Twitter a décrit mardi les mesures radicales prises pour limiter la portée de QAnon, affirmant que la théorie du complot d’extrême droite a le potentiel de causer des dommages hors ligne car elle gagne en popularité sur les médias sociaux et s’infiltre dans la politique générale.

 

Principaux faits

  • Twitter a déclaré qu’il ne recommandera plus les tweets avec du contenu QAnon et empêchera les sujets et les termes de QAnon d’apparaître dans sa section « Tendances ».
  • L’entreprise empêchera également le partage des URL associées à QAnon sur Twitter et s’efforcera de désamplifier le contenu de QAnon dans sa fonction de recherche.
  • Un porte-parole de Twitter a déclaré que la société avait interdit 7000 comptes associés à QAnon au cours des dernières semaines parce qu’ils violaient les politiques relatives au harcèlement ciblé ou parce qu’ils avaient été créés par des personnes ayant créé plusieurs comptes pour échapper à la suspension.
  • Au total, Twitter s’attend à ce que 150 000 comptes soient affectés par les limites sur les sujets tendances et la recherche.
  • Au début de ce mois, un complot lié à QAnon a faussement prétendu que le fabricant de meubles Wayfair vendait secrètement des enfants « à la mode » sur Twitter, révélant ainsi comment la plateforme peut rapidement diffuser des conspirations.

 

Citation importante

« Nous avons clairement indiqué que nous prendrons des mesures coercitives sévères pour faire respecter les comportements susceptibles d’entraîner des dommages hors ligne. Conformément à cette approche, cette semaine, nous prenons de nouvelles mesures concernant l’activité dite “QAnon” dans l’ensemble du service », a déclaré Twitter.

 

Contexte clé

QAnon fait référence à une théorie de conspiration d’extrême droite selon laquelle le président Donald Trump lutte contre un groupe d’élites au sein du gouvernement américain qui dirigent un réseau de trafic sexuel d’enfants. La conspiration a été reconnue par le grand public au cours des derniers mois, notamment grâce à un clin d’œil d’Eric Trump, au soutien inconditionnel de trois candidats républicains au Congrès et à des retweets, par le président Trump lui-même, de partisans de QAnon.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Rachel Sandler

 

 

<<< À lire également : Comment Google Et Amazon Financent Les Conspirationnistes >>>