Pour accompagner le développement de son entreprise, Sarah Bonomo a opté pour un financement participatif, qui lui a permis de récolter 480 000 euros et de s’entourer d’une communauté de 130 clients investisseurs. Une levée de fonds transparente et durable, à l’image de l’alchimiste.

Une nouvelle routine lessive écolo et design

Après une école de commerce, Sarah Bonomo débute sa carrière dans la finance. À ses heures perdues, cette adepte du DIY confectionne ses soins de beauté et ses produits d’entretien. Son rythme de vie très actif la conduit à chercher des solutions écologiques et prêtes à l’emploi, à commencer par la lessive. Lors de ses recherches, la jeune femme prend conscience de l’univers opaque de l’industrie et de la nécessité à faire bouger les lignes. De cette frustration lui vient l’idée de lancer L’alchimiste, une gamme de produits à la composition ultra clean et minimaliste. Bousculant le paradigme du « propre qui sent bon » et des ingrédients chimiques, L’alchimiste prône un retour au naturel, en privilégiant des lessives au savon de Marseille sans huile de palme. Dès son lancement, la marque fait le choix de la transparence, sur son atelier de production, une savonnerie familiale au cœur de la Provence, comme sur ses formulations. La peau étant en contact permanent avec le linge, Sarah Bonomo opte pour des compositions resserrées autour de 5 ingrédients, sans parfum, colorant ou additif chimique. La démarche authentique de L’alchimiste séduit sur les réseaux sociaux, qui voit dans cette jeune marque une possibilité de réconcilier l’écologie et le beau. Exit les produits ménagers dans des emballages plastiques dissimulés au fond d’un placard, la gamme L’alchimiste s’exhibe sans complexe grâce à ses flacons en verre ou encore ses doseurs en laiton. Cette communauté, Sarah Bonomo décide de la mobiliser pour financer le lancement de la marque en crowfunding sur la plateforme Ulule. Et cela fonctionne, en quelques semaines, la marque récolte l’équivalent de 50K€ en chiffre d’affaires et ouvre son eshop en avril 2019.

l'alchimiste
Sarah Bonomo, fondatrice de L’alchimiste

Une première levée de fonds réalisée auprès de ses clients

Bénéficiant d’une croissance dynamique, avec un chiffre d’affaires de 200K€ en 2020 et plus de 800 commandes par mois, L’alchimiste est à un tournant dans son développement. Avec un CA projeté de 1 million d’euros pour 2021, la marque, qui réalise 80% de ses ventes en ligne, souhaite élargir sa distribution physique en développant son réseau de partenaires et étendre son offre au segment des produits ménagers. Pour financer ses investissements en R&D et ses développements futurs, L’alchimiste a choisi un mode de financement en accord avec ses valeurs de transparence et de responsabilité : « Le financement participatif permet de grandir de façon saine et durable, en nous appuyant sur nos clients qui deviennent alors nos premiers investisseurs » explique la chefferie d’entreprise. La levée a été réalisée via Tudigo, une plateforme de crowfunding dont la spécificité est de proposer aux épargnants d’investir dans des TPE et PME françaises afin de promouvoir le tissu économique local. Pour ce premier tour de table, Sarah Bonomo s’était fixée de réunir entre 300K€ et 500K€, un objectif largement atteint puisqu’au bout de six semaines d’activité, l’opération a permis de récolter 480K€. Si la fondatrice reconnaît que l’organisation des assemblées générales avec 130 actionnaires demande une certaine organisation, pour rien au monde elle ne changerait ce set up qui « permet à l’alchimiste de bénéficier du soutien de 130 clients fidèles et prescripteurs ». La meilleure des équipes de communication en somme.

l'alchimiste
Flacons en verre et doseurs en laiton, l’alchimiste fait des produits ménagers des objets de déco

<<< À lire également : Écologie : Aux Armes Startuppers, Armez Vos Bataillons ! >>>