MEDADOM est un acteur majeur de la télémédecine en France et membre du FrenchTech120 promotion 2021.

 

Quel est le principe de MEDADOM ?

Nathaniel Bern : MEDADOM est un acteur majeur de la télémédecine en France et membre du FrenchTech120 promotion 2021. Nous proposons des solutions de téléconsultation médicale, sur site web, application mobile, et via des bornes et cabines téléconnectées installées au sein des pharmacies, mairies et entreprises partout en France. Le principe est simple : un accès à un médecin, sans rdv, en vidéo, en moyenne en moins de 10 minutes. Nous sommes implantés dans plus de 1 300 établissements sur le territoire national et avons réalisé plus de 300 000 téléconsultations. MEDADOM répond à un besoin de soins immédiat, à caractère non urgent, dans le domaine de la médecine générale. Les motifs de téléconsultations les plus récurrents vont de la cystite, à des vomissements où des douleurs. Bien sûr, la téléconsultation n’a pas vocation à remplacer une consultation en face à face, elle peut néanmoins apporter une réponse rapide, soit sous la forme d’un avis médical, une redirection vers un spécialiste ou la délivrance d’une ordonnance si besoin valable en pharmacie. Les dispositifs médicaux qui équipent nos cabines et nos bornes permettent également au médecin d’ausculter à distance les patients en les guidant, assistés par un pharmacien où un référent. 

 

Comment est née cette idée ? 

N. B. : L’idée est née de l’expérience de l’un des cofondateurs, Elie Dan, qui au cours de sa formation médicale au sein des services d’urgence, a compris qu’une partie de leur engorgement et saturation pouvaient être résolue par la prise en charge des patients en amont, par de la médecine de ville. La règlementation en septembre 2018 a changé et a autorisé le remboursement de la télémédecine, c’est à ce moment-là que nous avons opéré notre pivot et défini notre modèle actuel. Bien sûr, avec l’arrivée du Covid, la téléconsultation s’est naturellement imposée comme l’alternative la plus efficace pour soulager les services de santé et les professionnels débordés, respecter les gestes barrières au maximum et tout de même maintenir une offre de soin pour les besoins de santé au quotidien. 

 

Nathaniel Bern : Le pharmacien ou la collectivité propose un service additionnel à ses patients ou administrés, qui se voient ensuite fidélisés et se font délivrer les médicaments facilement sur le lieu de prise en charge ! C’est un modèle gagnant pour toutes les parties prenantes.

 

Quels sont vos objectifs à court terme ? 

N. B. : Nous équipons à date près de 1 300 structures partout en France et avons pour objectif à court terme de mailler le territoire national : proposer un accès aux soins de proximité à chaque citoyen, où qu’il se trouve ! Cela passe par une implantation géographique forte et le déploiement de nos dispositifs dans tout le réseau officinal et les mairies du territoire, en métropole comme en outre-mer d’ailleurs, car nous sommes aujourd’hui présents en Corse, à Mayotte et même en Martinique. Pour ce faire, l’équipe MEDADOM grandit chaque semaine, nous comptons aujourd’hui plus de 115 collaborateurs qui œuvrent chaque jour sur tout le territoire français, et les médecins qui assurent les téléconsultations via MEDADOM sont aujourd’hui plus de 100. 

 

Quel est le modèle économique ?

N. B. : Notre modèle économique repose sur la location de nos dispositifs de téléconsultation : le pharmacien ou la collectivité propose un service additionnel à ses patients ou administrés, qui se voient ensuite fidélisés et se font délivrer les médicaments facilement sur le lieu de prise en charge ! C’est un modèle gagnant pour toutes les parties prenantes, soutenu par l’État. Il existe d’ailleurs de nombreuses subventions, entre autres pour les pharmaciens, pour soutenir les officines qui choisissent de s’équiper. 

 

À lire également <<< Le prix Nobel de médecine 2021 est décerné aux scientifiques qui ont découvert les récepteurs de la température et du toucher >>>