La chaîne de fast-food Burger King est célèbre pour sa stratégie publicitaire originale. L’an dernier, le spot The Moldy Whopper soulignait l’absence de conservateurs dans ses burgers en laissant pourrir l’un d’eux sur 34 jours dans une vidéo à couper l’appétit.

Cette année, la nouvelle publicité est encore plus originale, puisque son sujet principal est le réchauffement climatique, et notamment les flatulences de vaches, source de grandes quantités de méthane nocives pour la planète.


La vidéo met en scène Mason Ramsey, un jeune chanteur de country rendu célèbre sur internet grâce à sa performance filmée dans un supermarché en 2018. Il interprète pour Burger King une chanson excentrique sur le méthane et la façon dont le changement de régime alimentaire des vaches peut réduire les émissions de gaz à effet de serre. Derrière lui, de jeunes danseurs exécutent une chorégraphie qui rappelle un film musical de Busby Berkeley.

La publicité surréaliste est réalisée par Michel Gondry, lauréat d’un Oscar et célèbre réalisateur du film Eternal Sunshine of the Spotless Mind.

Le casting comprend un troupeau de vaches de bois qui pètent des nuages d’ouate, et la vidéo se termine dans un parc d’attractions appelé Low Carbon Land avec un carrousel de vaches et des montagnes russes en forme de whopper. Le jeune Mason Ramsey interprète du yodle, son genre musical signature.

Le slogan de la vidéo est le suivant : « Puisque nous faisons partie du problème, nous travaillons pour faire partie de la solution ».

 

 

De nos jours, lorsque les consommateurs choisissent une marque, ils ne se préoccupent pas seulement des produits ou des services que cette dernière offre, mais aussi de son impact sur la société et la planète. De nombreuses grandes marques communiquent donc sur leurs engagements dans leurs publicités.

Depuis quelques années, le groupe Burger King est passé du simple statut de restaurant à celui de marque impliquée dans les questions de société sensibles. L’une de leurs dernières publicités s’est notamment attaquée au problème du harcèlement scolaire, une autre à la présence de conservateurs alimentaires dans les fast-foods. 

C’est désormais au tour du développement durable d’être au centre de la campagne Burger King. La chaîne de restauration rapide explique avoir mis au point un régime alimentaire spécifique pour les vaches, qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre des bovins de plus d’un tiers. Il suffit pour cela d’ajouter 100 grammes de feuilles de citronnelle à l’alimentation quotidienne du bétail. Les animaux d’élevage sont en effet responsables d’environ 14 % de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre, dont environ 44 % sous forme de méthane. 

L’inspiration pour la publicité est venue d’une jeune agence, appelée We Believers, qui a travaillé en étroite collaboration avec une université mexicaine pour déchiffrer le mystère de la menace que représentent les bovins pour l’environnement.

We Believers est une agence virtuelle multiculturelle au sens large : les équipes créent des publicités en espagnol et en anglais, et travaillent entre Buenos Aires et New York. La société a notamment mis au point pour Saltwater Brewery des anneaux comestibles permettant de remplacer le plastique qui maintient les canettes des packs de bière, et qui termine souvent dans la nature.

La nouvelle stratégie de Burger King est donc compréhensible et rend la publicité accrocheuse. L’importance du développement durable et d’un mode de vie sain ne doit pas être négligée, mais cela suffira-t-il à vendre des whoopers ?

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Avin Dan

 

<<< À lire également : La Viande Sans Viande, La Nouvelle Cible Des Géants De l’Agro-Alimentaire >>>