royaume-Uni s’inscrivent dans le cadre d’un effort visant à repenser le transport dans les zones urbaines, à mesure que les fermetures s’atténuent et que les gens retournent dans leurs villes. Il a ajouté que l’entreprise envisageait une expansion au Royaume-Uni, car de plus en plus de villes et d’agglomérations lancent des appels d’offres pour des services de scooters électriques et autres services de micromobilité.
Vianova a levé un premier tour de table de 1,8 million d’euros à la fin de l’année dernière auprès de RATP Capital Innovation et Contrarian Ventures.
Elle prévoit de réaliser un tour de table de série A dans le courant de l’année pour financer son expansion internationale. À ce jour, l’entreprise opère dans plusieurs villes européennes, mais elle envisage une expansion internationale.
Elle a trouvé ses premiers clients en Amérique du Sud, mais reste secrète sur les lieux pour l’instant. Elle s’intéresse également aux États-Unis et à l’Australie. De telles expansions sont réalisées par des entreprises à forte intensité de main-d’œuvre, qui nécessitent que le personnel de chaque site soit en contact avec les responsables municipaux et comprenne les défis sur le terrain.

« Il faut vraiment bien connaître le contexte du marché, et notamment travailler avec les gouvernements. Il est très important d’établir de véritables relations de confiance », ajoute M. Castagne.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan Keane

<<< À lire également : Kombi E5 : le vélo cargo électrique familial et urbain de Yuba >>>