Apple va autoriser le retour de Parler sur l’App Store après que l’application a modifié sa politique de modération de contenu, a déclaré le géant de la technologie lundi dans une lettre au Congrès, une victoire pour l’application de médias sociaux assiégée après sa suppression de la boutique iOS, suite aux émeutes du Capitole.

 

Principaux faits

  • Dans une lettre adressée au sénateur Mike Lee (R-Utah) et au représentant Ken Buck (R-Colo), Apple indique que l’application a été approuvée pour l’App Store la semaine dernière et qu’elle sera disponible dès que Parler aura publié sa dernière mise à jour.
  • La lettre ne précise pas les changements apportés par Parler à sa politique de modération, mais Apple a déclaré avoir initialement supprimé Parler au début de l’année, après avoir trouvé des messages qui « encourageaient la violence, dénigraient divers groupes ethniques, glorifiaient le nazisme et appelaient à la violence contre des personnes spécifiques » après l’attaque du Capitole en janvier.
  • Ce qui est autorisé ou non sur Parler est devenu le sujet de conflits internes au sein de l’entreprise, l’ancien PDG et fondateur John Matze ayant accusé l’équipe de direction de l’application dans un procès de refuser d’interdire les groupes néo-nazis et QAnon.
  • Ni Parler ni Apple n’ont immédiatement répondu à une demande de commentaire de Forbes.

 

Le contexte

L’application Parler a été fondée en 2018 comme une alternative à la liberté d’expression aux réseaux sociaux traditionnels, et est rapidement devenue un refuge pour les conservateurs et les contenus de droite. Mais l’application a été soumise à un examen plus strict après l’émeute du Capitole, ce qui a conduit Apple et Google à la supprimer de leurs magasins d’applications. Amazon a interdit à l’entreprise d’utiliser sa plateforme de cloud computing, empêchant ainsi l’application de fonctionner. Parler se bat contre l’interdiction d’Amazon Web Services devant les tribunaux et utilise un autre fournisseur de cloud, SkySilk, basé à Los Angeles, pour héberger un site Web de base.

 

Fait surprenant

Parler a repoussé les allégations selon lesquelles il serait un « instigateur d’extrême droite ». Dans une lettre adressée en mars aux législateurs démocrates, Parler a déclaré avoir signalé plus de 50 messages violents au FBI avant le 6 janvier. La société a déclaré à l’époque avoir supprimé « l’incitation et les menaces de violence », mais n’a pas mentionné la désinformation et les discours de haine.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Rachel Sandler

 

<<< À lire également : Parler, La Voix Des Conservateurs Proud Boys Américains >>>