L’an passé, les 1 % les plus fortunés ont accaparé 82% des richesses créées. A l’occasion du sommet de Davos qui s’ouvre ce 23 janvier en Suisse, l’ONG Oxfam diffuse un rapport sur le partage des richesses. Elle en profite pour lancer une pétition pour soutenir un projet de loi contre les inégalités qu’elle souhaiterait présenter à Emmanuel Macron.

« Créer un avenir commun dans un monde fracturé. » Le thème du sommet de Davos, qui se tiendra du 23 au 26 janvier en Suisse, est une occasion en or. Moment idéal pour alerter les grands de ce monde d’un problème de taille : les inégalités se creusent au point que l’an passé, les 1% les plus riches se sont accaparés 82% des richesses de la planète.


L’Organisation Non Gouvernementale (ONG) Britannique Oxfam déplore que « 82% des richesses créées dans le monde l’année dernière aient bénéficié aux 1% les plus riches, alors que la situation n’a pas évolué pour les 50% les plus pauvres ». Pour arriver à ces chiffres édifiants, l’ONG a croisé les données issues de Forbes, du rapport annuel du Crédit Suisse, de la Banque Mondiale, ainsi que de ses propres enquêtes.

Un nouveau milliardaire de plus tous les deux jours

Publié ce lundi 22 janvier, le rapport « partager la richesse avec celles et ceux qui la font » présente de manière très concrète ces inégalités. Oxfam calcule ainsi qu’une ouvrière du textile au Bangladesh mettra une vie entière à gagner ce que le PDG d’une des cinq premières marques de textile au monde empochera en quatre jours.

Bill Gates (Microsoft), Jeff Bezos (Amazon) et Warren Buffett possèdent autant que la moitié de la population américaine les plus pauvres, soit 160 millions de personnes.

Neuf milliardaires sur dix sont des hommes constate l’ONG qui dénombre (en dollars) 2 043 milliardaires dans le monde. Le nombre de milliardaires ne cesse d’augmenter, avec une plus forte hausse l’an passé : Oxfam comptabilise ainsi un nouveau milliardaire tous les deux jours.

« En 12 mois, les richesses de ce groupe d’élite ont augmenté de 762 milliards de dollars. » Une telle somme permettrait de mettre fin à la pauvreté dans le monde. Plus de sept fois.

Et en France ?

« La France ne fait pas exception », ajoute l’ONG. « Les 10% les plus riches détiennent plus de la moitié des richesses nationales quand les 50% les plus pauvres ne se partagent que 5% du gâteau ; le nombre de personnes en situation de pauvreté a aussi augmenté de 1,2 millions de personnes en 20 ans. »

Oxfam en appelle donc aux citoyens pour signer la pétition « contre les inégalités, pesons de tout notre poids » : « dans le monde, près de 850 millions d’individus survivent dans l’extrême pauvreté avec moins de 1,9 dollars par jour » ; « à l’extrême opposé, depuis une dizaine d’années, une élite d’ultra-riches a émergé. »

Cette pétition sera remise à Emmanuel Macron, au gouvernement et aux parlementaires pour « adopter une loi contre les inégalités, au service de l’intérêt général ».  

¾ des personnes considèrent que le fossé entre riches et pauvres est trop large

Oxfam a soumis un sondage dans dix pays. Résultat : ¾ des répondants jugent que l’écart entre les riches et les pauvres est trop important dans leur pays. Pourtant, la situation n’est pas totalement sombre. Le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté a été divisé par deux entre 1990 et 2010. Mais selon le rapport, les inégalités ont augmenté parallèlement sur la même période. « Il faut que les gouvernements arrêtent avec les baisses d’impôts pour les plus riches », a indiqué au journal Le Monde Winnie Byanyima, directrice exécutive d’Oxfam International qui se rend chaque année à Davos pour interpeller les élites de ce monde.

Et pour les quidam, « les travailleurs et travailleuses ordinaires » ? Leurs revenus ont augmenté de 2% par an pendant que celui des milliardaires croissait de 12% par an.