Patrick Brown, PDG d’Impossible Foods, une entreprise qui développe des alternatives à la viande, a annoncé vendredi dernier qu’il ne voyait pas d’intérêt à commercialiser un steak végétarien au goût de viande.

Selon lui, les steaks végétariens ne servent pas l’objectif de l’entreprise, qui est de résoudre « l’impact catastrophique de la consommation des animaux », car ils ne s’adressent qu’aux végétariens, et pas aux carnivores.


Il poursuit : « Pour tous les aliments à base de plantes jamais commercialisés, le consommateur cible est quelqu’un à la recherche d’une alternative, c’est-à-dire des gens qui veulent suivre un régime végétarien. Si c’est là votre clientèle cible, vous ne contribuerez pas à améliorer la situation climatique, car cela représente une toute petite partie de la population ».

Mais lorsque le professeur de marketing Sanjog Misra a demandé à Patrick Brown et à son entreprise de commercialiser un steak végétarien ayant le même goût que la viande, le PDG l’a interrompu : « Ce n’est pas du tout ce que nous essayons de faire. Nous cherchons plutôt à produire la viande la plus délicieuse au monde directement à partir de plantes. Nous voyons notre entreprise comme une façon de faire de la viande, mais une meilleure façon de faire de la viande ».

Patrick Brown, qui est également professeur émérite de biochimie à l’université de Stanford, a pris un congé sabbatique de 18 mois en 2009 pour résoudre le problème le plus important auquel il pouvait penser, à savoir l’impact de l’élevage sur les émissions de gaz à effet de serre, la pollution de l’eau, la consommation d’eau et l’utilisation des terres.

Lors d’un webinaire Zoom, il a déclaré : « Si vous pouviez faire disparaître notre industrie (ce que je ferais en un clin d’œil) et laisser la biomasse des terres se reconstituer, elle dépasserait les émissions de combustibles fossiles. Cela permettrait de réduire les concentrations de CO2 dans l’atmosphère, ce dont nous avons désespérément besoin ».

Mais le PDG n’est pas dupe, il ne s’attend pas à ce que les mangeurs de viande se mettent à consommer des steaks d’origine végétale pour atténuer le changement climatique. Lors du webinaire organisé par le Rustandy Center for Social Sector Innovation de l’Université de Chicago, il a expliqué : « Il faudrait que les gens changent leur régime alimentaire, ou que nous obligions le secteur de production de viande à cesser son activité, mais c’est tout bonnement impossible. Cela ne fonctionnera jamais ».

Patrick Brown poursuit : « Les gens sont très attachés aux aliments qu’ils préfèrent. Le plaisir qu’ils prennent à manger ce qu’ils aiment constitue une partie importante du plaisir de la vie. Nous ne pouvons raisonnablement pas leur demander d’y renoncer. Une fois que j’ai compris cela, le problème est devenu bien plus clair : il s’agit d’un problème technologique ».

L’élevage est un secteur préhistorique, qui pèse de 1 500 milliards de dollars. Pour s’y attaquer, Patrick Brown a réuni une équipe de 80 chercheurs, afin de produire une viande d’origine végétale plus abordable, plus nutritive et meilleure que la viande animale. Il explique : « Les plantes offrent déjà l’avantage de la nutrition et d’un prix abordable, donc le défi principal concerne plutôt le goût ».

« Nous n’allons pas résoudre ce problème en écrasant des petits pois et des carottes pour en faire une galette. Nous devons réussir à satisfaire un mangeur de viande dévoué, qui ne cherche pas une alternative, mais qui cherche la viande la plus délicieuse, la plus saine et la plus abordable qu’il puisse trouver ».

Le PDG d’Impossible Foods a des doutes sur la possibilité de faire faire des compromis aux consommateurs. C’est pour cela que le producteur doit leur donner ce qu’ils veulent, l’objectif étant donc de « produire la viande la plus délicieuse de la terre, directement à partir de plantes ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jeff McMahon

 

<<< À lire également : Les Nouveaux Fermiers Réinventent La Viande >>>