C’est une année que la plupart des acteurs du transport aérien voudront oublier, mais la pandémie de la Covid-19 aura des répercussions pendant de nombreuses années encore. Comment ce secteur se portera-t-il en 2021 ? Voici 5 prévisions pour l’année à venir : 

 

Un trafic et un rendement faibles pour l’été à venir

L’été, les enfants sont en vacances et les familles en profitent pour voyager. En 2020, la plupart des gens sont restés chez eux et de nombreuses villes généralement très convoitées ont fermé leurs portes aux visiteurs. Le désir de voyager à nouveau sera grand, et la distribution de vaccins sera probablement en cours, mais pas encore assez pour que les gouvernements ouvrent à nouveau. Le calendrier est serré pour les compagnies aériennes, les familles doivent se sentir en confiance en mai pour voyager en juillet, et c’est là que se situe le problème. Il est probable que d’ici la fin de l’été, les frontières soient à nouveau ouvertes et cela pourrait créer une forte demande de voyages de fin d’année. Cependant, l’été va vite arriver et les compagnies aériennes augmenteront leur capacité et maintiendront des prix bas pour attirer les voyageurs. Malgré cela, l’été 2021 risque d’être décevant, selon les estimations.

 

Au moins une compagnie aérienne américaine va se mettre sous la protection de la loi sur les faillites

Les compagnies aériennes américaines étaient dans une position financière solide avant que la Covid-19 ne fasse son apparition. En outre, la vague de faillites de compagnies aériennes qui a suivi le 11 septembre a permis de résoudre bon nombre des problèmes structurels que la loi sur les faillites permet de résoudre, en particulier les coûts liés aux retraités. Ainsi, lorsque la pandémie a débuté, il n’y avait aucune raison de recourir à la faillite au départ, car celle-ci a créé un problème de demande. Aucun juge des faillites n’a la compétence d’autoriser les gens à voyager.

Les compagnies aériennes ont réussi à gagner de l’argent de manière créative, par exemple en monétisant leur programme de fidélisation, mais elles en dépensent aussi beaucoup tous les jours. Le taux d’absorption par rapport à leur position de liquidité détermine combien de temps la compagnie peut rester solvable. Les compagnies aériennes peuvent utiliser la faillite pour prendre des mesures plus agressives à l’égard de leur flotte et changer la dynamique avec la main-d’œuvre. Il est fort probable qu’en 2021, au moins une compagnie aérienne américaine décidera de protéger ses liquidités en utilisant la faillite pour régler certains problèmes de manière plus agressive qu’avec la seule négociation.

 

Annulation d’une grosse commande d’avions à fuselage large

Les gros-porteurs effectuent les plus longs trajets au monde et sont nécessaires lorsque le voyage dure plus de six heures. Ces appareils sont nettement plus chers à l’achat ou au financement et à l’exploitation, ce qui signifie qu’ils présentent un profil de risque beaucoup plus élevé que les avions à fuselage étroit.On ne peut pas gagner autant avec un avion à fuselage étroit, mais on ne peut pas non plus perdre autant. Historiquement, de nombreuses compagnies aériennes ont échoué lorsqu’elles ont introduit un gros-porteur dans un réseau à fuselage étroit prospère, ce qui a déclenché une spirale d’échecs. La première compagnie America West a ajouté un Boeing 747 pour voler de Phoenix à Nagoya, au Japon, et a plongé cette compagnie dans la faillite. Plus récemment, l’ajout par WOW Air d’un Airbus A330 à une flotte de gros-porteurs à fuselage étroit alors en plein succès a provoqué l’effondrement du transporteur.

Les cabines de la classe affaires des gros-porteurs sont d’une importance capitale pour l’économie globale, et les voyages d’affaires long-courriers ont un délai de récupération très long. Les entreprises seront plus réticentes à payer pour la classe affaires long-courrier alors que la visioconférence fonctionne aussi très bien. Ou bien, pendant un an, les voyages d’affaires grilleront les soldes de kilométrage puisque de nombreux points de fidélité expirent de toute façon après un certain temps. Quoi qu’il en soit, l’économie des gros-porteurs sera probablement remise en question dans les années à venir. En conséquence, une compagnie aérienne ayant commandé des gros-porteurs pourrait décider que le risque est trop grand et annuler sa commande.

 

Le 737 MAX fera son grand retour

En 2021, le 737 MAX sera de retour en nombre, sans problème préoccupant et les compagnies aériennes qui possèdent déjà l’avion le remettront en service dès qu’elles pourront suivre la nouvelle formation de pilote requise. L’avion sera plus efficace que les autres de la compagnie aérienne. Boeing sera agressif dans la vente de nouvelles copies de l’avion, et les compagnies aériennes apprécieront la rentabilité de cet avion comme elles le faisaient avant les crashs. Par conséquent, d’ici la fin 2021, le 737 MAX ne sera qu’un avion de plus dans le ciel et les inquiétudes liées à son utilisation seront largement oubliées.

 

Une fusion de deux compagnies aériennes plus petites sera envisagée

Les fusions de compagnies aériennes sont désordonnées et créent rarement une synergie de coûts significative. En fait, elles créent parfois l’effet inverse. Elles engendrent des coûts parce qu’il faut souvent s’adapter à la main-d’œuvre pour que la fusion fonctionne ou parce qu’une compagnie aérienne à coûts élevés superpose sa structure de coûts à une autre à coûts plus bas. Au contraire, la plupart des fusions de compagnies aériennes sont basées sur des synergies de revenus. Celles-ci sont créées grâce à des réseaux plus efficaces, à l’accès à de nouveaux biens immobiliers dans les aéroports, à un attrait accru pour les clients grâce à un plus grand nombre de vols, et plus encore. Dans un secteur qui récompense l’échelle de multiples façons, une fusion est probable lorsque la demande de voyages commence à se redresser. Mais quatre compagnies aériennes aux États-Unis contrôlaient 80 % des voyages lorsque la pandémie est venue chambouler le secteur – American Airlines, Delta Air Lines, Southwest Airlines et United Airlines. La fusion prévue se produira plus probablement avec deux compagnies aériennes n’appartenant pas à ce groupe, et peut-être même parmi les transporteurs régionaux américains. Il y a beaucoup trop de combinaisons possibles pour en deviner une seule, mais il serait surprenant qu’aucune annonce de fusion ne soit divulguée avant la fin de l’année. 

Si la distribution du vaccin est efficace et que les gens se vaccinent, alors peut-être que l’été 2021 sera propice aux vacances en famille. Mais pour l’instant, les cinq prévisions ci-dessus sont fortement probables.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Ben Baldanza

<<< À lire également : Flyr : La Nouvelle Compagnie Aérienne Norvégienne Brave La Crise >>>