Chaque semaine pendant dix semaines, ‘10×10’ verra une nouvelle vente aux enchères en jetons non fongibles, dont la toute première vente NFT de Shepard Fairey.

 

Le 16 février, Christie’s a annoncé qu’elle mettrait aux enchères une œuvre d’art entièrement numérique soutenue par unjeton non fongible (NFT) – une première pour une telle œuvre dans une grande maison de vente aux enchères. Cette annonce a amené de nombreux acteurs du monde de l’art contemporain à s’intéresser pour la première fois à Beeple (l’artiste), à l’art numérique et à la communauté NFT, en pleine expansion.

Deux semaines plus tard, SuperRare et Verisart annoncent une collaboration qui permettra de rapprocher encore plus les beaux-arts et les NFT : ‘10×10’, une série de 10 ventes aux enchères pour 10 artistes, organisées sur autant de semaines. Parmi les artistes participants figurent : AES+F, Neïl Beloufa, Petra Cortright, Shepard Fairey, Michael Joo, Rob Pruitt, Random International, Mark Titchner, Universal Everything et Jonathan Yeo.

Tous les lundis à 10 heures PST pendant les dix prochaines semaines, un NFT certifié par Verisart et réalisé par un artiste participant sera disponible aux enchères sur SuperRare. Les enchères seront clôturées 72 heures plus tard, le jeudi à 10 heures PST, respectivement.

La première vente aux enchères portera sur l’œuvre de l’artiste franco-algérien Neïl Beloufa, B, trying to reach out to its audience. La vente aux enchères se déroule sur SuperRare, mais l’œuvre d’art traverse également le gouffre physique-numérique ; elle est aussi actuellement exposée à son exposition individuelle au Pirelli HangarBicocca à Milan, Digital Mourning.

« Les trois œuvres d’art dans cette exposition donnent aux visiteurs des conseils sur ce qu’ils devraient observer », a déclaré Neïl Beloufa dans un communiqué. « En les définissant comme des NFT, cela affirme leur existence sur Internet à un niveau immatériel et les caractérise, ainsi que les sujets de l’exposition, d’une manière intéressante ».

Une description plus longue de ce que sont les NFT peut être trouvée ici, mais pour l’instant, il est plus facile de se concentrer sur ce qu’ils font, c’est-à-dire créer une rareté numérique. De même que l’autographe d’un athlète sur l’une de ses cartes à collectionner augmente sa valeur respective, les NFT augmentent la valeur de l’art numérique. Étant donné que ces jetons sont construits sur des contrats intelligents, ils offrent également la possibilité aux artistes et aux créateurs de recevoir des pourcentages préétablis sur chaque vente ultérieure via le marché secondaire. Et si la plupart des ventes aux enchères NFT ont concerné l’art numérique sous forme d’images ou de vidéos, il n’y a aucune raison pour qu’un NFT ne puisse pas soutenir des œuvres d’art physiques et des objets.

« L’opportunité que les NFT apportent à l’ensemble de la chaîne de valeur dans le monde de l’art change fondamentalement le marché tel que nous le connaissons », a déclaré Robert Norton, PDG et cofondateur de Verisart, dans un communiqué. « La croissance explosive à laquelle nous avons assisté avec les NFT au cours du mois dernier est tout simplement phénoménale. Comme pour tout nouveau marché, la confiance, la transparence et les garde-fous sont absolument essentiels ».

Un problème que les NFT ne résolvent pas nécessairement à eux seuls est la certification, en particulier lorsque les œuvres d’art circulent avec le temps. Il peut y avoir un NFT pour une œuvre d’art donnée, mais comment vérifier qu’il s’agit bien du NFT de l’artiste en question ? C’est ce que Verisart cherche à résoudre pour les artistes numériques et physiques, en leur permettant de créer des certificats d’authenticité professionnels enregistrés sur la blockchain.

« Verisart est en avance sur le défi auquel de nombreux artistes contemporains sont confrontés en vendant des œuvres en ligne grâce à notre approche blockchain de l’authenticité et de la certification dynamique », a déclaré Robert Norton.

Comme Robert Norton, le PDG et cofondateur de SuperRare, John Crain, espère que ‘10×10’ donnera l’exemple de la façon dont les artistes des médias numériques peuvent utiliser les formats blockchain émergents à leur avantage.

« C’est formidable de collaborer avec Verisart, et les différents artistes sur la plateforme que nous avons construite pour faire tomber les barrières d’accès à l’art numérique, tout en apportant un réseau social collaboratif et créatif pour l’art et l’expression dans lequel des personnes gagnent de l’argent, créent un public engagé, et ont une preuve de propriété et d’authenticité des œuvres d’art numériques », a déclaré John Crain dans un communiqué.

Certains des artistes de ‘10×10’, dont Shepard Fairey, utiliseront le certificat Fair Trade Art de Verisart, un mécanisme qui leur permet d’assurer la transparence et la vérification du processus de partage des recettes avec des organisations à impact social spécifiques.

« Afin de manifester dans le monde réel les idéaux que je défends dans mon art, je vais faire don d’une partie des recettes de cette œuvre à Amnesty International pour soutenir leurs efforts importants en matière de droits de l’homme », a déclaré Shepard Fairey dans un communiqué. « En utilisant le certificat Fair Trade Art pour ma vente inaugurale NFT, les collectionneurs sauront quelle cause caritative l’œuvre soutient ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jesse Damiani

 

<<< À lire également : TAJAN : l’emblématique maison de ventes aux enchères d’œuvres d’art >>>