Il y a quelques semaines, Joseph Bradley, le responsable de la technologie de NEOM, une ville futuriste de 500 milliards de dollars imaginée par le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, a annoncé que la ville collecterait 90 % des données disponibles auprès des résidents et des infrastructures intelligentes, notamment l’énergie, les transports publics et la sécurité publique. Cette annonce a suscité l’inquiétude des défenseurs des droits de l’homme, qui se demandent comment l’Arabie saoudite utilise l’esprit d’entreprise comme un moyen novateur d’instaurer la stabilité politique et de renforcer son pouvoir autoritaire. 

 

En effet, lorsque le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman a dévoilé le projet lors de la conférence Future Investment Initiative à Riyad, le 24 octobre 2017, il a déclaré qu’il fonctionnerait indépendamment du « cadre gouvernemental existant » avec ses propres lois fiscales et du travail et un « système judiciaire autonome. » On nous aurait dit que Neom était le fruit du travail de quelques anarcho-capitalistes américains que nous l’aurions cru. Technophile, écologique (la ville ne fonctionnera qu’avec des sources d’énergie renouvelables), paradis fiscal, sans bureaucratie, la ville a tout pour plaire aux meilleurs entrepreneurs du monde. 

Cependant, le projet NEOM est né de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite, un plan dont l’objectif est d’assurer la stabilité politique afin que la maison des Saoud reste sur le trône pendant la prochaine décennie. En réduisant la dépendance de l’Arabie saoudite vis-à-vis du pétrole, en diversifiant son économie et en réduisant les aides sociales, elle espère dynamiser une économie stagnante. En encourageant l’esprit d’entreprise au sommet de la société saoudienne, il espère renforcer la classe dirigeante.

La situation de l’Arabie saoudite est bien pire que ce que la plupart des gens pensent. L’Arabie saoudite accueille une importante jeunesse, la moitié de sa population ayant moins de 25 ans, dont 35 % sont au chômage. Avec des prix du pétrole au plus bas et des réserves monétaires en chute libre, l’État saoudien ne peut se permettre d’étendre la protection sociale pour répondre aux besoins économiques de sa jeunesse. Et tous les politologues savent qu’une explosion de la jeunesse est le principal facteur de risque révolutionnaire. 

La situation n’est pas meilleure si l’on considère les femmes ou les minorités religieuses. 32% des femmes saoudiennes sont au chômage, une énorme injustice comparée au taux de chômage de 5% des hommes. Quant à la minorité chiite, concentrée dans la province orientale de Qatif, il lui est interdit de devenir professeur de matières religieuses, qui représentent environ 50% des cours dans l’enseignement secondaire, et de devenir directeur d’école. Les chiites ne peuvent pas non plus témoigner devant les tribunaux, ils ne peuvent pas être juges dans les tribunaux ordinaires et il leur est interdit d’être admis dans les académies militaires et d’occuper des postes de haut rang au sein du gouvernement ou de la sécurité, y compris de devenir pilotes de la Saudi Airlines.

Tous ces problèmes s’aggravent. L’écart d’emploi entre les hommes et les femmes est en fait en train d’augmenter, et non de diminuer, tout comme l’écart d’emploi entre les jeunes hommes et les hommes âgés, ou entre les chiites et les sunnites. En 2011 et 2012, l’Arabie saoudite a vu dans les manifestations du printemps arabe une menace existentielle pour sa stabilité politique. En 2017, elle a fermé sa frontière avec le Qatar parce que l’émirat n’avait pas adopté une position dure contre ces mêmes protestations. Cette fermeture a été suivie de deux années de troubles dans la province de Qatif, dominée par les chiites.

 

Comment le prince héritier Mohammed bin Salman peut-il résoudre la crise sociale actuelle ?

Mohammed bin Salman mise sur l’esprit d’entreprise pour restaurer le prestige déclinant de l’aristocratie saoudienne. Ce n’est pas sans précédent : la classe supérieure allemande avait réussi à bloquer toute libéralisation politique du milieu du XIXe siècle jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale en se transformant en entrepreneurs industriels et en industrialisant le pays avec succès. Plus récemment, la Nomenklatura du Parti communiste chinois a réaffirmé son pouvoir après la désastreuse Révolution culturelle en passant d’une classe d’idéologues et de révolutionnaires à une classe d’entrepreneurs à vocation sociale. Dans les deux cas, les élites ont réussi à rester aux commandes en fournissant de meilleurs emplois aux couches inférieures de la société, en protégeant les industries locales de la concurrence étrangère (protectionnisme agricole pour l’Allemagne et protectionnisme industriel pour la Chine), en encourageant l’esprit d’entreprise dans les zones rurales (entreprises des townships et des villages en Chine, fiscalité favorable aux entreprises agricoles pour l’Allemagne) et en fournissant des prestations sociales. Dans le cas de l’Allemagne, seule la grande défaite militaire de 1919 a renversé la mainmise des Junkers sur le pouvoir ; dans le cas de la Chine, même le coronavirus ne semble pas créer la moindre instabilité au pouvoir du Parti.

