C’est l’un des moments marquants de cet Euro 2020 : la légèreté de Giorgio Chiellini, le célèbre défenseur de la Squadra Azzura, lors de son échange avec Jordi Alba quelques minutes avant la séance de tirs au but dans la demi-finale opposant l’Italie à l’Espagne.

 

Difficile d’affirmer si les propos malicieux de Giorgio Chiellini, son léger coup de poing au visage de Jordi Alba ou son étreinte à la André the Giant ont eu un véritable impact psychologique sur le déroulement de la séance de tirs au but. Cependant, cela a mis en évidence comment les deux capitaines ont abordé ce qui n’était essentiellement qu’un simple tirage au sort.

« Je suis ici avec beaucoup d’enthousiasme pour vivre ce qui sera probablement mon dernier tournoi avec l’équipe nationale », a déclaré le défenseur italien en mai dernier. Si son aventure avec la Nazionale doit s’arrêter après l’Euro, le natif de Livourne veut en profiter jusqu’à la dernière minute. Même le simple fait de choisir un côté à pile ou face prend une tout autre dimension.

La finale à Wembley constitue en quelque sorte le dénouement logique de la carrière internationale du joueur de 36 ans. En effet, Giorgio Chiellini, qui à l’époque évoluait en tant qu’arrière gauche, faisait partie du onze de départ de l’équipe d’Italie U-21 qui a affronté l’Angleterre lors du tout premier match officiel à Wembley en mars 2007. Quatorze ans plus tard, Chiellini, désormais défenseur central, a probablement disputé à Wembley son dernier match avec la Nazionale (112 sélections).

Giorgio Chiellini a généralement réservé ses meilleures performances avec l’équipe nationale, bien qu’il n’ait disputé que six matchs de Coupe du Monde. Après être devenu un cadre de la Squadra Azzura fin 2007, Chiellini a été convoqué par Roberto Donadoni pour l’Euro 2008. La panique s’installe avant même le début du tournoi lorsque Giorgio Chiellini blesse accidentellement le capitaine, Fabio Cannavaro, à l’entraînement. Victime d’une déchirure des ligaments de la cheville, Cannavaro est écarté pour le reste du tournoi.

L’ancien capitaine de la Nazionale n’en a cependant pas voulu à Chiellini. « Je l’ai réconforté. Il était brisé. Je lui ai dit que ce n’était pas de sa faute », a déclaré Cannavaro. Le malheur des uns a fait le bonheur des autres. Giorgio Chiellini en a profité pour saisir sa chance en remplaçant le Ballon d’Or 2006 en défense centrale aux côtés de Christian Panucci. L’Italie atteint les quarts de finale, mais s’est inclinée face à l’Espagne au terme d’un match très serré qui s’est terminé aux tirs au but. Pendant 120 minutes, Giorgio Chiellini a réussi à tenir sous contrôle Fernando Torres et David Villa, ce qui n’était pas une mince affaire à l’époque. Il est l’un des rares joueurs italiens à quitter le tournoi avec une solide réputation. Après cet Euro, il n’a plus jamais joué au poste d’arrière gauche.

Dimanche soir, Giorgio Chiellini a endossé pour la 17e fois le maillot de la Squadra Azzura lors d’un Euro. Seul Leonardo Bonucci, son partenaire en défense, a disputé plus de matchs avec l’Italie dans l’histoire du tournoi.

À bien des égards, Giorgio Chiellini représente la fin d’une époque : un défenseur comme on n’en fait plus, obsédé par la défense avant tout et qui se délecte à empêcher les joueurs adverses de marquer. Cette joie s’est vue dans les derniers instants du premier match contre la Turquie, lorsque le tacle glissé du défenseur italien a empêché Burak Ylmaz d’inquiéter Gigio Donnarumma, alors que l’Italie menait déjà 3-0.

L’art ancestral de la défense est un sujet qui tient à cœur à Giorgio Chiellini. « Je crois que l’avènement du style Guardiola a changé la nature de ce que nous faisions si bien en Italie pendant de nombreuses années, à savoir l’art de défendre », a déclaré le joueur italien. « Il y a un écart générationnel considérable chez les défenseurs et c’est ce qui en est la cause. Maintenant, les joueurs qui arrivent en Seria A savent comment répartir le jeu et passer le ballon, ils peuvent faire une passe millimétrée à 40 mètres de distance, mais ils n’ont pas la moindre idée de la façon de marquer un homme ou de prendre des joueurs en un contre un. »

Giorgio Chiellini est le dernier représentant de la lignée des guerriers italiens traditionnels : un groupe de joueurs légendaires comme Franco Baresi, Claudio Gentile, Pietro Vierchowod, Ciro Ferrara, Beppe Bergomi et Fabio Cannavaro. Ces défenseurs n’avaient aucun scrupule à utiliser une certaine dose de ruse pour prendre l’avantage sur leurs adversaires. Chiellini a eu le nez cassé à cinq reprises et a joué de nombreux matchs avec un bandage autour de la tête ou le maillot taché de sang. Un guerrier dans tous les sens du terme.

La victoire italienne en finale de l’Euro 2020 n’a fait que renforcer l’héritage de Giorgio Chiellini comme l’un des plus grands défenseurs de tous les temps. En soulevant son premier trophée international à Wembley, Giorgio Chiellini s’est procuré la meilleure fin de carrière internationale possible.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Emmet Gates

<<< À lire également : Pourquoi Mbappé reste le joueur le plus cher du monde ? >>>