En revanche, la stratégie de l’élite saoudienne semble mal interpréter ses prédécesseurs, et a donc toutes les chances d’échouer. La stratégie allemande de la fin du 19e siècle et la stratégie chinoise de la fin du 20e et du début du 21e siècle ont consisté à atteindre les couches inférieures de la société grâce à une stratégie d’investissement bien conçue. Il s’agit essentiellement de lutter contre la pauvreté rurale en utilisant un mélange de dépenses d’infrastructure planifiées centralement et de microcrédit décentralisé pour que l’arrière-pays continue à soutenir la classe dirigeante. L’aide sociale, qui tend à accroître les tensions en créant des jeux à somme nulle entre une classe et une autre, est maintenue au minimum. L’investissement social est préféré, car il crée plus de richesse pour tout le monde et contribue à favoriser un sentiment d’intérêt mutuel entre les classes sociales, qui se transforme en unité nationale.

La stratégie saoudienne n’est pas orientée vers l’intérieur (nationaliste) et l’extérieur (populiste) de ses pauvres ruraux et urbains. Il n’y a pas de stratégie de microcrédit qui pourrait améliorer les petites entreprises en Arabie saoudite, ni de protectionnisme pour les petites industries locales. Les dépenses d’infrastructure sont orientées vers l’extérieur (cosmopolite) et vers le haut (élitiste) : il s’agit d’un plan global visant à séduire l’élite cognitive et économique mondiale pour créer des entreprises de haute technologie en Arabie saoudite. Les couches sociales qui constituent la majeure partie du risque révolutionnaire en Arabie saoudite ne participeront ni aux processus de production des entreprises qui seront implantées dans NEOM, ni ne consommeront ses produits de luxe.

 

Il ne fait aucun doute que NEOM réussit ce qu’il fait : intégrer l’Arabie saoudite dans la mondialisation. Les pays voisins sont déjà séduits par les avantages économiques qu’il pourrait leur apporter. L’Égypte a annoncé en 2018 qu’elle apportait des terres au projet NEOM. En effet, Neom (stylisé NEOM ; arabe : نيوم Neom, prononciation Hejazi : [nɪˈjo̞ːm]) se trouve sur un emplacement de rêve dans la province de Tabuk, au nord-ouest de l’Arabie saoudite, à la frontière avec l’Égypte, Israël, ainsi que la Jordanie. Les entreprises étrangères aussi trouvent le projet convaincant. En juillet 2020, l’entreprise américaine Air Products & Chemicals Inc. a annoncé qu’elle allait construire la plus grande usine d’hydrogène vert du monde en Arabie saoudite. Le 29 janvier 2019, l’Arabie saoudite a annoncé la création d’une société par actions fermée appelée NEOM, dotée de 500 milliards de dollars, pour développer la zone économique de Neom, faisant ainsi de NEOM l’une des plus grandes capitalisations du monde.

Pendant ce temps, les jeunes, les femmes et les chiites d’Arabie saoudite sont de plus en plus insatisfaits. Une évolution récente, depuis les manifestations du printemps arabe, est que les conservateurs, qui constituent habituellement l’épine dorsale du soutien à la monarchie, soutiennent de plus en plus les Bortègues musulmans et leur programme de république islamique. La province de Qatif a connu pour la première fois au cours de cette décennie des émeutes émanant à la fois des conservateurs sunnites et des chiites. Le projet NEOM et ses 500 milliards de dollars d’investissement non seulement ne contribuent pas à apaiser ces tensions croissantes, mais asphyxient également la capacité financière de la maison des Saoud à rééquilibrer son économie sur-élitiste et rentière. Plus que jamais, la famille royale devrait rechercher la bénédiction de Dieu pour compenser sa stratégie économique mal ficelée.

 

<<< À lire également : Des Quartiers Futuristes Grâce A L’Aviation >>>